27/03/2009

A quoi sert la démocratie participative ?

La démocratie participative est une forme moderne de la protestation constructive.

L’enjeu est de mobiliser les habitants pour que leur participation enrichisse la représentation que se font les responsables politiques des atouts humains et naturels d’une région ou d’un quartier.

La démocratie participative sert à régénérer la démocratie en mettant à plat les désirs, les visions individuelles et ensuite à essayer de les intégrer dans une construction collective qui débouche sur un projet commun.

Les élus qui savent écouter, dialoguer, agir de concert ont une chance  de réussir à faire partager leurs valeurs, leurs histoires et leurs projets. Ils ont même la possibilité des les enrichir et de les faire évoluer.

Elle sert aussi à régénérer l’ascension sociale individuelle et collective, la solidarité et le partage des pouvoirs culturels, économiques et politiques.

Elle devrait être le corolaire naturel de toute démocratie véritable, dans le sens que ceux qui détiennent le mandat représentatif devraient créer les conditions d’une réflexion et d’une participation réelle des électeurs.

La démocratie participative sert à redonner de la place à l’imaginaire dans la politique et à vivifier la démocratie.

 

Bonne chance aux nouveaux contrats de quartier initiés par la ville de Genève.

07:54 Écrit par Charly Schwarz dans Général, Genève, Politique | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook

Commentaires

Et ça peut aller encore bien plus loin que cela! Prenez l'exemple des premiers Contrats de Quartier de Suisse, ceux de la Ville de Vernier (depuis 2005!), qui offrent un véritable espace de décision aux habitant-e-s pour changer - rapidement - leur quotidien. Si la démarche de Genève est effectivement à saluer, il est cependant à regreter que la réflexion se soit arrêtée au stade de la consultation, qui peut être à tout moment remise en cause par le Conseil municipal, garant de la gestion des fdons publics.

A Vernier, en revanche, les projets d'aménagement, de vie sociale, de sécurité (au sens large!), peuvent faire l'objet d'un examen rapide et d'une prise de décision en un rien de temps, attendu que le CM délègue une partie de ses prérogatives décisionnelles à un comité de pilotage (composé quand même d'un représentant de chaque parti).

Les Contrats de Quartier de Vernier (Aïre - Le Lignon et Avanchets) sont donc des vrais expériences de démocratie participative, alors qu'à Genève - quand bien même il faut saluer l'effort - on reste beaucoup dans le consultatif...

Écrit par : MBA | 27/03/2009

Bonjour,
La vraie question serait plutôt : Comment ne démocratie pourrait ne pas être participative?
La démocratie participative est un slogan inventé par Ségolène Royal dans un pays qui se dit démocrate alors qu'il ne l'est pas! La oui, la démocratie participative a un sens. En Suisse, les citoyen(ne)s peuvent à tout moment déposer une initiative, demander un référendum. La démocratie participative telle que décrit dans votre billet n'est que des assemblées de non élus qui font des propositions.....

Écrit par : salegueule | 28/03/2009

La démocratie participative est un modèle politique alternatif. Il recouvre des concepts permettant d'accroître l'implication et la participation des citoyens dans le débat public et LA PRISE DE DECISIONS POLITIQUES QUI S'EN SUIT.

La démocratie participative s'inspire des concepts mis en place dès 1960.
Ségolène était encore entre les bottes de son père.

Écrit par : charly schwarz | 28/03/2009

Les commentaires sont fermés.