02/12/2009

La vérité ne se mesure pas au nombre des voix

La question de savoir si la majorité a toujours raison, m’interpelle sur la norme de cette raison que l'on peut comprendre comme critère de vérité.

Cependant, s'il apparaît que la majorité devrait avoir toujours raison dans le domaine politique au risque de conduire la société à sa propre destruction, la formulation du sujet m’invite justement, par la radicalité du « toujours », à m’interroger sur le fondement d'une telle affirmation.

Dès lors s'il apparaît que la majorité doit être comprise comme ayant toujours raison en vue du maintien du pacte social, il faut bien remarquer de façon réaliste que celle-ci ne saurait avoir raison, mais ce serait la possibilité d'une démocratie qui serait alors remis en cause, il conviendra alors peut-être de chercher à trouver une solution pouvant éclairer ce problème et le résoudre.

Et il suffit de jeter un regard sur l'histoire pour comprendre l'enjeu même de ce questionnement.

Pour conclure ce billet, me revient en mémoire cette phrase de Jean-Jacques Rousseau: « si la volonté générale est toujours droite, malheureusement elle n'est pas toujours éclairée.»

 

 

08:35 Écrit par Charly Schwarz | Lien permanent | Commentaires (11) | |  Facebook

Commentaires

Pathétique!

Quelle bande de mauvais perdant! Vous devrier plutôt faire votre auto-critique, vous autres radicaux! En plus, vous voulez passer par la "petite porte" pour annuler cette décision venant du peuple souverain. Vous faites hônte à la démocratie!

Écrit par : Riro | 02/12/2009

Vous citez Rousseau, mais vous vous l'appropriez pour justifier votre vision (peu démocratique) de notre société. Rousseau stipule bien que c'est dans l'expression de la Volonté générale que le citoyen acquiert et jouit de la Liberté. Un citoyen ne peut être véritablement libre que par la Volonté générale, parce qu'il aura effectué son choix de vie. Maintenant, Rousseau n'a jamais définit ce qu'était, ou plutôt, ce que représentait la Volonté générale (100%? 75%? 51%?)
Il n'est donc pas question de savoir qui a raison lors d'une votation (la raison ne peut être que subjective quand elle est rapporté à la construction d'une société et de ses valeurs), il est simplement question de choisir son mode de vie (c'est-à-dire, tendre vers une communauté de valeurs et d'intérêts).
Vous savez ce que dit Rousseau à propos de ceux qui refuseraient la Volonté générale?

Écrit par : bob | 02/12/2009

"Dès lors s'il apparaît que la majorité doit être comprise comme ayant toujours raison en vue du maintien du pacte social, il faut bien remarquer de façon réaliste que celle-ci ne saurait avoir raison, mais ce serait la possibilité d'une démocratie qui serait alors remis en cause, il conviendra alors peut-être de chercher à trouver une solution pouvant éclairer ce problème et le résoudre."

Parfois, je me demande si vous vous rendez compte de ce que vous écrivez.

Écrit par : carlos | 02/12/2009

à tous les amoureux transits de la démocratie que je lis plus haut, j'ai une seule question à poser: en 1933, un certain Adolf Hitler s'est fait porter - démocratiquement - à la tête de l'Allemagne. Les informations étaient limpides et il n'a jamais caché ses intentions durant sa campagne. Les Allemands ont donc voté en connaissance de cause. Et même, s'ils ne l'avaient pas fait, la majorité - la Volonté Générale - a eu raison.

Qui oserait-dire aujourd'hui que la peuple allemand a eu raison? J'aimerais bien vous l'entendre dire, car c'est exactement ce que vous pensez!

Écrit par : mba | 02/12/2009

@mba

Relisez vos manuels d'histoire, et de grâce comparez ce qui est comparable!

Écrit par : Riro | 02/12/2009

"La vérité ne se mesure pas au nombre des voix"

Qui parle de vérité? Seulement les fous de dieu. Seulement ceux qui veulent avoir recours à la transcendance.

Il ne s'agit que de la liberté de nous donner les lois que nous voulons.

Encore un démocratophobe. Vous êtes pitoyable.

