28/11/2008

Le peuple est-il encore la source du pouvoir démocratique ?

 

L’élection ne garantit plus qu’un gouvernement soit au service de l’intérêt général et qu’il le reste.

 

Aujourd’hui le verdict des urnes ne peut plus être le seul étalon de la légitimité, et les citoyens en ont de plus en plus conscience.

 

Le pouvoir doit se plier à des impératifs de mise à distance des positions partisanes, des prises en compte des diverses expressions du bien commun et de la reconnaissance de l’ensemble des singularités.

 

 

+ La légitimité démocratique par Pierre Rosanvallon ) Professeur au Collège de France

 

10:04 Écrit par Charly Schwarz dans Politique | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook

25/11/2008

Pas de budget par prestations sans « Budget participatif »

Si le « Grand blond » veut introduire le budget par programmes et prestations. Il serait compliqué de l’appliquer sans adapter les principes du Budget participatif.

Le budget participatif représente la possibilité pour les habitants de définir concrètement et démocratiquement l'affectation des fonds :

> de décider quels types d'infrastructures sont souhaitables à créer ou à améliorer,

> de suivre à la trace l'évolution des travaux et le parcours des engagements financiers.

Le but poursuivi est essentiellement de faire en sorte que la population participe activement à l'élaboration et au suivi de la politique qui la concerne.

Mais au-delà de cette définition quelque peu instrumentale, les budgets participatifs ont pour objectifs de :

> créer de nouvelles relations entre administration et citoyens, c'est-à-dire une autre manière de gouverner,

> reconstruire le lien social et l'intérêt général,

> inventer une nouvelle culture démocratique,

> mobiliser le sens de la citoyenneté.

C'est aussi un défi pour améliorer la justice sociale en donnant le pouvoir de décision et de contrôle à tous les citoyens et citoyennes

 

La démarche :

Chaque année, l’administration dit quelle est l'enveloppe budgétaire disponible.

La population est invitée à se réunir en assemblées de quartier/commune pour débattre des travaux prioritaires à entreprendre. Les techniciens de l’administration sont là uniquement pour répondre aux questions techniques.

Après débat, chaque quartier/commune détermine quatre priorités de travaux et les classe par ordre d'importance.

L’administration recense les volontaires et s'assure de la représentation des comités de quartier/commune dans un Conseil du Budget participatif.

Ce conseil centralise les priorités de tous les quartiers/communes, et fait une proposition concrète en fonction de l'argent disponible.

C'est seulement au bout de ce processus que le Grand Conseil entérine le budget.

23:44 Écrit par Charly Schwarz dans Economie, Genève, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

23/11/2008

Ecole : brisons les murs

C’est peu dire que je ne reconnais plus mon école…  

Celle, garante de l’égalité des chances, de la même distribution des savoirs pour tous.

Toutes les batailles menées lui avaient donnée un parfum de curiosité, de regard ouvert sur la vie, de remue-méninges.

L’école se targuait d’être aussi celle de la solidarité, le lieu d’apprentissage de citoyenneté.

 

C’est du moins celle que j’avais rêvée !

Peu de points communs, en vérité, avec cette école qui tend de plus en plus à diviser, qui voudrait nous faire chercher des solutions dans des querelles internes : la faute « aux enseignants incompétents », aux « parents démissionnaires ».

Et une école qui s’égare à vouloir faire croire qu’elle pourrait se construire contre ses principaux acteurs.

Tout au contraire, c’est de rassemblement qu’à besoin noter système éducatif.

Et dans ce système là, chacun à sa pierre à apporter.

Les enseignants évidemment qui mériteraient d’être enfin entendus.

Les élèves et leurs familles qui demandent à être mieux pris en compte. Le cloisonnement actuel n’est bon pour personne et surtout pas propice à offrir une chance aux familles défavorisées.

17:47 Écrit par Charly Schwarz dans Culture, Général, Genève, Politique | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook

21/11/2008

E3 : le mobile doit se dématérialiser

 

Le projet E3 élabore des systèmes nomades dont les fonctions matérielles seront remplacées par des applications logicielles facilement mises à jour qui s'adapteront à les tous types de réseaux.

 

Le nombre de moyens et de supports de communication existants est si important qu’il nous faut jongler entre eux sans qu’on s’y repère toujours très bien.

 

D'où l'idée à la base d'un projet de recherche intitulé E3 (End-to-End Efficiency) soit simplifier l'interopérabilité entre ces différents appareils et technologies.

 

L’idéal serait que tout système de communication mobile puisse automatiquement fonctionner sur n’importe quel réseau disponible sans que l’utilisateur ait à s’en soucier.

 

Pour y arriver, les chercheurs participant à E3 étudient notamment le concept de « reconfigurabilité de bout en bout » où de nombreuses fonctions relevant du matériel des périphériques pourraient être exploitées par des applications logicielles.

 

 

Pour en savoir plus :

 

https://ict-e3.eu/project/overview/overview.html

 

 

21:45 Écrit par Charly Schwarz dans Général, Genève, Science, Techno | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Evénements en accès libre pour cette fin de semaine…

 

Vendredi 21

 

 

18 :30

 

Grandes épidémies, le retour ? La résistance aux agents antimicrobiens
Hajo Grundmann National Institute for Public Health and the Environment (RIVM), The Netherlands

 

Uni Dufour
Rue Général-Dufour

 

http://www.colloque.ch

 

 

20 :00

 

Concert klezmer chants juifs et musique Klezmer

 

avec Hélène Engel et Hotegezugt

 

Eglise St.François
av. Petit-Senn 16

 

http://www.vibrato.ch

 

 

 

Samedi 22

 

 

11 :00

 

Grand Bazar de "Frères de nos Frères"

 

Frères de nos Frères organise son traditionnel Grand Bazar où seront proposés de nombreux stands, jeux, bar, buvette, petite restauration.

