09/11/2009

Combien d’Olivier Dime ?

Les chiffres officiels restent flous, dans les données publiées chaque mois par l’Office Cantonal de l’Emploi (OCE) on y découvre que des progressions en pourcentage pour la catégorie « jeunes », mais aucun chiffre absolu pour les jeunes diplômés demandeurs d’emploi.

J’estime que chaque année, c’est plus de 250 étudiants qui frappent à la porte du chômage, sans y trouver de solutions à leurs mesures.

Je suis surpris à la lecture des réponses de 4 candidats au Conseil d’Etat, au bas de page événement de la Tribune de Genève du 9 novembre, car des solutions existent…

Juste un exemple :

Actuellement à Genève, un certain nombre d’entreprises cherchent des repreneurs, mais ces entrepreneurs ont de la difficulté à trouver des personnes qualifiées.

Il serait donc opportun de créer, sur la base d’un modèle d’incubateur (Eclosion, Essaim), une structure qui, pendant 2 ans contre un salaire, claqué sur celui des avocats-stagiaires, formerait de futurs chefs d’entreprise intéressés.

Cette structure serait financée dans le cadre d’un partenariat « public/privé ».

Et il en existe d’autres, mais existe-t-il encore une volonté politique ?

09:17 Écrit par Charly Schwarz | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

Commentaires

Bonjour Monsieur Schwarz, bonne idée, excellente proposition j'espère que vous pourrez faire avancer votre projet.
Vous parlez des jeunes, mais j'ai rencontré pas mal de personnes dans la fourchette de 50 à 60 ans qui ont vraiment beaucoup de difficultés de retrouver un job.
Car je peux vous dire que ce n'est pas facile de se retrouver sans travail, les remarques acerbes et blessantes ne manquent pas.
Dans mon cas, je dois malheureusement constater que le combat que je mène contre l'injustice de la justice, contre le copinage et les protections politiques me font peurs.

Voilà plus de 49 mois que je suis victime d'une grave injustice, je me suis fait voler mon commerce et j'ai perdu ainsi mon travail.
Mon ex-associée et sont fils sont inculpés pour faux témoignages depuis mars 2009 et depuis plus rien ! Si, tout de même je viens d'être reconnu comme associé dans le dossier du "café des Négociants" que j'ai monté en 1999/2000 et qui a été vendu sans mon autorisation en décembre 2008.
Après avoir perdu mon travail, mon commerce,j'ai dû faire face à des situations pitoyables, des employés sont venus sous serment faire de faux témoignages, même le chef de cuisine a osé dire qu'il ne savait pas ce que je faisais, (alors que j'étais le patron et l'associé) que je me trouvais sois-disant rarement au travail ( briffé avant l'audience)il a sciemment oublié que je l'avais invité chez Troisgros, chez Orsi, au Parc des Eaux Vives à Chateauvieux etc., j'avais même participé au financement de quelques travaux dans sa maison, les mots "respect" "reconnaissance" ne font pas partie de son vocabulaire ou peut être que des promesses de compensation lui ont été faites......un jour on le saura.
Je voulais souligner dans cette période électorale qu'il y a tout de même des hommes politiques qui sont des HOMMES qui ont du respect, du cœur, de l'intégrité et la croyance, pour preuve, malgré des menaces, Monsieur Pierre B. socialiste à Carouge est venu sous serment dire la vérité sur l'affaire du Café des Négociants,il a été durant 8 ans Président de la Fondation du Vieux Carouge propriétaire des murs, à ce jour il en est encore le Vice-Président, donc un homme qui connaît bien le dossier, n'en déplaise à MM les fossoyeurs (ils se reconnaitront) de la Ville de Carouge.
La juge a donc demandé la nomination d'un expert (à mes frais) pour étudier la valeur du restaurant à fin 2005.
Cet établissement de 2000 à 2005 se trouvait dans les chiffres noirs. Après avoir établi de faux documents pour m'évincer de mon commerce, le fils a repris la gestion du Café des Négociants. Sa brillante gestion avec le concours d'un conseiller financier et d'une fiduciaire incompétente, lui aura permis de couler ce bijou et de le mettre dans les chiffres rouges pour 2006-2007-2008.
Il ne faut tout de même pas oublier que la Fondation du Vieux Carouge est intervenue dans la gestion au printemps 2008 en octroyant un prêt, alors que les comptes présentés étaient faux !
Plus de 49 mois de combat, de lutte inégale, car en face de moi se trouve un avocat qui induit la justice en erreur depuis octobre 2005. Une juge au pénal a pourtant constaté qu'il y avait un grave problème de conflit d'intérêt et de déontologie.
Cet avocat n'est autre que le fossoyeur du club de football principal de notre ville et à fortiori celui qui tue le stade de la Praille.
En tout cas ce personnage ne respecte pas le serment dont il y a quelques années, il avait promis fidélité, loyauté et respect de la justice.

Merci

Écrit par : Huber Daniel | 09/11/2009

Les commentaires sont fermés.