09/10/2009

Qui protège les consommateurs des excès des blogs ?

bloggeurs.jpg

Jusqu’à aujourd’hui, la blogosphère est un terrain publicitaire sauvage, surtout utilisé pour diffuser des nouveautés commerciales dans une zone non soumise aux normes qui régissent les media classiques.

En tous types de blogs existent  des billets qui exaltent les merveilles de tel ou tel nouveaux produits.

Mais pour le gouvernement américain, il existe un problème si la promotion d’un produit est soumise à une contre prestation financière ou en nature.

Depuis lundi, la Commission Fédérale du Commerce américain oblige les bloggeurs  à indiquer si leurs promotion de produits ou services sont la résultante de cadeaux ou facturés.

A défaut une amende jusqu’à CHF 10'000.- pourra être prononcée.

11:39 Écrit par Charly Schwarz dans Associations, Commerce, Général, Genève, Médias, Monde, Politique, Suisse, Techno | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

Commentaires

La blogosphère est en effet un terrain publicitaire sauvage, qui s'accommode symétriquement d'un développement intrinsèque parfaitement débridé, surtout quand il s'agit de la substance-même de la matière présentée. Pour éviter toute forme de censure, les outrances que le journal-papier refuseraient, sont par conséquent les bienvenues dans le marais fangeux des blogs (même ceux de la tdg).
Quant aux commentaires aux différents blogs, et au nom de la sacro-sainte interactivité si chère à notre époque, ils ne sont que très rarement muselés.
Le principe est cent fois louable, sauf s'il laisse s'exprimer les pires formes de diffamation ciblées et personnalisées, même si l'honneur de certains intervenants est directement attaqué.

Même la tdg dissuade, au nom de la dynamique engagée, les blogueurs lésés à déposer des plaintes pénales parfois justifiées, attendu qu'aucun grain de sable ne devrait venir gripper la machine à bloguer et à engranger des bénéfices.

Autrement dit la manne publicitaire "sauvage" qui vient requinquer une presse chancelante et soucieuse de se mettre au goût du jour, ne saurait admettre que de vulgaires principes moraux viennent assombrir une si pimpante synergie...

Écrit par : Santo | 09/10/2009

Les commentaires sont fermés.