 

Salle communale J.-J. Gautier
rte du Vallon 1

 

http://www.fdnf.org

 

 

Dès 16 :00

 

Une ville vivante, une ville de culture, une ville de fête 24h/24

 

16h PLACE NEUVE - Rassemblement
17h Départ cortège festif
20h PLAINE DE PLAINPALAIS - Arrivée cortège festif, pique-nique, barbecue, musique, spectacles
22h Dispersion et débuts des soirées (payantes) dans les salles:
- cave 12 à l'AMR: post-punk / new-wave
- écurie de l'ilot 13: metal
- usine: soirée sur 2 étages, drum n bass & hardteck
- piment rouge: reggae
- en outre le moloko et le théâtre de l'usine ouvriront leurs bars, et cela en musique
06h à 16h: after!

 

http://www.ueca.ch

 

 

17 :00

 

Ragoguille mitron du Roy

 

Ragoguille vient d’être nommé mitron dans la cuisine du château de Fricambaut. Son roi est gourmand et son astucieux cuisinier en profite pour jongler avec les ingrédients et les ustensiles de cuisine. Les plats et les gobelets voltigent, les œufs s’entrecroisent et les poêles virevoltent.
Des histoires qui mettent l’eau à la bouche, un régal pour toute la famille.

 

Salle communale de Genthod

 

http://www.genthod.ch/images/pict/17265.pdf

 

 

 

Dimanche 23

 

 

Dès 9 :00

 

Salon de la Bougie au Grand-Saconnex

 

Le salon de la bougie, c’est aussi UN Geste Pour Aider…
Pensez à vos cadeaux car comme chaque année, le salon de la bougie verse l’intégralité de ses bénéfices à des œuvres caritatives.

 

Ferme Sarasin
47, chemin Edouard-Sarasin

 

 

13 :00

 

Patinoire de Plan-les-Ouates est ouverte !

 

Installée sur le terrain de sport déjà existant, derrière l’école du Pré-du-Camp, cette patinoire de 450 m2 est destinée aux enfants et aux adultes

 

http://www.plan-les-ouates.ch/patinoire

 

 

17 :00

 

Concert de l'Orchestre Symphonique Genevois

 

L’Orchestra Symphonique Genevois fête les vingt ans de direction d’Hervé Klopfenstein. Pour marquer l’anniversaire, l’orchestre présentera, avec le violoniste Gyula Stuller, le Concerto pour violon de Johannes Brahms. Et poursuivra avec la Symphonie No. 1 (Titan) de Gustave Mahler.

 

Victoria-Hall
Rue Général-Dufour 14

 

http://www.symph.ch

 

 

17 :00

Le chœur Gospel Spirit

 

Le chœur Gospel Spirit a été fondé à Genève en 2005, à l’initiative d’anciens membres du Chœur Gospel de l’Université de Genève. Il compte actuellement une quarantaine de chanteurs dirigés par Roberto Rega.

 

Eglise Saint-Germain
Rue des Granges, 9

 

 

08:30 Écrit par Charly Schwarz dans Général, Genève, Loisirs, Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

20/11/2008

Publicitaires engagés contre le « Greenwashing »

 

Régulièrement critiqué pour l’usage abusif d’arguments écologiques, le secteur évolue.

 

Parmi la nouvelle génération de publicitaires, certains  prennent des initiatives pour créer une publicité plus responsable.

 

 

Payer l’espace publicitaire en fonction de son impact environnemental et social ?

 

Ce modèle économique émerge d’une volonté de cohérence bien présente parmi certains acteurs de la publicité et des médias.

 

Une dizaine d’entre eux se sont même organisés en collectif du nom de « Publicitaires vs écoblanchiment » afin de contrer l’utilisation abusive d’arguments écologiques dans la publicité, devenue monnaie courante, notamment dans le secteur automobile

 

 

Quelques recettes :

 

Ø Faire circuler un film sur Internet. L’humour remplace les millions de dollars : économique et écologique, on peut pourtant toucher des millions de téléspectateurs.

 

Ø Dans l’événementiel, l’on peut organiser une manifestation entièrement éco-conçue.

 

Ø En relations-publics, l’on peut aussi refuser les envois papier et livrer des colis en triant les journalistes sur le volet.

 

 

Autre problématique des annonceurs : comment communiquer quand on n’est pas encore « vert » ?

 

Là encore, le Net, initiateur de tendances et d’interactivité, peut faire des miracles

 

Mais tout le monde ne peut pas communiquer autour du développement durable !

 

 

Pour en savoir plus :

 

http://greenwashingindex.com/criteria.php

 

07:50 Écrit par Charly Schwarz dans Commerce, Développement durable, Economie, Général, Médias | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

19/11/2008

Vers une « République des juges »…

Elaborée à une époque où les partis politiques n’existaient pas, du moins dans leur forme moderne, la théorie de la séparation des pouvoirs à beaucoup vieilli.

