31/07/2009

Une culture de l’assistanat

assistance publique.jpg

Aujourd’hui, la bonne volonté des individus qui recourent à la solidarité collective est souvent remise en cause. La société considère majoritairement les assistés comme des profiteurs.

Or, on explique de plus en plus souvent les comportements des acteurs sociaux par la théorie du « choix rationnel » ; en conséquence on stigmatise les populations dépendantes de l’action publique qui ne respecteraient pas le « pacte social » et choisiraient le loisir au détriment du travail.

Est-ce le développement d’une culture de l’assistanat qui nous aurait fait oublier les devoirs qui sont la contrepartie des droits que la société accorde à tout individu ?

 

07:35 Écrit par Charly Schwarz dans Général, Genève, Politique, Solidarité | Lien permanent | Commentaires (16) | |  Facebook

Commentaires

L'assistanat est le triste héritage du religieux "compassionnel" qui écrase l'individu, le réduit à néant, l'abaisse, le rabaisse, l'humilie. Ceci au nom de la culpabilité, de la mortification et de l'esprit colonialiste sous-jaccent du religieux qui sous prétexte d'aider envahit l'autre. Dans un dernier sursaut révolutionnaire, nous devrions passer de l'assistanat au partenariat, même celui qui a besoin d'un coup de pouce momentané est et reste un acteur au sein de la communauté. Le mot "assistanat" devrait déjà être banni du vocabulaire. A Genève, de nombreuses institutions bien-pensantes sont dans cette ligne de droite des tristes héritages religieux, à voir le fonctionnement de l'Hospice Général qui est un exemple caricatural du protestantisme "bon teint" "bon genre" avec de bons protestant au gouvernail, contents d'eux, qui se choisissent entre eux, les familles du sérail genevois : genevois protestants à la tête, plus on descend dans la hiérarchie plus on y trouvera des étrangers (ça coûte moins cher) Quant on voit les résultats que ça donne oups ! le peu de résultats que ça donne et ça coûte cher à la société.

Écrit par : duda | 31/07/2009

un petit exemple personnel...
voyez vous, je suis diplomé, mba marketing , je parle 3 langues couramment( un peu d'allemand en sus), je suis diplomé en infographisme aussi, j'ai suivit une formation post graduate aux USA, j'ai de l'expérience en milieu professionel: aussi bien dans les organisations internationales(ONU-BIT-UIT-OMPI)et dans les entreprises privées.
et bien cher amis figurez-vous que comme je n'ai point la chance du piston-à-papa, lorsque j'ai terminer mon dernier contrat, n'ayant point retrouvé de job, il me fallut demander de l'aide à l'Hospice. Et bien messieurs, je vais vous expliquer le parcours du combattant :

une assistante, constatant ma situation économique catastrophique, et étant sur-diplomé, je n'ai pas eu droit à des mesures de replacement ou de reformation...NOn, l'assistante sociale, m'a apporté en guise de solution, un ultimatum: soit je prenais le job imposé par l'Hospice, afin de recevoir les subsides de l'Hospice, soit je ne recevait rien, pas d'assurance maladie....

Moi qui suis travailleur, j'ai pensé trouver une solution dans le job imposé par l'Hospice. Seulement voilà, le job en question consistait à : "Livreur de pizza en scooter" pour pas un sou de plus que les aides versées par L'Hospice... Ansi donc, moi qui suis diplomé universitaire, qui ai de l'expérience professionnelle ; pour espérer recevoir le minable petit chèque de 1000 balles par moi pour à peine survivre, je devais risquer ma vie en conduisant un scooter pour livrer des pizzas en un temps record !!!

et bien savez-vous ce que je décidai ? de quitter l'Hospice , de ne plus rien demander à cet Etat de Merde et en plus de cela, je n'ai même plus d'assurance maladie...alors quelle est obligatoire en Suisse...je suis inexistant dans vos statistiques, pourtant je suis suisse, genevois, et toute ma famille à toujours payer ses impots dans ce pays de merde !
Alors l'assistanat, je connais pas...moi je connais la survie et la débrouille...merci encore belle Suisse...pour ton accueil et l'amour que tu porte à tes enfants...
DAVID.....

