30/06/2009

La fin du capitalisme de casino

casino.jpg

Avec la condamnation de Bernard Madoff à 150 ans de prison, un juge fédéral met fin à une époque de dérégulation financière néoconservatrice initiée par Ronald Reagan et Margareth Thatcher et conclue sous l’ère Bush.

La responsabilité pénal d’un délit est toujours dévolue à une personne, jamais à un contexte ou à une circonstance. Mais c’est bien le contexte qui a favorisé les pratiques délictueuses de Bernard Madoff.

La responsabilité politique est engagée dans ce fiasco financier, engagée par le manque de régulation, par un capitalisme de casino sans loi.

Reste maintenant au G-20 de l’ère Obama a définir une supervision adéquate pour l’ensemble des compagnies financières.

Si cet objectif est atteint, au moins le scandale Madoff aura servi à quelque chose !

 

09:28 Écrit par Charly Schwarz dans Economie, Genève, Monde, Politique, Suisse | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

29/06/2009

Manque de liquide dans les veines du système…

dette publique.jpg

Un des problèmes majeur de la crise est le manque de liquidités pour les entreprises.

Pour palier à cette carence la Banque centrale Européenne a lancé la plus grande injection monétaire de son histoire, soit plus de 400'000 millions d’euros, suivi par la FED (Réserve fédérale) qui a acheté, massivement, des bons du Trésor.

Selon le FMI, la dette publique dans les 10 pays les plus riches de la planète dépasse les 78% de leur PIB !

A ce rythme, nous atteindrons rapidement les 100%.

Depuis la seconde guerre mondiale, jamais, tant de gouvernements ont perdu autant d’argent en si peu de temps.

Si la dette publique est le principal antidote pour corriger les pires effets de cette récession qui conjugue ; chômage, manque d’investissement qui paralyse notre système productif.

Mais cette dette verra l’émergence d’autres problèmes que nous devrons résoudre : insolvabilité des pays les plus pauvres, inflation…

Et la sortie de crise devra passer par une diminution du train de vie des administrations, suivie par une augmentation des impôts.

Nous devons nous y préparer !

10:33 Écrit par Charly Schwarz dans Economie, Général, Genève, Monde, Politique, Suisse, Vaud | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

Manque de liquide dans les veines du système…

dette publique.jpg

Un des problèmes majeur de la crise est le manque de liquidités pour les entreprises.

Pour palier à cette carence la Banque centrale Européenne a lancé la plus grande injection monétaire de son histoire, soit plus de 400'000 millions d’euros, suivi par la FED (Réserve fédérale) qui a acheté, massivement, des bons du Trésor.

Selon le FMI, la dette publique dans les 10 pays les plus riches de la planète dépasse les 78% de leur PIB !

A ce rythme, nous atteindrons rapidement les 100%.

Depuis la seconde guerre mondiale, jamais, tant de gouvernements ont perdu autant d’argent en si peu de temps.

Si la dette publique est le principal antidote pour corriger les pires effets de cette récession qui conjugue ; chômage, manque d’investissement qui paralyse notre système productif.

Mais cette dette verra l’émergence d’autres problèmes que nous devrons résoudre : insolvabilité des pays les plus pauvres, inflation…

Et la sortie de crise devra passer par une diminution du train de vie des administrations, suivie par une augmentation des impôts.

Nous devons nous y préparer !

10:33 Écrit par Charly Schwarz dans Economie, Général, Genève, Monde, Politique, Suisse, Vaud | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

28/06/2009

Hygiène de l’esprit…

Higiène de l'esprit.jpg

S’intéresser à l’éthique du point de vue du partage du profit est utile, mais peut aussi paraitre surprenant….

L’éthique rentre-t-elle dans le champ contractuel ?

 L’éthique gouverne-t-elle le partage du profit en droit des sociétés ?

Il va sans dire que la réponse à de telles questions passe préalablement par une définition de l’éthique.

Or, la notion d’éthique est par essence fluctuante, reflétant l’idéal de valeurs d’une société à une époque donnée, caractérisée par sa variabilité et de surcroît relative puisqu’elle intervient dans des domaines et des secteurs d’activité différents.

