09/07/2009

Genève…avec quelques degrés de plus

canicule.jpg

A la fin du 21ème siècle, les températures augmenteront de 2 à 5 degrés.

Pour Genève, cela signifie un climat équivalent à celui actuellement en vigueur dans le sud de l'Espagne. Or, comme l'ont montré les épisodes de canicules, particulièrement en 2003, nos villes ne sont pas adaptées à ces vagues de chaleur. Comment vivra-t-on dans la ville de demain ?

Alors qu’on annonce le réchauffement climatique depuis des années, rien n’a été anticipé. Or, les changements urbains se préparent 30 ans à l’avance.

Résultat : il faut s’attendre à une phase extrêmement compliquée d’ici à 2030 avant que la ville ne puisse totalement se réinventer .

5 degrés, c’est ce que pourrait gagner la ville de Genève à la fin de ce siècle selon le scénario du Hadley center. Genève n’est pas adaptée à de telles températures.

Pourtant, aujourd’hui, peu de villes prennent en compte cette donnée, même dans leurs plans climat énergie, pour répondre à cet enjeu, il faut absolument articuler les plans climats avec les plans d’urbanisme, en intégrant une forte densité urbaine tout en maintenant une qualité de vie.

Les urbanistes vont ainsi devoir jouer les équilibristes.

 

 

08:53 Écrit par Charly Schwarz dans Développement durable, Général, Genève, Nature, Politique, Région | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook

Commentaires

"Genève n’est pas adaptée à de telles températures."

En terme de quoi, a quel niveau ? Pourriez vous precisez un peu dans quel domaine vous verriez des adaptations a prevoir ?

A part prevoir plus d'energie pour la climatisation, il me semble que les villes du sud ressemble dans les grande lignes a celle du nord, qu'y a-t-il a "totalement reinventer" ?

Et quand a la climatisation tout court, il s'agit d'actions individuelles a prendre par les propriétaires de batiments, et pas d'une planification urbanistique.

CE

Écrit par : Easwood | 09/07/2009

Genève égale le sud de l'Espagne en 2100? A Séville la température moyenne de janvier est de 17 degrés, en août de 35 degrés, soit bien plus que les 2 ou 5 degrés que vous annoncez bien péremptoirement pour la fin du XXIe siècle à Genève (janvier 2 degrés et août 20 degrés)... Et pourquoi faudrait-il s'attendre à une phase compliquée d'ici 2030? On sera encore à 70 ans de la date fatidique.

Écrit par : JF Mabut | 09/07/2009

Le sud de l’Espagne ne se résume pas uniquement à Séville !

Alors qu’on annonce le réchauffement climatique depuis des années, rien n’a été anticipé. Or, les changements urbains se préparent 30 ans à l’avance. Il faut s’attendre à une phase extrêmement compliquée avant que la ville ne puisse totalement se réinventer.

Pour répondre à l’enjeu des réchauffements, il faut absolument articuler les plans climats avec les plans d’urbanisme, en intégrant une forte densité urbaine tout en maintenant une qualité de vie notamment.

Car les villes, et notamment Genève, vont devoir gérer des objectifs parfois contradictoires comme la baisse des émissions de gaz à effet de serre et le confort de vie au sein de la ville, et cela pourrait même être sources de vives tensions.

En réponse à l’élévation des températures estivales, il faudra créer plus d’espaces verts au cœur des villes, ainsi que des plans d’eau qui feront diminuer la densité de l’habitat, créant ainsi des villes plus étendues qui imposent des temps de transport plus long... donc des consommation de carburant plus importante avec des émissions supplémentaires de gaz à effet de serre.

La question du prix du foncier ainsi que celui de l’énergie sera donc centrale, à la fois en matière de transport mais aussi de bâtiment.

La Banque mondiale, qui organisait un symposium mondial sur la recherche urbaine à Marseille fin juin, doit d’ailleurs réviser sa politique urbaine en septembre pour mieux évaluer l’impact du changement climatique sur les villes et développer des stratégies pour y faire face.

Écrit par : charly schwarz | 09/07/2009

Franchement Mr Schwartz, pourriez vous revenir sur terre et être un peu plus concret ?

PS: Je me rends regulièrement a Bangkok ou il fait sans problème 35-40 C et je n'y voit pas d'amenagement particulier pour accomoder cela.

Écrit par : Eastwood | 09/07/2009

L'anticipation n'est pas une vertu helvétique. Prévoir des logements pouvant garder la chaleur l'hiver et la fraîcheur l'été, on en est loin. Car les promoteurs, architectes et propriétaires d'immeubles locatifs, leur seul souci c'est la rentabilité. Construire avec des matériaux moins coûteux et engranger un maximum avec des loyers qui profitent de la pénurie de l'immobilier sur la région lémanique avec des vacances à 0,2 % à Genève...

Écrit par : demain | 10/07/2009

Les commentaires sont fermés.