05/12/2009

Identité et émigration (1)

A quelques jours de la séance plénière de la Constituante relative aux droits politique des étrangers, il me semble important de publier quelques billets sur le sentiment d’identité des migrants.


Identité et émigration

L’émigration, comme tout changement important de la position sociale, met inéluctablement en cause les sentiments sociaux d’appartenance, et partant de là le sentiment d’identité.

Chez les migrants, la fragilisation quasi mécanique de l’identité par les changements de l’inscription sociale objective est souvent aggravée par :

·               la faiblesse des repères dans le pays d’accueil,

·               les difficultés objectives d’insertion,

·               les réactions de rejet.

Cette fragilisation est encore aggravée par une tendance à la globalisation de la mise en cause du sentiment identitaire. Contrairement à ce qu’on pourrait imaginer, ce ne sont pas seulement les sentiments sociaux d’appartenance qui sont mis en cause par l’émigration. Les autres grandes composantes de l’identité personnelle subissent très souvent le contrecoup du changement de l’environnement social du sujet.

 

Pour rappel: dimension sociale de l’identité

Traditionnellement, la dimension sociale de notre identité est assurée par un sentiment d’appartenance à des groupes sociaux plus ou moins larges, dans lesquels notre généalogie nous a objectivement inscrits.

Les groupes d’appartenance sont variables culturellement et historiquement. Le sentiment d’appartenance est généralement pluridimensionnel : groupe social, groupe religieux, groupe sexué, groupe ethnique, groupe professionnel...

08:36 Écrit par Charly Schwarz | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.