La séparation des organes et fonctions, et l’équilibre des pouvoirs se trouvent désormais remis en cause par le renforcement de l’exécutif et le déclin du parlement.

En revanche le pouvoir judiciaire s’affirme de plus en plus dans nos démocraties modernes. L’apparition d’un contre-pouvoir juridictionnel est reconnue par plusieurs auteurs ; ainsi, peu à peu, au terme d’un processus d’affirmation, puis d’émancipation, le juridictionnel aurait accédé, au statut de pouvoir.

Un pouvoir comparable au pouvoir exécutif et législatif ; dans un système démocratique, le juge, porté par la doctrine et l’opinion publique, posséderait une faculté d’empêcher et une faculté de statuer.

La montée en puissance des juges vint renforcer ce soupçon de « gouvernement des juges ».

C’est le fait que les juges ont en charges des litiges à caractère collectif et non plus simplement individuel : de véritables questions de société et non des différends entre particuliers, ce qui accentue le caractère politique-au sens des affaires de la cité-de leur intervention.

Et comme l’écrit Paul Ricoeur : «  le judicaire est poussé en première ligne par des institutions politiques en voie de décompositions ».

11:43 Écrit par Charly Schwarz dans Genève, Politique | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

CE/CA : quelles communications !

 

Depuis que les « communicateurs » pullulent dans chaque département il n’y a jamais eu autant de couacs de communication.

 

Rue du Stand, EMS, Loi sur le chômage, PAV, Fumée, et maintenant… salaires de fonction publique en Ville de Genève et IN135,

 

en quelques mois une crise communicationnelle c’est installée.

 

 

Dans cette crise les Conseillers d’Etat et les Conseillers Administratifs en portent l’entière responsabilité… et démontrent clairement leurs manquent de connaissance en matière de communication.

 

Bien sûr ils sont entourés de « communicateurs », mais quand vous faites l’évaluation de leurs compétences, vous vous rendez vite compte qu’ils n’en possèdent qu’une seule… celle d’avoir été journaliste.

 

Mais « journaliste » ne garanti pas d’avoir les minima de compétences en communication.

 

 

Aujourd’hui la communication c’est un métier, et comme le chinois cela s’apprend.

 

Et il devient urgent que nos gouvernants puissent s’entourer de véritables professionnels.

 

09:39 Écrit par Charly Schwarz dans Formation, Général, Genève, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

18/11/2008

L'essentiel du Monde.fr sur l'iPhone, à quand la Tribune de Genève ?

De nombreux quotidiens français disposent d’une version spécifique pour iPhone mais, jusqu’alors, aucun ne proposait une application spéciale pour le smartphone d’Apple.

 

La déclinaison du site est particulièrement bien pensée. Avec cette application, plus besoin de lancer Safari pour accéder aux dernières dépêches.

 

Mieux, une fois la mise à jour des titres effectuée, les articles sont consultables hors ligne.

 

Et la Tribune de Genève ?


 

09:18 Écrit par Charly Schwarz dans Genève, Médias, Techno | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

16/11/2008

Maïs OGM : baisse de la fertilité chez les souris

Les résultats d’une étude de nourrissage avec des produits OGM ont été présentés, mardi 11 novembre, dans les locaux de l’Agence autrichienne pour la Santé et la Sécurité Alimentaire.

 

Cette étude menée à la demande du Ministère autrichien de la Santé montre que les souris qui ont été nourries en continu pendant 20 semaines avec une variété de maïs génétiquement modifié - le NK603xMON810 de Monsanto, autorisé comme aliment pour animaux et humains depuis 2007 - avaient, en comparaison avec un groupe de contrôle, un nombre significativement plus bas de portées et de petits, notamment à partir des troisième et quatrième générations.

 

 

L’étude menée sous la direction du professeur de l’Université de Médecine Vétérinaire de Vienne, le Dr Jürgen Zentek montre également que les petits des souris nourries avec le maïs génétiquement modifié avaient un poids significativement moindre.

 

Cette étude multi-générationnelle (les descendants femelles furent accouplés) démontre des modifications des organes après le nourrissage avec le maïs génétiquement modifié.

Cette étude met d’autre part, une fois de plus en question le sérieux des avis de l’Agence Européenne de Sécurité Alimentaire. La procédure d’autorisation actuelle avait déclaré cet OGM comme ne présentant aucun danger.

 

 

Pour en savoir plus :

 

http://www.amisdelaterre.org/IMG/pdf/forschungsbericht_3-...

 

 

11:34 Écrit par Charly Schwarz dans Développement durable, Monde, Nature, Science | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

14/11/2008

Evénements en libre accès pour ce week-end

Vendredi 14

 

 

Dès 18 :00 Nuit du conte au Muséum: balades contées dans le noir
Départs : 18h - 19h - 20h - 21h.
Durée : environ 45 à 55 minutes.
Une balade dans la galerie de la faune régionale, au rez-de-chaussée, est suivie du conte qui se déroule au puits (3e étage).
Sur inscription. Maximum 20 personnes par groupe.

 

Muséum d'histoire naturelle de la Ville de Genève
1 route de Malagnou
022 418 63 00

 

 

18 :30 Concert pour la Paix: Ensemble Nachtigall

 

Oeuvres de Felix Mendelssohn, Franz Schubert, Edvard Grieg,
William Scheller, Alexander Alabieff, Alexander Grechaninov

 

ÉGLISE LUTHÉRIENNE

 

Place Bourg-de-Four

 

 

20 :00 Joca les soirées de jeux !

