13/05/2009

Crise de confiance à l’égard des medias classiques

images.jpg

Internautes de tous pays unissez-vous ! Formule remise au goût du jour pour expliquer l’effacement des organisations humaines pyramidales traditionnelles devant des modes de créations collaboratives.

Mais c’est avant tout pour inventer une nouvelle démocratie, fondée sur des formes d’organisation plus participatives.

Cette aspiration est rendue possible par ces medias de masses que sont les blogs et les réseaux sociaux.

Il s’agit là d’un pouvoir en devenir qui entre de plus en plus en compétition avec les ‘’infocapitalistes’’ détenteurs de moyen de production et de diffusion qui s’appuient sur un modèle économique de création et de gestion qui génère du profit en contraignant les usagers à passer par leurs circuits.

Sauf qu’avec Internet, on est entré dans une ère d’abondance, de création de valeur ajoutée par l’innovation. L’évolution des technologies nous offre, aujourd’hui, la possibilité de rassembler des moyens de production et de diffusion permettant de plus en plus aux internautes de s’approprier l’information, de la valider, de la partager et de la diffuser.

La crise de confiance à l’égard des medias classiques a favorisé l’émergence des blogs et du journalisme citoyen avec le risque de surinformation, voire de désinformation.

Mais cette montée en puissance des medias citoyen se traduira par une corégulation et modifiera de manière radicale la relation entre la politique et le citoyen.

08:34 Écrit par Charly Schwarz dans Commerce, Economie, Général, Genève, Médias, Monde, Politique, Solidarité, Techno | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook

Commentaires

Bonjour Charly,

Tout simplement magnifique et tellement vrai ton article. Les personnes que l'on invite pas sur les plateaux de télévision classiques ne peuvent faire part de leurs idées qu'au travers des blogs, véritables moyens d'expression offerts au citoyen lambda.

Alors à quand une véritable télévision citoyenne où tout le monde et pas uniquement les stars locales pourront s'exprimer ? A réfléchir..

Cordialement,

Béatrice

Écrit par : beatrice fuchs | 13/05/2009

Permets moi de modérer un peu ton optimisme. L'impact des blogs reste relatif et à priori nettement moindre que celui des médias classiques. Il ne suffit pas d'écrire ou de montrer pour être lu ou vu. Les chiffres d'audience sont clairs et heureusement confirmés par les résultats des dernières élections qui ne confirmaient pas du tout les tendances parfois extrémistes des blogs.
Ainsi Béatrice, si les télés, même locales montrent de préférence des gens connus et/ou qui savent mieux s'exprimer, c'est parce que le public préfère cela à des inconnus s'exprimant éventuellement moins bien. Même s'il y a des people qui n'ont rien à dire et qui ne savent même pas le dire et de parfaits inconnus superintéressants et brillants. Une télé citoyenne qui ne serait pas regardée n'aurait aucun intérêt. Même pas pour ceux qui se presseraient pour y passer.
Par ailleurs, comme tu le laisse entendre, Charly, s'il ne faut pas croire tout ce qu'on peut lire dans les journaux, c'est encore plus vrai sur Internet. la démocratie populaire (ou citoyenne) c'est super, mais ce n'est pas parce que l'on est issu du peuple ou encore inconnu ou qui que ce soit, que l'on a forcément raison. Ou que l'on n'est pas de mauvaise foi, ou que l'on ne colporte pas des rumeurs infondées et invérifiées.

Internet est surtout un média supplémentaire, riche de possibilités nouvelles, mais pour y trouver sa place, il faut savoir communiquer, avoir des choses à dire, disposer de temps donc de moyens, et savoir choisir l'angle qui vous permettra de vous faire connaitre. La seule chose qui change d'avec les médias classiques, c'est que si l'on s'y prend bien cela peut couter beaucoup moins cher d'arriver à la notoriété, gage d'audience. Encore que cela dépende beaucoup de son domaine d'activité ou de spécialité

Écrit par : Philippe Souaille | 13/05/2009

Cher Philippe,

Permets-moi quand même de te faire remarquer que lorsque l'on voit certains élus s'exprimer au Grand-Conseil ou au Municipal, cela fait un peu peur, si ce n'est très peur, des insultes, des ricanements, rien de fondamentalement nouveau ni de détonnant au niveau des idées.

Et puis, pourquoi un inconnu s'exprimerait-il moins bien qu'un autre...laissons lui la possibilité de faire ses preuves et jugeons après. Cela m'a sidérée notamment dans l'affaire des Pâquis : pas un citoyen non connu invité sur le plateau.

Lorsque M. DECAILLET animateur star de GENEVE A CHAUD dit : y-a-t-il des arbres derrière la forêt, qu'il laisse les jeunes politiciens et surtout les femmes, un peu moins connues, s'exprimer, faire leurs preuves et pas toujours les mêmes, je dirais les séquoias du landerneau politique genevois.

Béatrice FUCHS

Écrit par : beatrice fuchs | 13/05/2009

Mais nous sommes d'accord Chère Béatrice, et je l'ai dit, il y a des gens connus qui n'ont rien à dire et/ou qui ne savent pas le dire et des inconnus brillants. N'empêche que le téléspectateur de base regardera plus volontiers si on lui montre des gens qu'il connait... Ou qui sont spectaculaires.
On peut dire ce que l'on veut de Genève à Chaud, mais dans l'ensemble, les personnalités invitées par Pascal Décaillet savent s'exprimer. Idem d'Infrarouge par exemple, qui préfère inviter les objets de scandale que les pédagogues, parce que c'est ce qui fait les meilleures audiences...
On peut accuser les médias capitalistes ou la télévision d'Etat, mais tous sont liés par un même besoin: convaincre leur audience. Et les gouts du grand public sont ce qu'ils sont. Malheureusement.

Écrit par : Philippe Souaille | 13/05/2009

Bonjour Cher Philippe,

Je suis d'accord avec toi mais j'y mets un petit bémol. Les gens connus ont bien dû commencer un jour, on leur a laissé une place pour s'exprimer. Combien de militants dans les partis sont des gens de valeurs, des fourmis, des abeilles, qui connaissent le terrain, combien d'entre eux aussi savent s'exprimer lorsqu'ils parlent, ont des idées. Jamais je n'ai vu Monsieur DECAILLET - que j'apprécie au demeurant - laisser une place à ces personnes. La politique doit revenir dans la rue - elle n'est pas là que pendant les avant-veille de votation ou d'élections. Comme le disait un jour un député de l'UMP, je suis tous les jours en campagne, sur le terrain, c'est ça pour moi la politique, c'est une conception que je défends, faire de la politique autrement. Le parlé vrai, le langage de la rue, et non le blabla de quelques uns qui n'apporte rien ni au débat ni à l'avancée des projets.
Bien à toi cordialement,
Béatrice

Écrit par : beatrice fuchs | 13/05/2009

Les commentaires sont fermés.