Nul n’ignore que les qualifications et définitions sont arbitraires, et qu’une instabilité en la matière crée plus de difficultés qu’elle n’en résout.

L’hygiène de l’esprit passant par la toilette des mots, il est en conséquence impératif de s’entendre sur la définition de l’éthique.

Pour les Grecs, le mot éthique renvoie à une réflexion sur les principes généraux guidant l’action humaine, le Larousse le définit comme «ensemble des règles de conduite ».

Se pose alors la question du lien qu’entretient l’éthique avec la morale ou encore avec la déontologie. Ces notions relèvent-elles d’une seule et même catégorie ou s’opposent-elles ?

09:11 Écrit par Charly Schwarz dans Culture, Général, Genève, Histoire, Monde, Politique, Spiritualités, Suisse | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

26/06/2009

Villa D’Este, meilleur hôtel du monde…

Villa d'este.jpg

Parmi plus de 400 établissements notés, la Villa D’Este, au bord du lac de Come, obtient le meilleur classement, devant le Peninsula de Bangkok, le Lanmark de Hong-Kong, le George V de Paris et le Burj Al Arab de Dubai.

Construit en 1568 pour le Cardinal Tolome Gallio,  la Villa est acquise en 1815 par Caroline de Brunswick et transformé en hôtel de luxe en 1873.

Depuis elle a hébergé des personnages illustres: Ava Gardner, Frank Sinatra, Maria Callas et Onassis, Madonna, Liza Minelli, Mick Jagger, sans oublier George Clooney, qui tombé en amour de la région a acheté une villa.

Dormir dans le meilleur hôtel du monde, contre 900 Euros/nuit  à seulement 300 km de Genève …

Bon week-end à tous !

 

 

14:21 Écrit par Charly Schwarz dans Culture, Général, Genève, Histoire, Loisirs, Monde, Voyages | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

25/06/2009

Le bruit… pollution physique et psychologique

bruit.jpg

Nous devons prendre conscience des méfaits des nuisances sonores… Elles touchent une grande partie de la population, notamment dans les zones urbaines.

En effet, un sondage réalisé à Genève révèle que 4 habitants sur 10 souffrent du bruit.

Pourtant, chacun peut agir pour réduire ces atteintes en appliquant des gestes du quotidien ou simplement en prenant conscience de ses propres impacts.

Bruit des établissements publics

o   Respecter le voisinage en gardant les portes et les fenêtres fermées ;

o   Éviter de faire du bruit autour de l'établissement (éclats de voix, claquements de portières, autoradio, démarrage des véhicules, etc.), notamment la nuit ;

o   Ne pas attendre d'avoir mal aux oreilles pour réagir : en cas de sifflements, avertir le responsable de la sonorisation et faire baisser le volume ;

o   Ne pas céder aux effets de mode : ne pas hésiter à exprimer aux gérants d'établissement que la convivialité d'un lieu doit primer sur les volumes sonores et se souvenir que le plaisir des uns ne justifie ni des nuisances pour les autres ni des atteintes à la santé.

Bruit de voisinage

o   Les excès de bruit (les bruits qui dépassent les limites de la tolérance) sont interdits à toute heure ;

o   Les heures nocturnes ne sont pas compatibles avec des activités bruyantes.

Bruit de la circulation

o   Privilégier la mobilité douce (marche, vélo...) ou les transports publics plutôt que les transports individuels motorisés ;

o   Adopter une conduite souple et respectueuse (éco-conduite, aussi bien pour l'environnement que financièrement) ;

o   Opter pour un choix de véhicule et de pneumatique moins bruyants.

 

08:29 Écrit par Charly Schwarz dans Développement durable, Général, Genève, Politique, Résistance, Science | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

23/06/2009

Comment ruiner le monde; deux fois !

1929.jpg

La crise de 1929 et celle que nous vivons actuellement partagent une caractéristique commune ; elles furent engendrées par des erreurs d’hommes politiques et des banques centrales.

