21/10/2009

La solitude, ce désespoir froid qui use l'âme

C’est la solitude qui étouffe une majorité de personnes âgées.

La solitude, c’est ce désespoir froid qui use l'âme, la santé et le cœur. Il est clair que cet isolement n'a pas été choisi, mais imposé par une société qui refuse de vieillir et, par conséquent, nie la vieillesse.

Souvent les personnes âgées ne sont pas considérées comme des citoyens à part entière et qu'on les laisse sciemment en marge de la société.

On ne parle jamais des personnes âgées, sinon pour dire qu'elles sont maltraitées ou qu'elles coûtent horriblement cher au système de santé.

On ne parle jamais du fait que ces gens rendent des services, qu'ils font tourner l'économie.

Le problème, c'est que cet apport est rarement reconnu par la société, et on les présente toujours comme des victimes ou comme un fardeau pour la société.

03:29 Écrit par Charly Schwarz dans Général, Genève, Solidarité | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook

Commentaires

Je suis né le 13 janvier 1934 dans une famille modeste. J'ai vécu une vie bien remplie et intéressante, avec des hauts et des bas. Nos deux enfants sont depuis longtemps hors de la coquille. Et je ne vois pas comment je pourrais m'ennuyer.
Je ne recherche paws autrement la compagnie de mes semblables, étant donné que je n'en ai pas autrement besoin. S'ennuyer à plusieurs est sans doute encore pire que de s'ennuyer seul. Avec la possibilité de se déplacer, avec Internet qui me raccorde au monde entier en plusieurs langues, avec deux enfants merveilleuses avec qui je m'entends pafaitmeent, une épouse active et dévouée, je ne vois pas ce qui me manque.
Mais comme disait l'Autre, n'est-ce pas: "Chacun de nous se fait lui-même son propre enfer..."

Écrit par : J.C. Simonin | 21/10/2009

Merci pour votre témoignage…

Mais, il existe aussi une autre réalité, celle des personnes seules et désespérément pauvres. C’est particulièrement vrai parmi les femmes âgées, il y a là une pauvreté silencieuse qui isole et qui n'est pas assez dénoncée.

Écrit par : charly schwarz | 21/10/2009

Je pense que je sais de quoi vous parlez. Je pourrais donner comme exemple une proche parente, qui a perdu son mari il y a une dizaine d'années, qui s'est enfermée elle-même dans son appartement qu'elle refusa toujours de quitter. On lui a proposé à plusieurs reprises d'aller dans un home pour personnes âgées, en vain. "Plutôt crever que d'aller dans un E.M.S.". Et cela demande une certaine motivation de se sortir de chez soi, de faire une bonne promenade dans la nature, d'ouvrir un bon bouquin, plutôt que de rester assise des jours durant devant la télé à regarder des séries idiotes. Et c'est ainsi que le système se déglingue, que s'installe l'ostéoporose, ce qui mène à une rupture du fémur qui mène à son tour à une douloureuse hospitalisation. Et en fin de compte à l'E.M.S. ou l'on est bien reçu, bien traité, avec une bonne nourriture, des animations, des sorties - en chaise roulante. La bonne vie, quoi, tout bien considéré.
Après des années de solitude dans un appartement que l'on a plus la force d'entretenir et d'innombrables querelles avec des boniches plus ou moins consciencieuses. Et avec une jambe en moins, que l'on aurait très probablement gardée si l'on s'était nourri convenablement....

Écrit par : J.c. Simonin | 21/10/2009

Les commentaires sont fermés.