23/10/2009

Le citoyen qui ne désire pas participer à une élection serait-il désintéressé de la politique ?

L’abstentionnisme électoral ne fait pas de doute. Ce comportement peut être révélateur d'un désintérêt total pour la chose publique.

Mais en Suisse, le vote est plus qu'ailleurs considéré comme l'acte le plus important de civisme, c'est à dire de dévouement, d'implication pour son pays.

Le citoyen est loin de négliger le civisme. Par le biais de l'abstentionnisme, il aspire surtout à montrer son mécontentement et une grande aspiration au changement, à la rupture politique.

Et l'approfondissement de la question montre que l'abstentionnisme est d'avantage révélateur d'une crise de représentation et que sa non participation à une élection est souvent un choix rationnel.

13:10 Écrit par Charly Schwarz dans Général, Genève, Politique, Suisse | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook

Commentaires

Ai-je bien compris ? Si les abstentionnistes votaient, ils ne donneraient assurément pas leurs suffrages au parti représentant l’establishment, de gauche comme de droite. Dès lors, l’abstentionnisme est une réelle chance pour un radical comme vous ! Sans cela, votre parti serait encore plus au fond du trou qu’actuellement…

Écrit par : Antoine Bertschy | 23/10/2009

D'accord avec vous Antoine Bertschy. D'ailleur, la liste de la Gauche combative propose de rendre le vote obligatoire, comme en Belgique. Chose que je soutiens.

Mis à part cela, le véritable problème vient des partis majoritaires. Ils n'ont aucun intérêts à devoir fournir des efforts supplémentaires, pour convaincre de nouveaux élécteurs. Il reste tout de même le vote blanc, pour les plus récalcitrant.

Écrit par : Riro | 23/10/2009

Mince, je suis un radical participatif !

Écrit par : Charly Schwarz | 23/10/2009

Les commentaires sont fermés.