 

Joca c’est un réseau de lieux ou vous pourrez choisir l’endroit de jouer
c’est quelques 400 jeux allant des petits jeux légers aux gros jeux de stratégie

 

Les Recyclabes / Librairie-café
53, rue de Carouge

 

 

 

Samedi 15

 

 

Dès 10 :00 Grande Kermesse de Noël 2008

 

Stands: Un grand nombre de stands vous proposera des produits différents comme livres, cadeaux, décorations et cartes de Noël, gâteaux, confitures, bons-bons.
Activités: tombolas, “brass rubbing”, bricolages de Noël pour enfants; la grande loterie annuelle en faveur des œuvres de bienfaisance locales.

 

Eglise anglicane de Genève

 

rue du Mont-Blanc

 

 

20 :00 Concert du quatuor TAIYO

 

JS Bach 3ème Brandebourgeois
T.Albinoni concerto pour 2 hautbois - A.Vivaldi concerto pour 2 violoncelles - A.Vivaldi concerto pour 2 violons - A.Vivaldi les quatre saisons

 

Eglise Saint-Germain
Rue des Granges, 9

 

 

 

Dimanche 16

 

 

10 :00 Randonnées pédestres gratuites au Salève

 

Tous les dimanches, les amoureux de randonnées pédestres se donnent rendez-vous à 10h au terminus du bus 8 à Veyrier-Douane (départ à 10h05).

 

Contact : Tel: ++41-22-796 41 33.

 

 

15 :00 Les animaux amoureux

 

Dauphins, lions, poissons, oiseaux, kangourous, tous les animaux doivent séduire pour transmettre la vie. A travers des images magnifiques et touchantes, ce film nous invite à un voyage aux quatre coins du monde, au cœur des plus extraordinaires épopées amoureuses.
Durée : 85 min (2007)
Tout public – âge suggéré : dès 7 ans

 

Muséum d'histoire naturelle de la Ville de Genève
1 route de Malagnou

 

11:44 Écrit par Charly Schwarz dans Culture, Général, Genève, Loisirs, Musique, Nature | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

12/11/2008

Procès Bhopal : réouverture du dossier

Vingt-quatre ans après, la catastrophe de Bhopal fait encore parler d’elle.

 

Un vice de procédure va permettre de rouvrir le dossier de plainte, déposé en 1999 par Greenpeace, contre l’entreprise propriétaire de l'usine chimique à l’origine de la catastrophe, pour contamination des eaux de cette région de l’Inde.

 

Pour les associations locales, l’idée d’une action juridique collective n’est pas exclue.

 

Coup de théâtre dans l’affaire de la catastrophe de Bhopal.

 

Le 3 novembre 2008, les juges de la Cour d’appel de Manhattan, aux Etats-Unis, ont annulé le non-lieu, concédé en 2006, à Union Carbide, propriétaire de l’usine chimique dont la fuite a provoqué, en 1984, la plus grande catastrophe industrielle connue à ce jour.

 

Greenpeace avait porté plainte contre l’entreprise en 1999, l’accusant de la pollution des eaux souterraines de la région.

 

La Cour d’appel a conclu à un vice de procédure dans le traitement du dossier. Les plaignants n’auraient pas bénéficié d’assez de temps pour répondre à la demande de non-lieu formulée par l’entreprise accusée, Dow Chemical, actuel propriétaire d’Union Carbide, ainsi que l’ancien P-DG d’Union Carbide, Warren Anderson.

 

Le non-lieu est donc injustifié, selon la Cour d’appel.

 

15:33 Écrit par Charly Schwarz dans Développement durable, Economie, Monde, Solidarité | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

10/11/2008

Le discours de Barack Obama à Chicago après son élection

Voici la traduction du premier discours prononcé par Barack Obama après sa victoire à la présidentielle américaine ce mardi 4 novembre 2008.

 


"Hello, Chicago.
S'il y a quelque part quelqu'un qui doute encore qu'en Amérique tout est possible, qui se demande encore si le rêve de nos Pères fondateurs vit encore à notre époque, qui s'interroge encore sur la force de notre démocratie, ce soir, voici votre réponse.

 


C'est la réponse donnée par les files d'attentes qui se sont allongées devant les écoles et les églises dans des proportions que ce pays n'avait jamais vues, par des gens qui ont attendu trois ou quatre heures, souvent pour la première fois de leur vie, parce qu'ils pensaient que cette fois devait être différente, et que leur voix pouvait faire cette différence.

 


C'est la réponse donnée par les jeunes et les vieux, les riches et les pauvres, les démocrates et les républicains, les Noirs, les Blancs, les Hispaniques, les Asiatiques, les Indiens (natifs), les homosexuels, les hétérosexuels, les handicapés et les valides.

 

 

Des Américains qui ont envoyé au monde un message: nous n'avons jamais été une simple juxtaposition d'individus ou une juxtaposition d'Etats rouges et d'Etats bleus (Etats républicains et Etats démocrates, ndlr).

 


Nous sommes, et nous serons toujours, les Etats-Unis d'Amérique.

