13/02/2010

François Longchamp a-t-il perdu tout flair politique ou est-il sous l’influence de son mauvais esprit ?

FL.jpg

En moins de deux mois, François Longchamp a, semble-t-il, perdu son flair politique… Je n’ose y croire !

Cela a commencer avec la grève de l’Aéroport où il préfère rester en retrait, et envoyer au front le chef de sa garde noire, première bourde.

Puis, c’est au niveau interne du Parti radical qu’il égare une autre partie de son légendaire flair ; il ne sent pas l’esprit de fronde qui se lève contre la fusion avec les libéraux.

Et enfin, jeudi, devant le parlement, il défend une politique de lutte contre le chômage dont la majorité ne veut plus.

François Longchamp, le temps est venu de vous séparer de votre mauvais esprit et de retrouver la cohérence politique qui a fait de vous un probable homme d’Etat.

Nous avons besoin de vous, à l’automne 2011, pour reconquérir un « fauteuil » aux Conseil des Etats.

Définition du flair politique selon Pascal Couchepin :

« L’une des qualités absolument indispensable à l’homme politique est la capacité de sentir ce qui est faisable. Il existe sur le marché des idées une offre incroyablement abondante et diversifiée et un homme politique peut difficilement inventer une idée. Mais l’homme politique doit sentir ce qui est juste ».

 

09:02 Écrit par Charly Schwarz dans Général, Genève, Politique | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

Commentaires

Bonjour,
N'êtes-vous pas au parti radical tout comme François Longchamp. Si oui, inutile votre blog, plus judicieux de laver votre linge moyennement sale en comité ou directement auprès de l'intéressé. Visez-vous sa place au Conseil d'Etat !!!!
Pas bien tout ça
Cordiaux messages

Écrit par : velen | 13/02/2010

Cher Velen, le parti radical est composé d'hommes libres !
J'espère que ce mot résonne encore dans votre esprit.

Écrit par : charly schwarz | 13/02/2010

Les commentaires sont fermés.