Écrit par : Johann | 02/12/2009

Comme le relève Johann, c'est dans le choix de l'idée de vérité (même si vous l'écrivez avec une minuscule) que vous vous égarez, car elle sous-tend bien l'expression "avoir raison" que vous utilisez dans le titre. Etre majoritaire dans une votation signifie simplement que les lois ou règlements en question obéiront au texte ou au principe qui a obtenu la majorité, et non pas que ceux-ci auraient une qualité transcendante et absolue, seraient vrais, donc obéiraient à une "Raison" avec majuscule. On peut, évidemment toujours préférer à la démocratie l'idée d'une dictature éclairée, mais tant que celle-ci ne sera pas d'essence divine (comme les prétendent les mollas en Iran) on pourra toujours poser la même question (enfin, si on peut encore poser des questions) en ce qui concerne les décisions du dictateur.

Écrit par : Mère | 02/12/2009

@ mba;
La République de Weimar fonctionnait de façon très différente de la démocratie suisse.
Adolf Hitler a été appelé par le Président Hindenburg (oui, Adolf n'a pas été élu président) à devenir chancelier pour des raisons d'alliance au niveau du parlement. A noter qu'entre 1932 (élection présidentielle) et 1933 (élections législatives en novembre 1932), le NSDAP est en recul. Une fois accepté la proposition, il a fait ce qu'on appel un coup d'Etat, il a dissout le parlement et s'est arrogé les pleins pouvoirs.
Autre temps, autres problèmes, toute cette dynamique était, entre autre, pour contrer la montée du communisme. Oui, un extrémisme ne monte jamais seul, il y a toujours son corollaire qui n'est pas loin!
Les raccourcis inexactes et tendancieux, ça suffit! En Suisse, les musulmans peuvent toujours pratiquer leur culte et leur croyance (et construire leur mosquées...).

Écrit par : bob | 02/12/2009

Blablabla, blablabla… Donnons plutôt la parole aux musulmans. Voici des extraits du prêche ( oct. 2009 ) de l’imam de Fribourg traduit par la justice fribourgeoise sur la preuve d’un enregistrement sonore : « Ô Seigneur des seigneurs ( … ) Puisses-tu être au côté des musulmans, en Palestine et en Irak, au Soudan et en Somalie, en Afghanistan et en Tchétchénie, aux Philippines et au Cachemire, en Birmanie et en Thaïlande ( rem. des régions d’où sont issus des terroristes qui ont fait l’an passé des centaines et des centaines de victimes civiles et innocentes ) et en tous pays où, opprimés, ils se battent pour que la parole de Dieu domine celle des impies. » « Ô Dieu, purifie-nous des pêchés comme on purifie une étoffe des salissures pour la rendre éclatante de blancheur. Puisses-Tu faire qu’à Toi ( seul, NDT ) nous soyons soumis, que notre progéniture soit à Toi ( seul, NDT ) soumise. ( … ) Préserve le voile de nos épouses et de nos filles, ô Seigneur des deux mondes ( … ) Préserve-nous des mauvaises œuvres et des mauvaises tentations, si nombreuses en ce pays ( la Suisse ), ô Dieu Tout miséricordieux. »
( Source : La vérité sur le prêche de l’imam. La Liberté 21.11.2009 )
Hé, faudrait voir pour arrêter « Walt-Disney » c’est pas bon pour la santé…

Écrit par : 022 | 02/12/2009

Encore aujourd'hui, à Madrid, des islamistes voulaient appliquer la charia (mise à mort) sur une femme "adultère"...
Voir également l'article du FIGARO du 4.12.2009, intutilé : Hommage à la résistance du peuple suisse.

Écrit par : Ivan Skyvol | 07/12/2009

"Encore aujourd'hui, à Madrid, des islamistes voulaient appliquer la charia (mise à mort) sur une femme "adultère"..."

http://la-croix.com/afp.static/pages/091206110218.ra4nxepq.htm

Attendons les condamnations indignées des démocratophobes et des islamophobophobes (plouc, jean batou, etc.). Eh! Mais attention, stop! Il ne faut surtout pas discriminer les musulmans et restreindre leurs libertés individuelles et religieuses!

Donc on attendra en vain...

Écrit par : Johann | 07/12/2009

Les commentaires sont fermés.