La crise qui c’est emparée du monde à l’été 2007 n’est pas le résultat d’une faillite du capitalisme mais belle et bien le produit d’une cascade d’erreurs humaines, d’opportunités manquées et d’une certaine culture de l’irresponsabilité.

Si nous devons l’essentiel de la crise actuelle à deux hommes, Allan Greenspan, ancien gouverneur de la banque Centrale américaine et George Bush, junior.

Il est utile de rappeler que cinq hommes ont pris entre 1920 et 1933 des décisions clés qui ont mené le monde au bord de la faillite, les banquiers centraux des Etats-Unis (Benjamin Strong), du Royaume Unis (Montagu Norman), de France (Emile Moreau) et d’Allemagne (Hjalmar Schnacht), sans oublier le Président Herbert Hoover (USA). Ils ont élevé l’inaction en art de la politique.

Aujourd’hui la majorité des spécialistes économiques sont d’accord pour dire que la faillite de Lehman Brothers, en septembre 2008, a mis pendant quelques semaines le monde au bord du gouffre. La chute de la vénérable banque d’investissement fut en réalité la dernière ou l’avant dernière erreurs d’une série que les responsables politiques ont entamé en 2000 (prix de l’argent trop bas pendant une période trop longue, soit une spéculation alimentée par un crédit trop bon marché).

L’ultime erreur, pour le moment, de cette « cacade » c’est produite dans les semaines qui ont suivit la faillite de Lehman Brothers.

Les hésitations et la méconnaissance complète de ce tsunami financier, ont provoqué une gestion aléatoire faite d'atermoiements et de recettes parfaitement inutiles qui n’ont fait qu’aggraver la situation des marchés financiers et de l’économie en général.

Ne soyez pas étonné que les citoyens ont perdu confiance en leurs institutions !

Aucun parti politique n’a été capable ou voulu porter le débat sur la crise, et l’autonome approche….

 

 

 

 

09:48 Écrit par Charly Schwarz dans Commerce, Economie, Genève, Histoire, Monde, Politique, Suisse, Vaud | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Éthique et vie professionnelle

ethique.jpg

L’évocation de la dimension éthique occupe aujourd’hui une place importante dans les discours relatifs à l’économie, mais aussi à la vie professionnelle, alors que nous assistons  à un durcissement les rapports sociaux dans les entreprises.

 

Et, les premières questions surgissent…

Quels sens sont donnés aux termes utilisés, et quel sens peut-on leur donner ? Quelles fonctions joue ce discours éthique ? Comment peut-il être abordé ? Dans quelles conditions émerge-t-il ? Par qui est-il énoncé ? Quels rapports entretiennent les valeurs et les activités professionnelles ?

Quelle signification plus large revêt cet intérêt pour l’éthique et les valeurs ?

07:45 Écrit par Charly Schwarz dans Développement durable, Economie, Général, Genève, Monde, Politique, Suisse | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook

18/06/2009

+ de 360’000 personnes pauvres en Suisse…

pauvres.jpg

Selon les données de l’Office Fédéral de la statistique (OFS) on peut dire qu’environ une personne en âge de travailler sur onze est touchée par la pauvreté, et environ une personne active occupée sur vingt-cinq (vivant dans un foyer disposant au moins de l’équivalent d’un emploi à plein temps) est « working poor ».

Certains groupes sociodémographiques sont plus exposés à la pauvreté en général et au fait d’être « working poor » en particulier:

 

-          les ménages monoparentaux et les familles nombreuses,

-          les jeunes parents en général, les personnes de nationalité étrangère.

 

Certains facteurs socioprofessionnels sont également décisifs:

-          les travailleurs non-qualifiés,

-          ceux ayant interrompu (volontairement ou pas) leur activité professionnelle,

-          les actifs au bénéfice d’un contrat à durée déterminée,

-          les indépendants (en particulier sans collaborateur) sont beaucoup plus exposés que les autres.

 

Combien de personnes pauvres demain ?

18:18 Écrit par Charly Schwarz dans Genève, Politique, Suisse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

17/06/2009

Création de richesse = travail + capital !

microcrédits.jpg

La pratique habituelle (prêter en fonction des garanties réelles et donc de la richesse acquise au lieu de miser sur la richesse future) a pour effet de renforcer la concentration des biens plutôt que d’améliorer l’allocation des ressources dans l’économie.