Écrit par : MUR | 31/07/2009

@David- cet exemple ne me surprend pas. les étrangers diplômés on ne les aime pas, ceux qui font du bien aux âmes en quête de charité c'est ceux qui sont bien au fond du trou et sur qui ont fait du compassionnel comme on leur "pisserait" dessus, ça fait du bien de se soulager, de soulager sa conscience coupable sur le dos des autres. Quand considéra-t-on les gens pour ce qu'ils sont et avec tout le respect qu'on leur doit, sur un pied d'égalité. C'est dur de se dire que l'autre est comme moi, c'est plus réconfortant de s'assurer qu'il est dépendant de moi, si supérieur, si bon, si généreux, mais finalement si pervers et si vicieux.

Écrit par : duda | 31/07/2009

JE NE SAIS PAS SI CELA A UN RAPPORT AVEC MA NATIONALITE...en tout cas, les opportunitées d'emploi ne sont pas légions....on vous propose des "mac-jobs"....(façon Mac-do)...l'esclavage moderne en risquant sa vie selon le boulot, pour un salaire de la peur et de la misère qui ne vous permet pas de survivre...assurances, loyers, bouffes, transports, vetements, enfants...tout cela avec des salaires qui décollent pas...
Alors regradez aux USA...en californie, les autorités ont légalisées la culture et la vente controlée du Canabis médical, pour permettre à toute la société de repartir...on attend 1,5 milliards $ par année de rentrée fiscale...

En suisse, à quand une telle approche pour relancer l'économie, soutenir notre paysannerie, et assurer des revenus normaux aux plus entreprenants...?

Écrit par : MUR | 31/07/2009

@duda
Une remarque
Claude Torracinta qui fut président du Conseil d'administration de l'Hospice Général de Genève de 1994 à 2006 n’appartient pas au sérail des familles genevoises protestantes puisqu’il avait émigré en Suisse en 1948.

Quant à l’actuel Conseil je n’y lis point de nom en accordéon (de) digne de la rue des Granges.

Sa composition actuelle est la suivante:
Président
M. Pierre Martin-Achard

Désignés par le Grand Conseil
M. Dominique Belli, vice-président
M. Rémy Kammermann
Désignés par le Conseil d'Etat
Mme Chantal Balet (démission au 1er juin 2009)
M. Charles Spierer
M. Metin Turker
Représentants des communes genevoises
M. Thierry Apotheloz
M. Jean-Pierre Oberholzer

Représentante du personnel
Mme Anne Vifian

Représentante du Département de la solidarité et de l'emploi (voix consultative)
Mme Anja Wyden

On y trouve beaucoup de noms à consonance allemande, non ?

Écrit par : Hypolithe | 31/07/2009

@David
Il est vrai qu'avoir des diplômes, quand on ne manie pas l'orthographe et la grammaire, ne sert à rien. Votre niveau d'orthographe, en revanche, n'est pas une tare pour livrer des pizzas.
Il n'y a d'ailleurs pas de sot métier et je vois mal pourquoi vous avez refusé ce travail.
Enfin, vous êtes, comme M. Jourdain avec la prose, un assisté sans le savoir. Lorsque vous serez malade, avec vos primes d'assurance maladie en souffrance, la collectivité vous soignera quand même aux frais du contribuable.
C'est un triste sort que le vôtre, j'en conviens : trop illettré pour avoir un poste digne de vos diplômes, trop snob pour exercer un emploi qu'on vous propose, car pas digne de vous, trop stupide pour vous rendre compte qu evous êtes un assisté en puissance vivant aux crochets de ceux qui travaillent et paient leurs contributions. Digne d'adhérer au MUR, quoi.