 


C'est la réponse qui a conduit ceux à qui l'on a si longtemps dit d'être cyniques, d'avoir peur et de douter de ce que nous pouvons accomplir, à prendre dans leurs mains l'arc de l'histoire et à le bander une fois encore dans l'espoir d'un jour meilleur.

 


Cela aura pris beaucoup de temps mais ce soir, grâce à ce que nous avons fait en cette date, dans cette élection, à ce moment décisif, le changement est arrivé en Amérique.

 


Un peu plus tôt ce soir, j'ai reçu un appel d'une extraordinaire bienveillance du sénateur McCain.

 


Le sénateur McCain s'est battu longtemps et de toutes ses forces dans cette campagne.

 

 

Et il s'est battu encore plus longtemps et avec encore plus de force pour le pays qu'il aime.

 

 

Pour l'Amérique, il a enduré des sacrifices que la plupart d'entre nous ne pouvons même pas essayer d'imaginer.

 

 

Nous nous portons mieux grâce au service de ce dirigeant courageux et désintéressé.

 


Je le félicite; je félicite la gouverneuse Palin pour tout ce qu'ils ont accompli.

 

 

Et j'ai hâte de travailler avec eux pour renouveler la promesse de cette nation dans les mois à venir.

 


Je veux remercier mon compagnon dans ce voyage, un homme qui a fait campagne avec tout son cœur, qui a parlé pour les hommes et les femmes avec lesquels il a grandi dans les rues de Scranton et avec lesquels il est rentré en train chez lui dans le Delaware: le vice-président élu des Etats-Unis Joe Biden.

 


Et je ne me trouverais pas ici sans le soutien sans faille de celle qui a été ma meilleure amie pendant ces 16 dernières années, le roc de notre famille, l'amour de ma vie, la future Première Dame de ce pays: Michelle Obama.

 


Sasha et Malia, je vous aime toutes les deux plus que vous ne pouvez l'imaginer. Et vous avez gagné le nouveau chiot qui va venir avec nous à la nouvelle Maison Blanche.

 


Et bien qu'elle ne soit plus avec nous, je sais que ma grand-mère nous regarde, tout comme la famille qui a fait de moi celui que je suis. Ils me manquent ce soir. Je sais que j'ai envers eux une dette incommensurable.

 


A ma soeur Maya, ma sœur Alma, tous mes autres frères et sœurs, merci si fort pour tout votre soutien. Je leur suis reconnaissant.

 


A mon directeur de campagne, David Plouffe, le héros méconnu de cette campagne, qui a bâti la meilleure, la meilleure campagne politique, je pense, de l'histoire des Etats-Unis d'Amérique.

 


A mon directeur de la stratégie David Axelrod, qui a été un partenaire pour moi à chaque étape.

 


A la meilleure équipe de campagne jamais réunie de l'histoire de la politique.

 

 

Vous avez rendu cela possible et je vous suis à jamais reconnaissant pour ce que vous avez sacrifié afin de l'accomplir.

 

Mais par-dessus tout, je n'oublierai jamais à qui cette victoire appartient réellement.

 

 

Elle vous appartient.

 


Je n'ai jamais été le candidat le plus probable pour ce poste.

 

 

Nous n'avons pas commencé avec beaucoup d'argent ni beaucoup de soutiens. Notre campagne n'est pas née dans les couloirs de Washington.

 

 

Elle a commencé dans les arrière-cours de Des Moines, dans les salons de Concord et sous les porches de Charleston.

 

 

Elle a été bâtie par des travailleurs et des travailleuses qui ont puisé dans le peu d'économies qu'ils avaient pour donner cinq, dix, vingt dollars à la cause.

 


Elle a tiré sa force des jeunes qui ont rejeté le mythe de l'apathie de leur génération, qui ont quitté leur maison et leur famille pour des emplois qui payaient peu et offraient encore moins de repos.

 


Elle a tiré sa force des gens moins jeunes qui ont bravé la morsure du froid et la chaleur torride pour frapper aux portes de parfaits étrangers; et (elle a tiré sa force, ndlr) de millions d'Américains bénévoles qui se sont organisés et ont démontré que plus de deux siècles après, un gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple n'a pas disparu de la surface de la Terre.

 


C'est votre victoire.

 


Et je sais que vous ne l'avez pas fait juste pour gagner une élection.

 

 

Et je sais que vous ne l'avez pas fait pour moi.

 


Vous l'avez fait parce que vous comprenez l'ampleur de la tâche qui nous attend.

 

 

Car même tandis que nous faisons la fête ce soir, nous savons que les défis qui nous attendent demain sont les plus grands de notre vie: deux guerres, une planète en danger, la pire crise financière depuis un siècle.

 


Tandis que nous sommes ici ce soir, nous savons que des Américains courageux se réveillent dans les déserts d'Irak et les montagnes d'Afghanistan pour risquer leur vie pour nous.

 


Il y a des mères et des pères qui resteront éveillés dans leur lit une fois les enfants endormis, à se demander comment ils vont rembourser le crédit de la maison, payer le médecin ou mettre assez de côté pour l'éducation supérieure de leurs enfants.

 


Il y a de nouvelles énergies à maîtriser, de nouveaux emplois à créer, de nouvelles écoles à construire, des menaces à affronter, des alliances à renouer.

 


La route sera longue. La pente sera raide.

 

 

Nous n'y arriverons peut-être pas en un an, ni même en un mandat.