Elle freine le développement local, ancré dans la réalité et fondé sur les capacités entrepreneuriales des habitants.

L’originalité du concept du microcrédit est de marier les dimensions, sociale et financière, considérées comme antagonistes.

Cela n’est possible qu’en se projetant dans l’avenir. Contrairement à toute autre forme de crédit, le microcrédit se fonde sur la confiance et les capacités des emprunteurs de créer de la richesse.

Mais il est difficile lorsqu’on a pris l’habitude de lier les décisions de prêt aux résultats comptables et aux garanties réelles.

Le microcrédit est populaire mais reste méconnu.

Souvent réservé à des populations précarisées, le microcrédit attire aujourd’hui de nouveaux publics ; des jeunes frappés par la crise, des cadres démotivés par un métier qui ne les satisfait plus ou encore des quadras aux velléités créatrices enfouies qui décident de s’écouter enfin et qui aspirent avant tout à l’autonomie professionnelle et financière.

Le microcrédit a une vraie modernité parce qu’il n’a pas qu’une fin utilitaire, il est un instrument pour réaliser une passion, valoriser ses compétences, et concrétiser des idées novatrices et originales.

La crise (précarisation du travail, chômage) démontre que d’autres voies sont nécessaires pour échapper à la solidarité publique.

Nous allons vers des petites unités économiques de service, mais le manque d’accès au crédit pénalise les petites entreprises et plus particulièrement les entreprises en démarrage.

Le microcrédit est un outil indispensable pour développer une activité professionnelle en l’absence de moyens… A condition d’être épaulé.

L’accompagnement est l’enjeu principal du microcrédit !

 

(extrait de ma conférence donnée mercredi 17 juin dans le cadre du Festival de la Terre à Lausanne)

11:50 Écrit par Charly Schwarz dans Commerce, Développement durable, Economie, Formation, Général, Genève, Politique, Solidarité, Suisse, Vaud | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook

15/06/2009

Vidéosurveillance et éthique

video.jpg

La vidéosurveillance est un outil au service du traitement de la délinquance de proximité, mais ce n'est pas la réponse universelle à ce problème.

Gardons-nous de refuser cette aide par idéologie, car un outil est toujours neutre.

Les arguments des opposants à la vidéosurveillance :

> l’absence d'étude indépendante et sérieuse sur son efficacité concernant la lutte contre la délinquance,

> surenchère technologique pour le contrôle social des citoyens,

> glissement sémantique de la vidéosurveillance à la vidéoprotection,

> travail sur les conséquences et non sur les causes des délits et des crimes...

Je rajouterais l'absence d'indépendance du contrôle opéré sur les systèmes tandis que les nouvelles technologies permettent désormais le couplage des caméras avec des logiciels de reconnaissance faciale, des procédés de captation sonore et la géolocalisation donc le traçage des individus.

Cela fait peur ! Dans ces conditions, comment garantir la protection des libertés individuelles ?

Pour répondre à cette question, la ville de Lyon s'est dotée d'un collège d'éthique de la vidéosurveillance dont la mission principale est d’encadrer et définir les bonnes pratiques, de veiller à l'application de la charte, de recevoir les doléances et d'informer les citoyens. Ils peuvent également examiner l'opportunité des nouvelles installations…

Genève pourrait suivre la voie…

 

22:59 Écrit par Charly Schwarz dans Général, Genève, Monde, Politique, Résistance, Science, Suisse, Techno, Vaud | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

13/06/2009

La finance islamique, un chemin vers la sortie de crise ?

Banque islamique.jpg

Alors que des offres d’investissement socialement responsable (ISR) émergent… Je suis convaincu que des liens sont à développer entre l’ISR et la finance islamique.

L'ISR et la finance islamique présentent plusieurs points communs. Prenant leur source dans les religions, ils font appel à des paramètres extra-financiers et sont considérés par les places financières comme des axes de développement attractifs.

