22/09/2009

La gauche, la droite en 4 billets. 1er. La gauche et la droite dans le langage courant, non politique.

gauche droite 1.jpg

Une constatation: le mauvais rôle est pour la gauche, le bon pour la droite.

Les expressions liées à la gauche sont en effet péjoratives: «se lever du pied gauche», «avoir l'air gauche», «être embêté jusqu'à la gauche», «mettre de l'argent à gauche», sans oublier le funeste «passer l'arme à gauche».

Je songe aussi à la traduction latine de gauche: «sinister», sinistre.

La droite est beaucoup mieux traitée: «placer quelqu'un à sa droite», «être le bras droit de quelqu'un», se serrer la main droite («donne la belle main à la madame»). Je ne retiens pas ici le terme «droit» (= direct ; = conforme à la règle), bien que s'écrivant et se prononçant de la même manière: les droits de l'homme, être dans son droit, être la droiture même, être droit dans ses bottes.

De plus, tout au long des millénaires et au travers de la plupart des cultures, la droite est le côté honorable, la gauche le côté néfaste.

05:47 Écrit par Charly Schwarz dans Culture, Général, Genève, Jeux de mots, Lettres, Politique | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : élection, candidat, élections, grand conseil, genève | |  Facebook

Commentaires

La gauche calmy ou la droite écolo ?

Écrit par : corto | 22/09/2009

Ah bon? Mettre de l'argent à gauche c'est pas bien? Faut tout claquer, tout de suite?

Écrit par : Azrael | 22/09/2009

Mais, non, il suffit de filer 67 milliards à l'ubs et de mettre dehors les employés de la banque ! alors qu'il possèdent des dizaines de milliers de milliards ! c'est comme ça au CF et dans les partis politiques, les petites affaires !

Écrit par : corto | 22/09/2009

You are right, but what's left to say ?

Écrit par : dano | 22/09/2009

On nous bassine avec des histoires de miettes et ça court comme des rats avant la marée ! Ceux qui s'en foutent, dans les deux sens du terme, sont les politiciens, qui se disent, que maintenant où jamais, toujours en retard les politiques suisse !, Sauf merz, qui a dû se faire un petit magot !

Écrit par : corto | 22/09/2009

Si la raison ne pense pas à l'infini, elle se mutile !

Écrit par : corto | 23/09/2009

Les commentaires sont fermés.