 

 

Mais, Amérique, je n'ai jamais été aussi plein d'espoir que ce soir quant au fait que nous y arriverons. Je vous le promets: nous, le peuple, nous y arriverons.

 


Il y aura des revers et des faux départs.

 

 

Beaucoup n'approuveront pas chaque décision ou chaque mesure que je prendrai en tant que président.

 

 

Et nous savons que le gouvernement ne peut pas résoudre tous les problèmes.

 


Mais je serai toujours honnête avec vous sur les défis auxquels nous sommes confrontés.

 

 

Je vous écouterai, surtout si nous ne sommes pas d'accord.

 

 

Et par-dessus tout je vous demanderai de participer à l'effort pour rebâtir cette nation, de l'unique façon dont cela se fait en Amérique depuis 221 ans -pierre par pierre, brique par brique, de mains calleuses en mains calleuses.

 


Ce qui a commencé il y a 21 mois au fin fond de l'hiver ne peut pas s'arrêter en cette nuit d'automne.

 


Cette victoire seule n'est pas le changement que nous recherchons.

 

 

Ce n'est que notre chance de construire ce changement.

 

 

Et cela ne peut pas arriver si nous revenons en arrière.
Cela ne peut pas arriver sans vous, sans un nouvel esprit de service, un nouvel esprit de sacrifice.

 


Alors faisons appel à un nouvel esprit de patriotisme, de responsabilité, par lequel chacun d'entre nous décidera de se mettre au travail, de travailler plus dur et de s'occuper pas seulement de soi mais les uns des autres.

 


Souvenons-nous que, si cette crise financière nous a appris quelque chose, c'est que Wall Street ne peut pas prospérer quand Main Street souffre.

 


Dans ce pays, nous nous élevons ou nous tombons comme une seule nation, comme un seul peuple.

 

 

Résistons à la tentation de retomber dans le même esprit partisan, les bassesses et l'immaturité qui ont empoisonné pendant si longtemps notre vie politique.

 


Souvenons-nous que c'est un homme de cet Etat qui a, le premier, porté la bannière du Parti républicain à la Maison Blanche, un parti fondé sur les valeurs d'indépendance, de liberté individuelle et d'unité nationale.

 


Ce sont des valeurs que nous partageons tous.

 

 

Et si le Parti démocrate a remporté une superbe victoire ce soir, c'est avec une certaine humilité et de la détermination à guérir les divisions qui ont entravé notre progression.

 


Comme l'a dit Lincoln à une nation bien plus divisée que la nôtre, nous ne sommes pas ennemis mais amis.

 

 

Bien que la passion les ait éprouvés, elle ne doit pas briser nos liens d'affection.

 


Et à ces Américains dont je dois encore gagner le soutien: je n'ai peut-être pas remporté votre vote ce soir, mais j'entends votre voix. J'ai besoin de votre aide.

 

 

Et je serai aussi votre président.

 


Et à tous ceux qui nous regardent ce soir au-delà de nos frontières, dans des Parlements et des palais, à ceux qui sont serrés autour de radios dans des coins oubliés du monde: nos histoires sont singulières, mais nous partageons notre destin, et une nouvelle aube du leadership américain est là.

 


A ceux, à ceux qui voudraient déchirer le monde: nous vous vaincrons. A ceux qui cherchent la paix et la sécurité: nous vous soutenons.

 

 

Et à tous ceux qui se sont demandé si le phare de l'Amérique brillait toujours du même éclat: ce soir, nous avons prouvé une fois encore que la véritable force de notre nation vient, non pas de la puissance de nos armes ou de l'étendue de notre richesse, mais du pouvoir pérenne de nos idéaux: la démocratie, la liberté, les possibilités et l'espoir inébranlable.

 


C'est le véritable génie de l'Amérique: l'Amérique peut changer.

 

 

Notre union est perfectible. Ce que nous avons déjà accompli nous donne de l'espoir pour ce que nous pouvons et devons accomplir demain.

 


Cette élection est celle de nombreuses premières fois et d'histoires que raconteront des générations.

 

 

Mais il en est une que j'ai à l'esprit ce soir, sur une femme qui a déposé son bulletin à Atlanta.

 

 

Elle ressemble beaucoup à des millions d'autres qui ont fait la queue pour faire entendre leur voix dans cette élection, à un détail près: Ann Nixon Cooper a 106 ans.

 


Elle est née une génération après l'esclavage.

 

 

Une époque où il n'y avait pas de voitures sur les routes ni d'avions dans le ciel; où quelqu'un comme elle ne pouvait pas voter pour deux raisons: parce que c'était une femme et à cause de sa couleur de peau.

 


Et ce soir, je pense à tout ce qu'elle a vu en un siècle en Amérique: la douleur et l'espoir, le combat et le progrès; à ces fois où on nous a dit que nous ne pouvions pas, et à ces gens qui ont continué d'avancer avec ce credo américain: Oui, nous le pouvons.

 


A une époque où la voix des femmes était étouffée et leurs espoirs ignorés, elle les a vues de son vivant se lever, prendre la parole et obtenir le droit de vote. Oui, nous le pouvons.

 


Quand le désespoir des grandes tempêtes de sable (le "Dust Bowl" des années 1930) et de la Dépression régnait sur le pays, elle a vu une nation dompter la peur même avec un New Deal, de nouveaux emplois, une nouveau sentiment de but commun. Oui, nous le pouvons.