Si ces "finances" se rejoignent par une finalité globale favorable au bien-être social et à un respect par l'homme de son environnement, la finance islamique est un système plus normé qui fournit à la fois des directives financières et extra-financier, lesquelles convergent plutôt avec la finance éthique et de partage.

Il serait opportun de favoriser leur rapprochement, cela permettrait de développer conjointement ces approches qui visent à encourager des pratiques plus éthiques, responsables et transparentes.

Et ainsi retrouver le chemin de la confiance...

07:21 Écrit par Charly Schwarz dans Développement durable, Economie, Général, Genève, Monde, Politique, Solidarité, Suisse, Vaud | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook

11/06/2009

Monde francophone et hémisphère occidental

Hémisphère occidentzal.jpg


Le Buffalo State College tiendra pendant trois jours un congrès ayant pour thème « Le Monde Francophone et l’Hémisphère Occidental ». Il débutera le dimanche 12 juillet 2009 et se poursuivra le lundi 13 et le mardi 14 au Buffalo State College à New York aux États unis.

Lire la suite

18:46 Écrit par Charly Schwarz dans Formation, France, Général, Genève, Monde, Politique, Science, Suisse, Université, Vaud | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

10/06/2009

L’EcoPôle des Charmilles un outil pour s’installer, démarrer, économiser, échanger, se développer…

images.jpg

Enfin de l’intérêt pour le développement de l’économie de proximité !

Avec la collaboration d’acteurs de l’économie locale (la Fondetec et  Après-Chambre de l’économie sociale et solidaire) la Ville de Genève investit dans le développement économique de proximité et durable.

Par la création de l’EcoPôle des Charmilles le département des Finances s’engage, par la mutualisation des compétences (un entrepreneur doit maitriser 27 métiers) en un lieu, à favoriser les échanges et la collaboration entre les acteurs de l’économie marchande et celle de l’ESS (économie sociale et solidaire).

Ce mariage entre l’économie marchande et l’ESS est une opportunité pour optimiser le financement, l’accueil, l’accompagnement et l’hébergement et ainsi éviter la solitude dans laquelle se retrouve souvent le créateur d’entreprise.

Par la création d’un nouveau statut, unique en Suisse, celui d’entrepreneur salarié, l’EcoPôle devient un véritable incubateur innovant.

Les conditions d’accès, pour ces entrepreneurs, aux crédits (taux préférentiels, prêts d’honneur, etc.) reste à définir…

17:21 Écrit par Charly Schwarz dans Associations, Commerce, Développement durable, Economie, Formation, Général, Genève, Politique, Solidarité | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook

09/06/2009

Une promotion peut être nuisible pour votre santé !

images.jpg

Selon les résultats d’une étude réalisée par l’université de Warwick, en Grande-Bretagne, les personnes devenues manager étaient nettement en meilleure santé que les autres … avant leur promotion.

En  revanche, après avoir été promus, leur santé mentale connaissait, selon les critères GHQ (General Health Questionnaire) une baisse de l’ordre de 10 %.

Le GHQ détermine la capacité des intéressés à surpasser leurs problèmes, prendre des responsabilités, dormir, se concentrer, se sentir déprimé …

L’une des raisons de ce constat pourrait résider dans le fait que les « chefs » ont la tête dans le guidon … et donc moins de temps pour se soigner.

08:56 Écrit par Charly Schwarz dans Economie, Général, Genève, Science, Suisse, Vaud | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook

08/06/2009

Le soleil se lève à l’ouest… (fin)

images.jpg

Nul besoin de faire des prévisions compliquées pour comprendre que le risque économique et social est l’implosion de l’État providence.

On ne peut, d’un côté, travailler moins parce que le nombre d’actifs diminue, et de l’autre, dépenser plus pour la santé et les assurances sociales.

Au-delà de la réforme inévitable de nos assurances sociales, le vrai problème est de rendre une dignité à ceux qui aujourd’hui désespèrent  et demain se révolteront…

Si, dans les turbulences de cette nouvelle révolution économique, on ne peut assurer un travail à chacun, il faut au moins rendre effectif le droit de créer.

