08/12/2009

Existe-t-il une identité nationale suisse, un esprit suisse ?

Sur le site Internet de la Confédération, nous pouvons lire ceci : « La Suisse est un l'un des plus anciens Etats du monde. Il y a plus de 700 ans, les habitants des vallées d'Uri, de Schwyz et d'Unterwald, se rebellèrent contre les Habsbourg et leurs velléités hégémoniques. Selon le mythe fondateur, les conjurés signèrent un pacte d'assistance mutuelle sur la prairie du Grütli, au bord du lac des Quatre-Cantons, le 1er août 1291. »

 

Personnellement, je situe en 1848, date de la constitution qui crée un gouvernement centralisé et lui livre des pouvoirs qui incombaient jusqu'alors aux cantons, la naissance d’une Suisse construite, d’un état moderne.

 

Mais, je ne pense pas qu’il existe une identité suisse fondée, les identités sont cantonales. Comme il n'y a pas à proprement parler d'histoire suisse avant 1848.

 

Certains présentent la langue comme étant le ciment de l’identité nationale. Si cet argument a une quelconque valeur, il ne peut être utilisé en Suisse, puisque le pays compte quatre langues nationales.

 

La religion non plus. Si le catholicisme rassemble 3 millions de fidèles, les protestants en comptent 2,4 millions. Quant à la communauté musulmane, elle représente un peu plus de 300 000 personnes, en majorité des ressortissants de l’Ex-Yougoslavie.

 

Alors, qu’utiliser pour affirmer l’identité suisse…

Le drapeau, l’hymne national, les vaches, le secret bancaire, les paysages, la neutralité, le chocolat ou la Croix-Rouge ?

 

Mais sur la base des résultats du vote du 29 novembre, nous pouvons entreprendre  la construction d’une identité suisse unie et juste.

C’est une belle entreprise qui a besoin de toutes les forces vives. A l’ère d’une mondialisation globalisante et envahissante qui caractérise notre époque, nous devons confirmer des repères qui donnent à l’Homme l’espoir et lui garantissent la paix et la solidarité.

Nous avons besoin certes de partir des acquis de l’Histoire, mais surtout d’insister sur le présent tout en en se projetant dans l’avenir.

 

 

07:55 Écrit par Charly Schwarz | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : identité, suisse, langue, religion | |  Facebook

Commentaires

Il y a une Histoire "confédérale" et "helvète" avant 1848. Sans elle, il n'y a aucune compréhension de la Suisse dite moderne de 1848 à nos jours.
De plus, même si les différences régionales, linguistiques et religieuses peuvent laisser croire qu'il n'y a pas d'identité suisse, le simple fait d'appartenance à ce Etat, parce que nous y sommes nés, nous y avons grandi, nous y voulons vivre jusqu'à la fin de nos vieux jours, en respect de ses principes fondateurs et de ses origines, constitute à lui seul un élément identitaire suffisant pour parler d'"identité suisse".
A l'étranger, je dis que je suis "Suisse". En Suisse, je dis que je suis "Zurichois". Un Américain dira toujours qu'il est Américain. Il dira qu'il vient de Californie, mais il ne dira jamais qu'il est citoyen "californien" par exemple. Cette différence est dûe au recul historique de ces deux pays, la Suisse, en tant que constitution politique, a des origines beaucoup plus vieilles que les USA, ce qui dénote une double-intra-identité "Suisse-Canton".
Votre revers de la main de l' "Histoire suisse" d'avant 1848 n'a qu'une fonction, celle de taire les origines profondes de citoyens suisses, afin d'imposer plus facilement une société idéalement mutliculturelle, selon vos propres fantasmes et utopies...Quand les élus commencent à réinterpréter l'Histoire à leur façon, ou à n'en prendre qu'un bout, c'est que la société dans laquelle nous vivons est en face des plus grands périls!

Écrit par : bob | 08/12/2009

Faisons simple: l'identité c'est déjà la nationalité - de là la notion de "carte d'identité". Cela signifie que dans un territoire défini juridiquement et reconnu par les autres nations, nous sommes à la maison. Nous ne pouvons en être expulsé. Nous y avons des droits et des devoirs. Cela au plan juridique, qui est fondamental, c'est celui d'une appartenance qui ne peut être délégitimée.

Ensuite il y a l'attachement aux valeurs qui nous ont été transmises. Une certaine idée de la liberté, la démocratie, une large autonomie accordée aux citoyens. Cela se retrouve en partie dans les autres démocraties, ce n'est donc pas une spécificité helvétique mais cela fait partie de ce dans quoi nous nous reconnaissons. Et nous attendons de toute personne désirant devenir citoyen du pays la même adhésion à ces valeurs.

Plus loin, il y a en Suisse une mentalité initiale d'insoumission aux autres puissances. Le mythe du Grütli en est le symbole. Drapeau et hymne national n'en sont que des signes de reconnaissance. Un drapeau ne peut être une identité.

Y a-t-il un esprit suisse pour définir une identité? Il est multiple, les différences d'un canton à l'autre et les différences villes-campagnes ne permettent pas d'unifier cet esprit. Autant la France a construit son identité sur le centralisme napoléonien avec sa volonté d'hégémonie, autant la Suisse a plutôt fait de la résistance aux hégémonies et au centralisme. Il y a là un aspect de l'esprit suisse et donc d'une identité culturelle.

Écrit par : hommelibre | 08/12/2009

Ca c'est une vraie démocratie!
http://www.dailymotion.com/video/xbde97_voila-une-veritable-democratie_news

Écrit par : Inside | 08/12/2009

Hello HL,
justement depuis 1848 la CH pratique ce "centralisme napoléonien avec sa volonté d'hégémonie", la Suisse moderne offre aux cantons de moins en moins autonome. Triste réalité, je sais !

Écrit par : charly schwarz | 09/12/2009

Oui, c'est la Suisse du Cenovis, de l'Ovomaltine et du Toblerone sans oublier les "branleurs de cloches de vache" UDC.

Écrit par : Hypolithe | 09/12/2009

Bon article, grand merci à vous pour ces idées, et notez tout d'abord que je "plussoie" entièrement votre opinion ! Hum tout est dit, oui votre travail est sincèrement très bon, je viens de découvrir votre blog et l'ai complètement dévoré ! NB : Merci encore !

Écrit par : mutuelle | 17/05/2010

Merci.

Écrit par : charly schwarz | 17/05/2010

Les commentaires sont fermés.