 


Quand les bombes sont tombées sur notre base et que la tyrannie a menacé le monde, elle a été le témoin de l'élévation d'une génération vers la grandeur et du sauvetage d'une démocratie. Oui, nous le pouvons.

 


Elle était là pour les bus de Montgomery, les lances à incendie de Birmingham, un pont à Selma, et un prêcheur d'Atlanta qui disait aux gens que "We Shall Overcome" ("Nous vaincrons"). Oui, nous le pouvons.

 


Un homme s'est posé sur la Lune, un mur est tombé à Berlin, un monde a été connecté par notre propre science et notre imagination.

 


Et cette année, dans cette élection, elle a touché du doigt un écran et voté, parce qu'après 106 ans en Amérique, en ayant traversé les temps les meilleurs et les heures les plus sombres, elle sait comme l'Amérique peut changer. Oui, nous le pouvons.

 


Amérique, nous sommes allés si loin. Nous en avons tant vu.

 

 

Mais il reste tellement plus à faire. Alors ce soir, posons-nous la question: si nos enfants vivent jusqu'au prochain siècle, si mes filles ont la chance de vivre aussi longtemps qu'Ann Nixon Cooper, quel changement verront-ils? Quels progrès aurons-nous faits?

 


Voici notre chance de répondre à cet appel.

 

 

A nous maintenant.

 


A nous maintenant, de remettre notre peuple au travail et d'ouvrir les portes des possibles à nos enfants; de rétablir la prospérité et de militer pour la cause de la paix; de nous réapproprier le rêve américain et de réaffirmer cette vérité fondamentale qui veut que, dans la multitude, nous ne faisons qu'un; que tant que nous respirons, nous espérons.

 

 

Et quand nous rencontrons le cynisme, les doutes et ceux qui nous disent que nous ne pouvons pas, nous répondrons avec ce credo intemporel qui résume l'esprit d'un peuple: Oui, nous le pouvons.

 


Merci. Dieu vous bénisse. Et Dieu bénisse les États-Unis d'Amérique."

 

17:49 Écrit par Charly Schwarz dans Monde, Politique | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

06/11/2008

Une Charte pour Genève : services publics (VI)

 

Article 23 Les habitant/es jouissent d’un droit à des services publics de qualité et participent, avec l’administration, à un effort collectif visant à assurer la jouissance d’un tel droit. Ils y contribuent en posant des gestes compatibles avec les engagements énoncés au présent chapitre.

 

 

Article 24 Aux fins de favoriser la jouissance par les habitant/es de leur droit à des services publics de qualité, l’administration s’engage à :

 

 

a)   rendre des services de manière compétente, respectueuse et non discriminatoire ;

 

 

b)  favoriser la souplesse dans les services qu’elle dispense ainsi que dans l’utilisation des espaces publics afin de répondre aux besoins variés des habitant/es ;

 

 

c)   prendre des mesures visant à limiter les nuisances et les obstacles entravant l’accès sécuritaire des habitant/es à leur domicile et au réseau piétonnier ;

 

 

d)  prendre des mesures adéquates visant à assurer la propreté du domaine public ;

 

 

e) favoriser l’accessibilité universelle dans l’aménagement du territoire    ainsi qu’aux bâtiments et aux services publics en général.

 

 

 

Les engagements énoncés dans la Charte sont soumis aux limites des compétences de l’administration et des compétences qu’elle partage avec les autres niveaux de gouvernement, aux limites inhérentes aux ressources financières dont elle dispose en général, ainsi qu’aux limites raisonnables dans une société libre et démocratique.

 

 

07:50 Écrit par Charly Schwarz dans Général, Genève, Politique, Solidarité | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

05/11/2008

Une Charte pour Genève : sécurité (V)

 

Article 21 Les habitant/es jouissent d’un droit à la sécurité et participent, avec l’administration, à un effort collectif visant à assurer la jouissance d’un tel droit. Ils y contribuent en posant des gestes compatibles avec les engagements énoncés au présent chapitre, notamment en privilégiant des comportements préventifs.

 

 

Article 22 Aux fins de favoriser la jouissance par habitant/es de leur droit à la sécurité, l’administration s’engage à :

 

 

a)   aménager son territoire de façon sécuritaire ;

 

 

b)  soutenir, avec l’appui des partenaires du milieu, des mesures spécifiques pour la sécurité des femmes ;

 

 

c)   encourager l’usage sécuritaire des espaces publics, notamment des parcs et des équipements collectifs et récréatifs ;

 

 

d)  soutenir des mesures préventives axées sur la sensibilisation et la participation des habitant/es, en collaboration avec les responsables de la sécurité publique ;

 

 

e) protéger l’intégrité physique des personnes et des biens.

 

 

 

Les engagements énoncés dans la Charte sont soumis aux limites des compétences de l’administration et des compétences qu’elle partage avec les autres niveaux de gouvernement, aux limites inhérentes aux ressources financières dont elle dispose en général, ainsi qu’aux limites raisonnables dans une société libre et démocratique.

 

 

 

Articles suivants en gestation...

