12/07/2008

Méditerranée : portail ou barrière ?

Nous sommes dehors ou dedans ce « Grand Jardin d’Eden » qu’est l’Europe.

 

 

Mais il était un temps où ce jardin s’épanouissait sur la rive sud de la Méditerranée.  Cette mer fut le centre vital de toute l’antiquité.  Elle perdit une partie de son importance avec les découvertes des XVe et XVIe siècles et redevint une route principale d’échanges grâce au percement du canal de Suez en 1869.

 

 

Aujourd’hui, pour les « gens du dehors » cette mer est un portail vers plus de liberté, d’avenir… Et les portes sont multiples (économiques, éducationnelles, culturelles, familiales…).

 

Pour les  « gens du dedans » la Méditerranée est une barrière contre trop de peur (immigration, identité, acculturation…).

 

 

Mais cette barrière fait obstacle à notre avenir, celui des populations qui désirent vivre en harmonie, partager ce passé commun… Car l’Europe est devenue pluriculturelle et multiethnique. N’en déplaise !

 

 

Et le « Grand Jardinier » rassemble ces jours quelques botanistes  afin de créer un nouvel jardin d’Eden autour de  l’une de nos mères nourricières.

 

11:23 Écrit par Charly Schwarz dans Economie, Général, Monde, Politique, Région, Solidarité | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

Commentaires

Les avantages pluriculturels et multiethniques de l'europe, restent bien invisibles aux yeus du péon moyen, peut-etre n'a t-il pas la capacité et les connaissances de les comprendre ou bien justement il en subit uniquement les conséquences...

La mer méditerranée, se meurt, vidée de ses poissons...

Écrit par : Boulet | 12/07/2008

Une très grande partie de l'histoire de l'Europe du Sud s'est construite autour de la Grande Bleue. Il est donc logique que l'initiative prise par Nicolas Sarkozy (qu'on l'apprécie ou non par ailleurs ne devrait avoir aucune importance) soit attirante.

Elle aura ses limites parce que la nature des régimes qui prévalent sur les rives sud est pour le moins discutable. Peut-être est-ce l'occasion de monter des projets qui permettent de rapprocher les peuples par-delà leurs gouvernants ?

Sur le dossier de l'immigration, légale ou clandestine, on voit bien que la ligne de front se situe déjà bien au-delà des alpes ou même des rivages français, italiens, grecs ou espagnols.

Finalement, il est sain que les Européens du Nord aient exigé d'y avoir leur place. Les affaires de l'Europe du Sud ne doivent les exclure des grands projets. Nous, Helvètes, juridiquement non-européens, sommes à la fois concernés par le destin du Nord et du Sud du continent.
Quelle plus belle démonstration de notre européanité ?

Écrit par : Rolin Wavre | 13/07/2008

Les commentaires sont fermés.