16/03/2009

Constitution et politique culturelle

Depuis 2000, la Constitution totalement révisée contient un article sur la culture qui sert de base aux activités d'encouragement de la culture au niveau fédéral.

Le Conseil fédéral a également approuvé le projet de révision totale de la loi concernant la fondation Pro Helvetia

La confédération a chargé Pro Helvetia, fondation de droit public subventionnée à 100% par la Confédération, de soutenir des projets relevant des domaines suivants : musique, théâtre, littérature et danse.

Les communes soutiennent aussi les activités culturelles, avant tout en offrant un cadre accueillant des manifestations multiples et variées

Mais à Genève, depuis 1996, le service cantonal de la culture est chargé de la mise en œuvre de la politique culturelle du Canton.

N’est-il pas venu le temps de rendre aux communes l’entière responsabilité de leur politique culturelle ?

 

21:01 Écrit par Charly Schwarz dans Culture, Général, Genève, Politique | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook

Commentaires

C'est exactement le contraire. La nouvelle constitution fédérale donne aux cantons la compétence en ce qui concerne la culture.

La constituante devra donc au contraire prévoir que l'essentiel de la culture soit cantonalisé et que ne subsistent, pour les communes, que des tâches de proximité, genre maisons de quartier en Ville de Genève.

Cela est d'autant plus vrai que, à plus ou moins brève échéance, il faudra aussi discuter de la culture dans un cadre régional et on voit mal Genève être représentée par une autre entité que son gouvernement dans les discussions avec les autorités françaises et vaudoises...

Écrit par : j.nizard | 16/03/2009

Merci pour ces précisions… j’espère que les diverses autorités communales connaissant la nouvelle constitution suisse !

Écrit par : charly schwarz | 16/03/2009

Ca ne sera jamais binaire : on doit arriver à ce que les grandes institutions soient financées par plusieurs sources : OSR, Grand Théâtre, musées devraient bénéficier d'appuis privés et publics (canton de Genève, de Vaud, communes genevoises, vaudois et frontalières car le bassin de population de ces institutions est très vaste.
p.losio

Écrit par : pierre losio | 17/03/2009

Les commentaires sont fermés.