 

08:54 Écrit par Charly Schwarz dans Général, Genève, Politique | Lien permanent | Commentaires (7) | |  Facebook

04/11/2008

Une Charte pour Genève : environnement et développement durable (IV)

 

Article 19 Les habitant/es jouissent de droits en matière d’environnement et de développement durable et participent, avec l’administration, à un effort collectif visant à assurer la jouissance de tels droits. Ils y contribuent en posant des gestes compatibles avec les engagements énoncés au présent chapitre

 

 

Article 20 Aux fins de favoriser la jouissance par les habitant/es de leurs droits en matière d’environnement et de développement durable, l’administration s’engage à :

 

 

a)   promouvoir la réduction à la source, le réemploi et le recyclage ;

 

 

b)  concilier la protection de l’environnement et du patrimoine bâti avec le développement économique, social et culturel ;

 

 

c)   favoriser l’amélioration constante de la qualité de l’air, des eaux et des sols;

 

 

d)  favoriser le transport en commun et les modes de transport ayant pour effet de limiter l’usage de la voiture en milieu urbain ;

 

 

e)   favoriser l’accès aux rives;

 

 

f) favoriser la protection et la mise en valeur des milieux naturels;

 

 

g) prendre des mesures visant à limiter les nuisances abusives issues du bruit et de la circulation, contrôler celles découlant du dépôt des ordures et promouvoir auprès des habitant/es un comportement civique responsable et respectueux des milieux de vie et de l’environnement.

 

 

 

Les engagements énoncés dans la Charte sont soumis aux limites des compétences de l’administration et des compétences qu’elle partage avec les autres niveaux de gouvernement, aux limites inhérentes aux ressources financières dont elle dispose en général, ainsi qu’aux limites raisonnables dans une société libre et démocratique.

 

 

 

Articles suivants en gestation...

 

07:42 Écrit par Charly Schwarz dans Développement durable, Général, Genève, Nature, Politique, Solidarité | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

02/11/2008

Novembre, partez en vadrouille ESS !

En Rhône-Alpes, novembre sera le mois de l'économie sociale et solidaire (ESS).

 

Une cinquantaine d'évènements dans toute la région vous permettent d'aller à la rencontre de l'économie sociale et solidaire.

 

De la consommation responsable aux coopératives d'intérêt collectif en passant par les finances solidaires, les circuits courts, l'insertion ou encore l'éducation, de très nombreuses thématiques seront abordées par ceux qui font de l'économique et du social autrement.

 

Associations, coopératives et mutuelles vous accueillent tout au long du mois de novembre pour des conférences, projections, soirées théâtres ou de contes, fêtes et autres déambulations pour partir à la découverte de cette économie qui place l'humain au centre de ses préoccupations. 

 

 

Découvrez le calendrier des événements, sur le lien ci-dessous :

 

http://www.rhone-alpesolidaires.org/agenda_vue/2008/11/all

 

09:18 Écrit par Charly Schwarz dans Associations, Commerce, Développement durable, Economie, France, Général, Région, Solidarité | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

01/11/2008

Une Charte pour Genève : social et culture (III)

 

Article 15 Les habitant/tes jouissent de droits sociaux. Ils participent, avec l’administration, à un effort collectif visant à assurer la jouissance de tels droits. Ils y contribuent en posant des gestes compatibles avec les engagements énoncés.

 

 

Article 16 Aux fins de favoriser la jouissance par les habitant/tes de leurs droits sociaux, l’administration s’engage à :

 

 

a) prendre des mesures de relogement lorsque l’évacuation ou la fermeture d’un bâtiment ou d’un logement est rendue nécessaire ;

 

 

b) considérer, dans la mise en œuvre des mesures relatives au logement, les besoins des populations vulnérables, notamment ceux des personnes et des familles à faible revenu et à revenu modeste ;

 

 

c) maintenir, avec l’appui de ses partenaires, des mesures d’aide aux populations vulnérables;

 

 

d) favoriser la prise en charge de leur milieu par les citoyennes et les citoyens en vue de contrer l’exclusion sociale ;

 

 

Article 17 Les habitants/tes jouissent de droits culturels et participent, avec l’administration, à un effort collectif visant à assurer la jouissance de tels droits. Ils y contribuent en posant des gestes compatibles avec les engagements énoncés.

 

 

Article 18 Aux fins de favoriser la jouissance par les habitants/tes de leurs droits culturels, l’administration s’engage à :

 

 

a) prendre des mesures adéquates visant à sauvegarder, protéger et mettre en valeur le patrimoine culturel et naturel ainsi qu’à favoriser la diffusion des savoirs et des connaissances qui les distinguent ;

 

 

b) maintenir accessibles, tant au plan géographique qu’économique, ses lieux de diffusion de la culture et de l’art et encourager leur fréquentation ;

 

c) promouvoir la création ;

 

 

d) soutenir le développement et la diversité des pratiques culturelles ;

 

 

e) soutenir une offre de services répondant aux besoins évolutifs de la population ;

 

 

f) aménager des infrastructures de loisir, d’activité physique et de sport de qualité, répartis équitablement en fonction des besoins évolutifs des milieux de vie ;

 

 

g) favoriser l’accessibilité aux activités et aux équipements collectifs.

 

 

 

Les engagements énoncés dans la Charte sont soumis aux limites des compétences de l’administration et des compétences qu’elle partage avec les autres niveaux de gouvernement, aux limites inhérentes aux ressources financières dont elle dispose en général, ainsi qu’aux limites raisonnables dans une société libre et démocratique.

 

 

 

Articles suivants en gestation...

 

07:34 Écrit par Charly Schwarz dans Culture, Développement durable, Général, Genève, Politique, Solidarité | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook