23/06/2009

Éthique et vie professionnelle

ethique.jpg

L’évocation de la dimension éthique occupe aujourd’hui une place importante dans les discours relatifs à l’économie, mais aussi à la vie professionnelle, alors que nous assistons  à un durcissement les rapports sociaux dans les entreprises.

 

Et, les premières questions surgissent…

Quels sens sont donnés aux termes utilisés, et quel sens peut-on leur donner ? Quelles fonctions joue ce discours éthique ? Comment peut-il être abordé ? Dans quelles conditions émerge-t-il ? Par qui est-il énoncé ? Quels rapports entretiennent les valeurs et les activités professionnelles ?

Quelle signification plus large revêt cet intérêt pour l’éthique et les valeurs ?

07:45 Écrit par Charly Schwarz dans Développement durable, Economie, Général, Genève, Monde, Politique, Suisse | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook

Commentaires

L'éthique, c'est quand Michelin laisse des traces de freinage en France en conduisant sa production en Inde.

:o)

Écrit par : Blondesen | 20/06/2009

L'éthique est devenu un concept utilisé par les multinationales, elles sont un argument de vente et de "bonnes pratiques", notion utilisée avec d'autres termes manipulés tels que développement durable, engagement social, respect du genre bien qu'en réalité ce sont bien elles qui mettent les gens au chômage par milliers, qui polluent et qui n'ont aucune éthique. Ce sont des manipulations verbales, on devrait leur demander directement "Pour vous c'est quoi l'éthique ? .,...un tic ou un toc.....tic......tac ou
tactique stratégique, gardons cette définition alors cette définition.
Pour les entreprises et la vie professionnel, l'éthique est une tactique stratégique pour plus de rentabilité et plus d'argent, donc O éthique.

Écrit par : duda | 20/06/2009

Nous sommes en plein été genevois et ça pleut des tics et des tacs tant que ça peut dans l'austère ville et pas seulement.
Pendant que les "voileurs" ratissent les bas fonds et qu'ils fonts valsés leurs liasses pourpres, les hordes de leurs "épouses en noir", symboles bipèdes de l'aliénation garantie par la lueur de nos magistrats, déambulent le cornet de glace dans une main et le fruit de leurs entrailles dans l'autre. Une main devant, une main derrière !, la Genève culturelle s'étire dans toute son ingénuité, d'un coté, les hommes d'états sortent leurs salopettes de circonstance et leurs lunettes de fonctionnaires, tandis que leurs répliques chaussent leurs bourkas et rabaissent leurs visières.
Enfin, pourvu que ça dure, ces allez-retours Mosquée - quartier des Paquis, quoi que du coup, on entend murmurer de prochains transfères d'oficines du quartier de la Coraterie vers la Servette et aussi, vers Montbrillant, pour que ces habitués s'arrêtent entre deux génuflexions déposer quelques menues monnaies sur des comptes de plus en plus attirés par d'autres royaumes. Finit les convoyages Cointrin vitres fumées SVP rue de Hollande ou environ ? Ces chères valises font elles des voyages bien moins nuisible à notre environnement, ces nobles princes ne viennent ils plus chez nous que pour vider leurs viscères sans pour autant laisser de maigres pourboires dans nos urnes.
De plus, ces coutumiers, n'était ils pas des experts légendaires dans la décoration de ces harem publique du 19 ème, où, placardés leurs penchants diplômes-étiques.
Bientôt, Calvin, aura supplanter son insolente réputation de rectitude contre d'audacieuses enseignes aux néons.
Il semblerait que pour nous faire oublier certaines de leurs frasques nos augustes cicérons ont troqués leurs regards de veloure pour des statues salées !

Écrit par : Maurice | 30/06/2009

Les commentaires sont fermés.