20/01/2009

Drôle… !

Drôle de constater que les opposants au vote par Internet utilisent les mêmes arguments vindicatifs et fallacieux que ceux de leurs aïeuls face à l’introduction de l’éclairage urbains, au déplacement automobile, à l’enseignement obligatoire pour les filles sans parler de l’imprimerie.

 Aujourd’hui s’opposer au vote par Internet c’est faire preuve d’un obscurantisme moyenâgeux.

07:51 Écrit par Charly Schwarz dans Général, Genève, Politique, Techno | Lien permanent | Commentaires (21) | |  Facebook

Commentaires

Bonjour à toutes et à tous,

Bonjour Charly,

sur le coup c'est votre billet qui devient drôle... parce que le vote par Internet n'est pas un éclairage de la démocratie, mais bien l'obscurantisme basique qui concentrera le pouvoir et le contrôle de l'outil dans quelques mains...

Que vous soyez pour, soit... mais faire des comparaisons de ce genre... franchement, j'ai comme un doute.

Entre la lumière citoyenne au grand jour et les locaux où se situe les serveurs, là où seul filtre la lumière des néons pour éclairer quelque élite, vous prônez l'obscurantisme...

:o)

Bien à vous Charly,

Stéphane

Écrit par : Stéphane | 20/01/2009

Drôle de constater que les partis cantonaux votent en séances plénières par des moyens électroniques, de plus devant les caméras de la chaîne de télévision locale, sans y voire le moindre problème de fraude…

Drôle de constater que ce qui est bon pour les édiles devint dangereux pour le Peuple.

Vive la République des privilèges (point d’ironie).

Écrit par : Charly Schwarz | 20/01/2009

Ne pas oublier que le "progrès" c'est aussi l'essence avec du plomb, l'isolement grâce à l'amiante, les pommades radioactives, la gestion du Reich par les machines Hollerith (IBM), sans oublier le vin Mariani (tonique !). - liste à compléter ;-) -

Le vote par internet n'est un réel progrès que pour les industriels qui arrivent à imposer leurs systèmes de vote dont même un enfant de 10 ans peut comprendre les lacunes démocratiques.

Quant aux édiles, on a encore une fois la preuve que le pouvoir appartient au peuple, et non aux édiles se contentant d'un théâtre de la démocratie où ils peuvent briller, incapables de démontrer un attachement réel à la vraie démocratie, celle qui exige la transparence DIRECTE des opérations électorales. Il faudrait un courage politique rare pour s'opposer aux industriels ... et aux tenants du "progrès quel qu'en soit le prix". Vous avez raison, ils sont bien décevants.

Cordialement,
Lionel

Écrit par : Matif | 20/01/2009

De quels industriels parle-ton ici ? Hormis le logiciel lui-même qui sauf erreur a été développé par les informaticiens du canton avec des experts extérieurs, il n'y aura pas un seul ordinateur de vendu en plus du fait du vote électronique, puisque les gens utiliseront ceux qu'ils possèdent déjà chez eux.
Quant aux serveurs centraux, l'Etat en a de toute manière besoin pour gérer les résultats des votes, alors ?

Écrit par : Philippe Souaille | 20/01/2009

Bonjour,

Il semblerait toutefois que les avis sont très partagés sur la question que ce soit dans les partis ou les pays où l'expérience a voulu être tentée.
Je trouve intéressant l'avis que donne le GULL à ce sujet (deuxième interview après l'article principal) . Une manière prudente de progresser:

http://www.lecourrier.ch/index.php?name=NewsPaper&file=article&sid=441361

Rien de vindicatif, ni de fallacieux, ni d'obscurantiste.
Histoire de ne pas foncer dans le mur?

Écrit par : Pascale | 20/01/2009

DROLE de voir ces vieux ignares qui veulent "faire moderne" voir même "djeune" en pronant le vote par Internet sans rien y comprendre.

1) Les systemes de vote en circuit fermé comme ceux du grand conseil n'ont RIEN a voir avec le vote par Internet

2) RIDICULE de pretendre qu'il n'y aura pas de couts IT additionels.

3) En cas de fraude même massive il ne reste strictement aucun elements materiels verifiables, ça aura au moins l'avantage d'empêcher les recours magouilleux comme celui qui a retardé l'election de Mr Cerrutti a Vernier...

CE

PS. Je gagne ma vie avec internet: Je suis ingénieur IT, 15 and d'experience entre autre comme chef de projet e-B...ing, ça fait bien longtemps que j'achètes mes billets d'avion, fait mes payements ou boursicote que par Internet... ET JE VOTERAI NON LE 8 FEVRIER PARCE QUE JE SAIS DE QUOI JE PARLE !

Écrit par : Eastwood | 20/01/2009

Je realise soudain un detail pas drôle du tout. Selon Mr Souaille: "Hormis le logiciel lui-même qui sauf erreur a été développé par les informaticiens du canton avec des experts extérieurs"

En d'autre terme on aurait deja procedé au developpement (couts generalement très élevé) avant même d'attendre le resultat des votations ????

Si c'est le cas, va y avoir des comptes a rendre.

Écrit par : Eastwood | 20/01/2009

Quitte à être traité d'obscurantiste et de pas être de mon temps, je n'ai moi aussi pas confiance et j'ai voté non

Écrit par : bidouille | 20/01/2009

Les industriels, il faut simplement les chercher chez les "experts extérieurs" ...

