20/02/2009

Le secret bancaire est mort … Vive le secret bancaire respectueux de la vie privée!

L'originalité de la Suisse est que son peuple attache une plus grande importance au respect de la vie privée qu'à la fiscalité.

Les banques n'ont pas le droit de renseigner le fisc suisse. Elles ont encore moins le droit de renseigner des fiscs étrangers.

Le secret bancaire suisse protège d'abord la sphère privée du client, il protège les données personnelles et financières du client, comme le fait le secret médical pour les données sensibles du patient.

La protection de la sphère privée est d'ailleurs un droit fondamental garanti aussi bien par la Constitution fédérale suisse que par la Convention européenne des droits de l'homme.

Depuis trois siècles, le secret bancaire suisse protège les fonds déposés dans des banques suisses, pendant combien de temps encore ?

 

 

 

17:29 Écrit par Charly Schwarz | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook

Commentaires

La vie privée des citoyens n'est plus respectée. Votre banquier via votre carte de crédit sait où vous êtes, votre opérateur téléphonique aussi. Nous sommes harcelé de propositions téléphoniques parce que nos adresses ont été vendues par des gens à qui nous avons une fois acheté quelque chose. Les salaires de catégories entières de citoyens sont publiées par l'état ou connues par le biais des conventions collectives, alors qu'on arrête de nous faire rire avec le respect de la vie privée dans une société mercantile et néolibérale.
La violation du secret bancaire est devenue un délit en 1934, il s'agissait de protéger les épargnants français qui venaient déposer en Suisse. Il ne sert qu'à protéger ceux qui ne veulent pas payer leur juste part des dépenses de la communauté à laquelle ils appartiennent.

Écrit par : Guy Le Comte | 20/02/2009

Charly, ce M. le Comte a raison, le secret bancaire n'est dixé dans la loi que depuis 1934. pas depuis 3 siècles.

Écrit par : Philippe Souaille | 20/02/2009

L'un des premiers textes qui régle formellement le secret bancaire date de cette époque.
Le Grand Conseil Genevois adopte en 1713 une réglementation de l'activité des banques qui stipule que les banquiers doivent «tenir un registre de leur clientèle et de leurs opérations, mais il leur est interdit de divulguer ces informations à quiconque autre que le client concerné, sauf accord exprès du Conseil de la Ville».

Écrit par : charly cchwarz | 20/02/2009

Les commentaires sont fermés.