Écrit par : j.nizard | 31/07/2009

et oui...je ne demande rien à personne...voilà pourquoi je suis si libre de parole...et vous savez l'orthographe, c'est pas important...aujourd'hui, qui sait vraiment écrir sans fautes ??
alors vos critiques sont plaisantes, car elles ne me touchent pas !! je dois RIEN à LA SUISSE !!! RIEN--QUEDAL !"même pas la bouffe que j'ingurgite !! et pour ma santé, merci de vous en soucier, on a des gènes costauds...on est bien mélangé..aucune consanguinité dans la famille....:o)

mais cher Nizard, je reconnais ne pas être digne de faire livreur de pizza...peut-être suis-je déjà prêt pour la guerre...!! Mais au moins moi je ne particpe pas à vider les caisses publiques...et franchement qand je vois les gros nuls élus, je me sens pas trop minable...moi au moins je coute rien !!
mais qu'est-ce que j'emm..........!! lol....

Écrit par : MUR | 31/07/2009

J'adhère complètement aux propos de Duda. Aider autrui devrait être un acte totalement gratuit. Or, la plupart des personnes ou organismes qui octroient "si généreusement" leur aide ne font en fait qu'écraser l'autre de leur prétendue supériorité.

Écrit par : Kissa | 31/07/2009

Duda, plaisir de vous relire, à part ça, vous parlez de Genève, c'est bien, moi aussi, c'est la centrale de toutes les ong pourries complices des génocides et des massacres recouverts sous le châle de la bonne conscience et des énormes bénéfices extorqués tant aux bénéficiaires qu'aux états et individus donneurs.
Quand j'avais à peu près 10 ans, à Lausanne, nous avions comme voisin un certain Edmond Kaiser, fondateur de terre des hommes, une de nos voisine commune venait de perdre son mari et était un peu dans le besoin. Ma grand mère voulant lui faire une donation sans forcement vouloir apparaitre comme donneuse alla voir Edmond et lui demanda de remettre une somme d'environ 3'000 francs actuel à cette connaissance commune. Une semaine plus tard, cette voisine dit à ma grand mère, "ils sont sympas, terre des hommes, il m'ont donner 300 francs", le voyou déclara à ma grand mère, qu'il avait beaucoup de frais ! après une petite menace le bougre alla remettre la totalité de la donation à la voisine et depuis, plus personne ne le saluait dans le quartier, il a changé de quartier !
Voila exactement comment les pros de la misère fonctionnent, pour donner, disions 100 millions aux entretenus du système, une bande de rats encore pire que les fainéants convaincus dans les faits de ne rien faire, il y a les pros de la misère qui s'en mettent 10 fois plus dans les poches !
Comme Thoracinta, ce lèche-cul, après avoir fait le clébard pour les médias oligarchiques helvétiques, il s'est lancé dans le business de la charité et croyez moi ou pas, mais c'est à partir du moment ou il a mis les pieds dans charité institutionnelle que ce pourris s'est construit un petit empire !
Le business pourri de l'humanitaire est de loin le plus lucratif et le plus mafieux de tout les business pourris !
Regardé ce que principalement l'Europe à attribué comme fond aux Palestiniens, ils versaient les subventions directement sur le compte à numéro d'Arafat à Genève, ce chacal, évidemment, en redistribuait une partie également sur des comptes à numéro genevois afin de provisionner les fonctionnaires pourris ayant attribués les fonds, pendant que le peuple Palestinien bouffait des racines et se vengeait contre Israel !
Le total des avoirs d'arafat à Genève a atteint le montant de 25 milliards de CHF, en plus d'autres investissement qu'il avait fait ailleurs, on arrive aux 30 milliards de CHF.
Voilà la vérité sur l'assistanat, l'argent publique utilisé pour des causes d'assistanats reste incontrôlable à 80% voir 90%.
Maintenant, beaucoup vont me traiter de folo, qu'ils viennent débattre du sujet, folo pas la peine de me le dire, je le sais, mais venez débattre du concret et ne changer pas de sujet SVP ! merci

Écrit par : Maurice | 31/07/2009

Kissa, la communauté à le devoir de dépanné très momentanément certains nécessiteux, mais exceptionnellement, cela ne doit en aucun cas sur une forme de généralisation et surtout pas sous forme d'argent, des lieux pour loger et de la nourriture, de la bonne nourriture, car certains assistés ne mangent même pas avec l'argent, ils se payent de la dope et des litrons.
Mais tant qu'il y aura de la corruption active et passive dans ce phénomène devenu un business, ça risque de continuer encore un bon moment !
Également, la merde vient du fait que quand des jeunes veulent se lancer dans des entreprises, les règlement, le prix des locations etc. et calculé pour tout faire foirer et il n'y a plus d'esprit d'initiative dans ce pays de banque pourries, ce n'est pas comme aux USA ou des petits malins sont milliardaires à 25 ans ou à 40. En Suisse si un jeune à une bonne idée de projet et qu'il cherche des partenaires, il tombe sur des voyous professionnels subventionnés par le gouvernement et il se fait enculer !

