Ah ! Si j’étais Conseiller d’Etat

fantôme.jpg

Je ferais de la Politique… avec un grand P.

Je veillerais à ce que les lois, toutes les lois soient appliquées et respectées.

J’exigerais et m’assurerais que les serviteurs de l’Etat se préoccupent de l’intérêt collectif avant la défense d’intérêts corporatistes ou partisans.

J’assurerais à chaque habitant les conditions de pouvoir vivre en sécurité (physique, sanitaire, alimentaire), c’est d’ailleurs l’un des premiers rôles de l’Etat.

Je faciliterais la création, culturelle et entrepreneuriale.

Je donnerais envie aux habitants et citoyens de s’engager (dans leurs communautés, auprès des anciens, des jeunes, en politique, etc.)

 

Comment ?

En concertation avec les membres du « Shadow Gouvernement », afin de créer les conditions d’appartenance à une communauté, celle de Genève.

Commentaires

  • voilà bien résumées les raisons qui font que vous ne serez jamais Conseiller d'Etat!

    Tout ce que vous annoncez comme action n'est pas possible à cause du système qui permet à des forces antinomiques de se partager le Pouvoir.

    Ce système permet toutes les bassesses, tous les compromis donc toutes les compromissions.

    Malheureusement on s'aperçoit à la Constituante que les partis politique qui se partagent ce gâteau ne sont pas disposés à se séparer du couteau qui permet de se le découper.

    Les seuls qui, à ce jour, ont fait des vraies propositions de réforme gouvernementales sont les radicaux et notre groupe.

    Autrement dit, les chances de voir évoluer ce système vers quelque chose de cohérent ne sont pas seulement minces, mais inexistentes.

    C'est triste certes, mais c'est une réalité mathématique. Les intérêts personnels ou partisans en jeu sont bien plus forts que l'intérêt général et les réformes que nous proposons ne pourront pas passer la rampe en plénière et c'est grâce à ces force antinomiques que le système à toutes les chances de se perpétuer.

    Pour le plus grand malheur de la République et des Citoyens!

    Merci quand même de ce vent frais dans la réflexion politique, ça sent méchamment le renfermé!

  • "Ah ! Si j’étais Conseiller d’Etat"
    Combien de personnes ont voté pour vous aux dernières élections pour le grand conseil. Ah oui pas assez pour que vous soyez député... alors conseiller d'Etat... il y a des jours ou il faudrait vraiment la fermer....

  • C'est Madame Anne Emery Torracinta qui était
    l'opposante de la première heure aux baisses
    d'impôts. Comme Madame Véronique Pürro, Mada-
    me Anne Emery est très démagogue. Et surtout
    très généreuse avec l'argent des autres, en
    particulier celui des entreprises.

    Madame Anne Emery, fille de Monsieur Claude
    Torracinta, enseignante d'histoire au Dépar-
    tement de l'Instruction publique, rémunérée
    en classe 20 de l'Etat (8000.- par mois), é-
    pouse de Monsieur Pascal Emery, Directeur du
    Collège et Ecole de commerce Emilie Gourd
    (près de 14'000.- par mois), avec qui elle
    habite une villa cossue à la route d'Athenaz
    à Sézegnin. Dans le genre socialisme parquet
    et gauche caviar, on avait déjà eu Madame Ma-
    rianne Extermann, ex-Directrice générale de
    la DGPO, épouse de Monsieur Laurent Exter-
    mann, ex-Directeur adjoint au CEPTA, ancien
    Président socialiste du Conseil municipal de
    la Ville de Genève, élu à l'Assemblée consti-
    tuante de la République et Canton de Genève.
    On a aussi Daniel Pilly, Directeur général de
    la DGPO, ex Député, ex-Président socialiste
    du Conseil municipal. Comme le dit si bien
    Monsieur Christian Brunier, ex-Président du
    Parti socialiste genevois, Directeur de la
    comm au SIG : quand on a un salaire de 240
    mille francs par an, l'argent n'a finalement
    pas grande importance... Croire que le Parti
    socialiste défend la classe ouvrière est un
    leurre. C'est d'abord un parti de hauts fonc-
    tionnaires de l'Etat de Genève, qui défendent
    leurs privilèges et leurs salaires. Les en-
    seignants secondaires réclament d'ores et dé-
    jà la classe 22. Et les enseignants primai-
    res qui ont pourtannt bénéficié d'une rééva-
    luation de leur salaire de deux classes sa-
    lariales vers le haut (classe 18 désormais,
    avant : 16) grâce au Conseiller d'Etat Char-
    les Beer refusent délibérément le plan d'har-
    monisation scolaire romand HARMOS, qui vou-
    drait une extension de l'horaire scolaire au
    mercredi matin. Nous ne parlerons pas du ca-
    deau fait à certains fonctionnaire avec la
    création de 93 postes de directeurs en clas-
    se 24 de l'Etat. Alors qu'autrefois 25 ins-
    pecteurs rémunérés en classe 18 suffisaient
    à assurer le fonctionnement administratif de
    l'Ecole primaire et de l'Ecole enfantine.

