23/09/2009

La gauche, la droite (3/4). Quelle est la différence essentielle ?

gauche droite 3.jpg

Plus précisément: la différence «ultime», le «noyau dur», la «substantifique moelle» de cette différence.

Avant d'apporter une réponse, je crois que l'on peut d'abord s'entendre sur cette proposition: la société détermine les individus et les individus déterminent la société.

La gauche dira: pour avoir des individus valables, il faut d'abord une société convenable.

La droite dira: pour avoir une société convenable, il faut d'abord des individus valables.

Autrement dit: pour les uns, la qualité des individus repose d'abord sur la qualité de la société. Pour les autres, la qualité de la société repose d'abord sur la qualité des individus.

La gauche ne nie aucunement l'importance de l'individu ni son influence sur la société, mais, pour obtenir un «ensemble harmonieux», elle privilégie l'influence de la société sur l'individu (60/40).

 De la même façon, la droite ne conteste en rien l'importance de la société ni son influence sur l'individu, mais, pour obtenir un «ensemble harmonieux», elle privilégie l'influence de l'individu sur la société (60/40).

Il ne s'agit donc absolument pas de collectivisme (au mauvais sens du terme) dans le premier cas ou d'individualisme (au mauvais sens du terme) dans le second, il s'agit d'une propension à énoncer: tel plateau de la balance a plus d'importance - ou plus exactement: plus d'influence - que l'autre.

Il existe encore une autre différence, moins manifeste, mais bien réelle: la gauche a toujours l'espoir, voire la ferme conviction de pouvoir changer l'homme, de «le rendre meilleur», en quelque sorte de «changer sa nature».

La droite n'a ni cet espoir, ni cette conviction.

Et je termine par une dernière caractéristique de la gauche. Elle est secondaire, un peu anecdotique, j'en conviens: la gauche est épouvantablement - et même «tragiquement» - triste.

 

04:39 Écrit par Charly Schwarz dans Culture, Général, Genève, Politique | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : élection, candidat, élections, grand conseil, genève | |  Facebook

Commentaires

Bonjour !
Question totalement hors-sujet: est-ce que la nouvelle photo qui orne votre blog indique que vous vous attendez à prendre une veste ?

:o)

Écrit par : Blondesen | 23/09/2009

Et la droite est à mourir de rire.

Écrit par : dano | 23/09/2009

On prend toujours une veste pour se protéger des intempéries !

Écrit par : Charly Schwarz | 23/09/2009

Cher Monsieur Schwartz,

Quand on voit les radicaux (dont vous êtes, sauf erreur) refuser avec l'UDC de voter en ce moment même au National les mesures conjoncturelles en faveur des jeunes chômeurs et des chômeurs en fin de droits, tout cela en pleine période de crise, c'est la droite que je trouve "tragiquement triste".

Écrit par : yves scheller | 23/09/2009

Tout juste Yves.
On voit d'ailleurs bien les ficelles utilisées ici: ce sont les mêmes que Sarko et toute la nouvelle droite décomplexée: ringardiser la gauche et en gros tout le courant post-soixante-huitard, comme si le simple fait d'énoncer des inepties du style la gauche est tragiquement triste suffisait à faire apparaître a-contrario la droite comme quoi au juste ? héroïquement rigolote - à se pisser de rire, on sait pas trop vu le peu de propension à développer un tant soit peu l'hypothèse.
La partie 3 de cette sympathique (si lapidaire) étude sur le clivage gauche/droite s'achève d'ailleurs sur ces mots, sans même daigner développer ce truisme, et comme si l'auteur ne pouvait aller plus loin, il a déjà remis sa veste: il part faire la fête avec ses amis bourgeois boutes-en-train, nous laissant nous coltiner la misère du monde.

Écrit par : dano | 23/09/2009

Les commentaires sont fermés.