Écrit par : Maurice | 31/07/2009

Monsieur Schwartz, de quelle société parlez-vous? Celle qui ne voit le profiteur que du côté des pauvres? Quels DEVOIRS supplémentaires voudriez-vous ajouter à leur misère? Quelle responsabilité ont-ils à leur mise hors circuits de l'exploitation "normale" et normative par les exploiteurs et pour leur seuls profits ? Au nom de quoi? de l'augmentation des bénéfices? de la part minime prélevée de vos impôts et dévolue à la "paix sociale" directe, celle qui vous garanti à vous aussi un minimum de sécurité?
La "fracture sociale" provient, de la nouvelle rationalisation du travail par le progrès de la production tant robotique qu'informatique. Mais qui en profite? La solution serait dans le partage des richesses, la "société des loisirs" pour tous par le partage du travail. La noblesse française commis la même erreur lors de l'industrialisation. La bourgeoisie actuelle ne sait et n'a pas su en tirer la leçon. Tant pis ou tant mieux.
Sous son air débonnaire, sa tendance humaniste au début, votre billet par sa question retorse finale, en avoue le but!

Écrit par : Kurt Deroy | 01/08/2009

@ Monsieur Deroy
Votre lecture rapide de mon billet m'oblige le complément ci-dessou:
Aujourd’hui, un individu se sent d’autant plus justifié à demander réparation que sa difficulté provient d’une cause sociale clairement distincte de sa bonne ou mauvaise volonté individuelle, et qu’un nombre plus grand d’individus se trouve concerné par cette cause, même si les institutions ne reconnaissent souvent pas.

Il est d’autant plus difficile de comprendre les raisons de l’inefficacité des moyens engagés par l’Etat dans la lutte contre l’exclusion.

Et je propose donc le remplacement de bureau de l’intégration par celui de la participation

Écrit par : charly schwarz | 01/08/2009

@Schwarz- une piste intéressante que vous proposez-là !

Écrit par : duda | 01/08/2009

Scwartz, un autre problème, ceux qui ont été assistés pendant des lustres devenus hors circuits chronique, ils ne sont pas entièrement responsables de ce qu'ils sont devenus, le mal est fait et il s'agit d'une dépendance souvent accompagnée d'autres dépendances. Et que faire de tous les salariés de l'assistanat, tous ces assistants sociaux, ils posent un problème équivalent a celui des assistés.

Écrit par : Maurice | 01/08/2009

Monsieur Schwartz, en préambule, j’espères que vous ne vous êtes pas senti agressé par mon commentaire, ce n’en était point le but. J’ai relu plusieurs fois votre billet, avant de le commenter, je l’ai évidemment compris avec ce qui me compose, vécu, pensées, lectures, prises de position. L’objectivité n’existe pas.
L’inefficacité de l’Etat, vient de ce qu’il sert non la communauté, mais garanti les intérêts des vrais détenteurs du pouvoir, les propriétaires des moyens de productions et, actuellement, des montages financiers. La soumission du Politique (tous partis confondus) à l’économique des trois dernières décenies en apporte la preuve, cette fois visible pour tous. Il en a toujours été ainsi, mais dissimulé par la « régulation » (« l’économie est au service de la société », ancien discours capitaliste), due à une opposition parlementaire qui en méritait le nom, même si elle n’était que traitre réformiste, avant de devenir simplement traitre.
La cause en est aussi dans le concept même de la « bonne » ou « mauvaise » volonté « individuelle » à participer à son exploitation.
Bien à vous

Écrit par : Kurt Deroy | 02/08/2009

Les participants de ce blog ne sont pas très animés !

Écrit par : Maurice | 02/08/2009

Les commentaires sont fermés.