 

07:43 Écrit par Charly Schwarz dans Culture, Développement durable, Economie, Général, Genève, Politique, Solidarité, Vaud | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

06/06/2009

Le Soleil se lève à l’ouest… (3)

images.jpg

Le défi du développement durable peut se résumer ainsi : comment rendre compatible le progrès économique et social avec le maintien des grands équilibres de la planète ?

L’imposante dimension des problèmes à résoudre de même que leur caractère le plus souvent transfrontalier exige une coopération à tous les niveaux.

Indubitablement, la maîtrise de ces grands enjeux mondiaux ne peut être possible sans l’acquisition de savoirs nouveaux.

Les recherches menées dans les différentes disciplines des sciences de la vie, de l’économie, de l’homme et de la société, et de l’ingénierie ont une contribution à apporter à la mise en œuvre d’un développement durable et responsable.

Mais le succès ne sera au rendez-vous que si les chercheurs travaillent dans la pluridisciplinarité et associent, dès la conception, les acteurs de la société civile qui auront à utiliser les résultats.

La Suisse consacre moins de 3% de son PIB à la recherche, tandis que la Suède 3,9%, la Finlande 3,5% et le Japon  3,3%.

Une solution passe par une action politique forte pour favoriser une plus grande participation des budgets R&D au PIB national.

08:29 Écrit par Charly Schwarz dans Développement durable, Economie, Formation, Général, Genève, Politique, Région, Suisse, Université, Vaud | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

04/06/2009

Le soleil se lève à l’ouest… (2)

images.jpg

Si les abus du capitalisme furent corrigés, à l’époque de la révolution industrielle, par l’action des syndicats, les abus du libéralisme en période de mondialisation ne peuvent être corrigés que par une meilleure organisation de ceux qui en sont exclus.

L’accès au capital est l’une des voies pour y arriver.

Ouvrir l’accès au crédit à tous les acteurs économiques favorise la réussite personnelle, mais aussi l'égalité des chances et la préservation du capital social.

Dans cette humanisation du libéralisme, le développement du micro crédit peut jouer un rôle important.

17:51 Écrit par Charly Schwarz dans Commerce, Culture, Développement durable, Economie, Général, Genève, Monde, Politique, Suisse, Vaud | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

03/06/2009

Emissions en CO2 par habitant (tonnes/2006)

Luxembourg 25.6
Finlande 12.9
Estonie 11.9
Belgique 11.3
Irlande 11.1
Allemagne 10.7
Danemark 10.6
Chypre 10.5
Pays-Bas 10.5
Grèce 9.8
Autriche 9.3
Norvège 9.3
Royaume-Uni 9.2
Pologne 8.7
UE (27 pays) 8.6
Slovénie 8.4
Italie 8.3
Espagne 8.2
Slovaquie 7.4
Bulgarie 7.2
Liechtenstein 6.8
Malte 6.5
France 6.4
Portugal 6.1
Suisse 6.1
Hongrie 6
Suède 5.7
Croatie 5.3
Roumanie 5.1
Lituanie 4.3
Turquie 3.8
Lettonie 3.6
Souce: Eurostat

16:02 Écrit par Charly Schwarz dans Développement durable, Monde | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

02/06/2009

Une Charte pour Genève

Une Charte pour reconnaître les valeurs communes que nous partageons, pour faciliter le développement harmonieux de notre canton.

 

Une Charte établit, dans une approche novatrice en instituant le principe de droits et aussi de responsabilités.

 

Une Charte devrait prévoir l’engagement concret de Genève et de tout son personnel dans l’amélioration constante des services offerts à la population.

 

En plus de rapprocher les habitant/es, les élu/es et l’administration, Genève se donnerait, avec une Charte, un outil essentiel pour bâtir un avenir reposant sur les valeurs qui nous animent : l’ouverture aux autres, le respect de la dignité humaine, la solidarité, la transparence et la démocratie.

 

Par une Charte, Genève affirmerait son engagement à développer avec les habitant/es le respect de ces droits et l’exercice de ces responsabilités et à en assurer l’application.

Lire la suite

16:29 Écrit par Charly Schwarz dans Général, Genève, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook