19/10/2009

L’ « E-santé » peut être une recette contre l’augmentation des coûts de la médecine

telemedecine.jpg

La télémédecine peut contribuer à améliorer la qualité et l’efficacité des traitements, à accroître la satisfaction tant des patients que des praticiens et à modérer les coûts

 

Surveiller les facteurs sanguins d’une personne malade au moyen de nanocapteurs et les transmettre sans fil depuis son appartement à un centre médical est un exemple de ce à quoi pourraient ressembler les mises en œuvre de la télémédecine dans le futur.

 

Les économies générées par un contrôle cardiaque à distance pourraient s’élever à plusieurs centaines de francs par an (estimations : 712 euros en Allemagne et 292 euros en France).

Aujourd’hui, par manque de spécialistes en radiologie dans le Royaume-Unis, le National Health Service fait appel à des cliniques domiciliées en Belgique, Suède ou Espagne. Les images sont envoyées par Internet, elles sont analysées et les diagnostiques renvoyées par le même canal.

Ces techniques d’information et communication (TIC), sans ambages, offrent une solution claire pour maintenir des coûts soutenables et un chemin vers une amélioration de la maitrise des coûts.

Les pays européens, tout comme l’Australie ou le Canada, s’engagent à développer des applications qui permettraient à des médecins italiens d’avoir le profil médical digitalisé complet de patients suédois…

20:14 Écrit par Charly Schwarz dans Economie, Général, Genève, Science, Techno | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Facebook

Commentaires

tout ça c'est bien, mais n'oublions pas que pour endiguer les augementations, il faudrait voir absolument a baisser le nombre des assurances...X assurances, c'est X fois des directions et directeurs, des services à double....

Écrit par : vaninis6 | 19/10/2009

N'oublions pas non plus que nous soignons des patients qui sont de véritables microcosmes et non des coeurs, des artères ou des reins.

Écrit par : Marie-France de Meuron | 19/10/2009

Pour les transferts d'images de type radiographie ou des transferts de profils medicaux cela semble effectivement une alternative aujourd'hui mais concernant les nano capteurs je pense que l'on a encore beaucoup de progrès a faire. Pour l'instant les nano capteurs servent surtout a surveiller les étapes de production dans des raffineries ou des usines chimiques.

Écrit par : Patrick Nouhailler | 19/10/2009

Il faut commencer à mieux gérer le dossier patient.
L'accès en ligne d'un seul dossier permettra d'éviter les examens inutiles et d'optimiser le traitement.
On y travaille en Suisse et en particulier à Genève, mais c'est diablement compliqué et difficile à mettre en pratique.
Attention à la confidentialité.
Et puis on ne soigne pas une image radiologique ou un résultat de labo, mais un patient.
Alors la délocalisation, je n'y crois pas.
Travailler en raiseau localement avec des structures souples.
C'est ce que nous faisons tous les jours, sans le savoir...

Écrit par : Bertrand BUCHS | 20/10/2009

Wow, j'adore votre site, je vous remercie de partager vos idées, et je partage pleinement ce point de vue. Euh, oui votre blog est vraiment bon, j'y ai trouvé une mine d'infos instructives ! Désolé pour les fautes éventuelles, n'étant pas francophone, j'ai utilisé Google Translate.

Écrit par : recette | 25/05/2010

Visiblement le docteur Buchs utilise le même logiciel de transcription que "recette", car : ... Travailler en raiseau localement... ???
Donc pas de soucis Recette ! On vous a compris !

Écrit par : Benoît Marquis | 26/05/2010

Les commentaires sont fermés.