23/06/2009

Comment ruiner le monde; deux fois !

1929.jpg

La crise de 1929 et celle que nous vivons actuellement partagent une caractéristique commune ; elles furent engendrées par des erreurs d’hommes politiques et des banques centrales.

La crise qui c’est emparée du monde à l’été 2007 n’est pas le résultat d’une faillite du capitalisme mais belle et bien le produit d’une cascade d’erreurs humaines, d’opportunités manquées et d’une certaine culture de l’irresponsabilité.

Si nous devons l’essentiel de la crise actuelle à deux hommes, Allan Greenspan, ancien gouverneur de la banque Centrale américaine et George Bush, junior.

Il est utile de rappeler que cinq hommes ont pris entre 1920 et 1933 des décisions clés qui ont mené le monde au bord de la faillite, les banquiers centraux des Etats-Unis (Benjamin Strong), du Royaume Unis (Montagu Norman), de France (Emile Moreau) et d’Allemagne (Hjalmar Schnacht), sans oublier le Président Herbert Hoover (USA). Ils ont élevé l’inaction en art de la politique.

Aujourd’hui la majorité des spécialistes économiques sont d’accord pour dire que la faillite de Lehman Brothers, en septembre 2008, a mis pendant quelques semaines le monde au bord du gouffre. La chute de la vénérable banque d’investissement fut en réalité la dernière ou l’avant dernière erreurs d’une série que les responsables politiques ont entamé en 2000 (prix de l’argent trop bas pendant une période trop longue, soit une spéculation alimentée par un crédit trop bon marché).

L’ultime erreur, pour le moment, de cette « cacade » c’est produite dans les semaines qui ont suivit la faillite de Lehman Brothers.

Les hésitations et la méconnaissance complète de ce tsunami financier, ont provoqué une gestion aléatoire faite d'atermoiements et de recettes parfaitement inutiles qui n’ont fait qu’aggraver la situation des marchés financiers et de l’économie en général.

Ne soyez pas étonné que les citoyens ont perdu confiance en leurs institutions !

Aucun parti politique n’a été capable ou voulu porter le débat sur la crise, et l’autonome approche….

 

 

 

 

09:48 Écrit par Charly Schwarz dans Commerce, Economie, Genève, Histoire, Monde, Politique, Suisse, Vaud | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.