10/03/2009

Quelle éthique pour les organismes publics ?

L’équité est le principe modérateur du droit selon lequel chacun peut prétendre à un traitement juste, égalitaire et raisonnable.


L’égalité constitue la base d’un système public démocratique. Rien ne doit empêcher l’égalité devant un service public, rien ne doit différencier les individus devant l’action générale. Tous les citoyens doivent s’intégrer suivant les mêmes considérations de départ, avoir les mêmes chances de réussir, les mêmes chances pour pouvoir se positionner socialement.

Pourtant, la réalité montre que chaque personne attend de la sphère publique un rôle adéquat, en fonction de sa propre situation, de son état actuel.

Les individus sont tous différents et le système public doit perpétuellement composer entre les particularités individuelles qui font les cultures d’une cité

Du principe aux actes et comportements un monde peut les séparer.

Pour les organismes publics, l’équité apporte une dimension raisonnable, subjective, parfois floue, qui est en sorte une « valeur» propre à ces organismes publics, indispensables aux comportements éthiques des acteurs concernés.

Cette valeur reste à partager.

07:48 Écrit par Charly Schwarz dans Général, Genève, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.