    Les études PISA montrent que les élèves ge-
    nevois sont les pires cancres de la Suisse
    romande. Peut-être serait-il bien aussi d'é-
    valuer les enseignant(e)s genevois(e)s, qui
    de toute évidence auraient quelques précep-
    tes à apprendre de leurs collègues vaudois,
    valaisans et fribourgeois.

    Les socialistes genevois n'ont qu'un objec-
    tif : saigner l'Etat et détruire l'économie
    genevoise dans le but d'augmenter la bureau-
    cratie, comme dans Le meilleur des mondes
    d'Aldous Huxley et 1984 de Georges Orwell.

    J'espère bien que ni Madame Véronique Pürro
    ni Madame Anne Emery Torracinta n'accéderont
    jamais au Conseil d'Etat. Et que le prochain
    Grand Conseil veillera à mettre un terme au
    parasitisme engendré par le Parti socialiste
    genevois.

    P.S.
    Ancien salaire de Monsieur Daniel Mouchet,
    Président du Conseil d'administration des
    Services industriels de Genève :
    370'000.- / an

    Salaire totalement justifié d'après Monsieur
    Charles Beer lors du débat que la Tribune
    de Genève a organisé la semaine passée à
    UNIDUFOUR.

  • Monsieur Dimier,

    Quel plaisir de vous lire et de prendre connaissance de vos rêves.
    Nous avons un ami commun qui n'a pas arrêté de me parler de vous, et par le plus grand des hasards, je tombe sur ce blog, et j'ai le plaisir de voir que vous avez des rêves.

    Je ferais de la Politique… avec un grand P. je m'en félicite, et comme cela vous pourrez démontrer en place que l'égo doit passer après

    Je veillerais à ce que les lois, toutes les lois soient appliquées et respectées. Bon courage, car il faudra déjà remettre au goût du jour le serment que les avocats devraient respecter, car dans ce domaine, il y a beaucoup à dire, j'en ai les preuves !

    J’exigerais et m’assurerais que les serviteurs de l’Etat se préoccupent de l’intérêt collectif avant la défense d’intérêts corporatistes ou partisans.
    Belles pensées

    J’assurerais à chaque habitant les conditions de pouvoir vivre en sécurité (physique, sanitaire, alimentaire), c’est d’ailleurs l’un des premiers rôles de l’Etat. Cela restera un rêve

    Je faciliterais la création, culturelle et entrepreneuriale.
    Il y aura du travail, car actuellement chacun pour soi
    Je donnerais envie aux habitants et citoyens de s’engager (dans leurs communautés, auprès des anciens, des jeunes, en politique, etc.)
    en lisant les journaux et en regardant les débats sur Léman Bleu, cela n'annonce pas de belles perspectives.

    Un justiciable qui se bat depuis 49 mois devant les différentes instances judiciaires, mais je me rends compte et j'en ai les preuves, la POLITIQUE dirige la Justice.
    Quelques notables qui ont les bras longs se permettent un comportement de voyou et je pèse mes mots.

    Salutations gourmandes.

Les commentaires sont fermés.