Écrit par : Matif | 21/01/2009

Eastwood demande :
- «En d'autre terme on aurait deja procedé au developpement (couts generalement très élevé) avant même d'attendre le resultat des votations ????»

- selon le rapport du Conseil d’État au Grand Conseil (http://www.ge.ch/grandconseil/data/texte/RD00639.pdf page 30 des annexes, i.e. page 44 du pdf), le développement de l'application a coûté 2 728 800 francs (la Confédération a pris en charge 819 000 francs).
- cela ne comprend que le coût de développement. Il y a par ailleurs le coût des infrastructures (740 000 francs, toutefois, les autres aspects du site internet du canton en ont bénéficié), celui des expertises (337 100 francs), et celui du fonctionnement lors des élections (1 498 500 francs).

--------
Pierre Muller, président d'Ordinateurs-de-Vote.org
Notre dossier sur la votation du 8 février : http://www.ordinateurs-de-vote.org/-Suisse-.html

Écrit par : Ordinateurs-de-Vote.org | 21/01/2009

La comparaison entre le vote par internet et le vote électronique au Grand Conseil est fallacieuse ou traduit une crasse méconnaissance de la question.

Vous comparez un vote public et un vote secret. Un député, quand il vote, peut instantanément vérifier sur le tableau que son vote a été bien transcrit.

Un citoyen, lorsqu'il vote par Internet, ne peut vérifier que son vote a bien été pris en compte dans le sens qu'il souhaitait. Et personne ne le peut.

Écrit par : Soli Pardo | 21/01/2009

C'est marrant, vous crier au sophisme et concluez votre article justement par un sophisme "Aujourd’hui s’opposer au vote par Internet c’est faire preuve d’un obscurantisme moyenâgeux."

Ahh ! La paille, la poutre, l'oeil, tousssaaah !

Écrit par : Djinius | 21/01/2009

Monsieur le Président Pardo,
Votre expérience politique parle pour vous, mais comment s’expriment les divergences d’opinion de chaque groupe quand le vote n’est pas secret ?

Ma modeste connaissance de l’arène qu’est le Grand Conseil me montre que vous devez faire taire vos valeurs d’homme au profit de l’appareil. Et de cela les membres du Conseil General de notre république ne peuvent le supporter…

Et le vote par Internet pourrait être le premier pas vers le remplacement d’une démocratie représentative à bout de souffle par une véritable démocratie citoyenne, que par ailleurs, vous appelez de vos vœux.

Écrit par : Charly Schwarz | 21/01/2009

Cher Monsieur,

Pour plus de démocratie, il faut augmenter les droits populaires.

Pas les moyens de voter.

Et surtout pas en recourant à un moyen qui n'est pas fiable.

Pour plus de démocratie, il faut surtout laisser le contrôle de la régularité des opérations électorales au peuple soit à ses représentants. La modification constitutionnelle demandée le 8 février, de manière presque sournoise, enlève ce contrôle au peuple. L'actuel article 48 alinéa 3 de la Constitution est abrogé et remplacé par une disposition qui permet au Conseil d'Etat de désigner qui bon lui semble pour les opérations de contrôle.

Écrit par : Soli Pardo | 21/01/2009

Cher Monsieur,
Si je vous lis bien, vous n’êtes pas contre le vote par Internet, où je me trompe ?

Écrit par : Charly Schwarz | 21/01/2009

Drôle de constater que les partis cantonaux votent en séances plénières par des moyens électroniques, de plus devant les caméras de la chaîne de télévision locale, sans y voire le moindre problème de fraude…

Drôle de constater que ce qui est bon pour les édiles devint dangereux pour le Peuple.

Vive la République des privilèges (point d’ironie).

Écrit par : Charly Schwarz | 23/01/2009

Charly, vous radotez maintenant....

Écrit par : Matif | 23/01/2009

"Drôle de constater que ce qui est bon pour les édiles devint dangereux pour le Peuple."

Pourquoi mentez-vous?
Le vote au parlement est nominatif. Et chaque député peut contrôler ce qu'il a voté.
Le vote du peuple est anonyme et doit le rester.

Tant de mauvaise foi. Malhonnêteté intellectuelle.

Vous n'êtes pas drôle.

Écrit par : Johann | 23/01/2009

"- selon le rapport du Conseil d’État au Grand Conseil (http://www.ge.ch/grandconseil/data/texte/RD00639.pdf page 30 des annexes, i.e. page 44 du pdf), le développement de l'application a coûté 2 728 800 francs (la Confédération a pris en charge 819 000 francs).
- cela ne comprend que le coût de développement. Il y a par ailleurs le coût des infrastructures (740 000 francs, toutefois, les autres aspects du site internet du canton en ont bénéficié), celui des expertises (337 100 francs), et celui du fonctionnement lors des élections (1 498 500 francs)."

En somme c'est comme si on commençait à construire un immeuble avant d'avoir reçu l'autorisation de construire...

La démocratie fout le camp, et il faudrait confier plus d'influences à cette bande de charlots? Jamais.

Écrit par : Johann | 23/01/2009

Ces "charlots" sont élus par vos voies... Faut-il faire autrement ?
Drôle de constater que nos édiles ne soient plus "supportées" par leurs électeurs.
Avons-nous déjà changé de système ?

Écrit par : Charly Schwarz | 23/01/2009

Une idée: mandat révocable comme en Californie.

Écrit par : Olivier | 23/01/2009

Les commentaires sont fermés.