14/02/2010

Dis-moi, c’est quoi un « cadre supérieur » ?

cadres supérieur.jpg

Si selon la Constitution actuelle, à l’article 74.d, la fonction de cadre supérieur de la fonction publique est incompatible avec le mandat de député, une définition exacte de cadre supérieur est difficile… Le mot se réfère aux fonctions d'encadrement, mais pas seulement.

Quelques propositions :

a) Un cadre supérieur est par définition un cadre qui a dans son équipe plusieurs cadres.

b) C'est un employé ayant des responsabilités importantes.

c) Un salarié qui applique directement des connaissances très approfondies.

d) Un salarié qui a des responsabilités importantes dans la gestion de l’administration.

Et selon le Règlement sur les cadres supérieurs de l’administration cantonale genevoise (RCSAC) : du 22 décembre 1975 :

Sont nommés en qualité de cadres supérieurs les fonctionnaires appelés, par leurs responsabilités hiérarchiques ou fonctionnelles, à préparer, proposer ou prendre toute mesure ou décision propre à l’élaboration et à l’exécution des tâches fondamentales de pouvoir exécutif.

Faut-il modifier ce règlement ?

 

13:25 Écrit par Charly Schwarz dans Formation, Général, Genève, Politique, Suisse | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Facebook

Commentaires

Au bénéfice d'une large expérience dans l'administration cantonale et dans le privé, je suis aujourd'hui amené à constater qu'à l'Etat, le cadre supérieur équivaut, au plan de ses responsabilités, à un cadre intermédiaire dans le privé, sauf en ce qui concerne le salaire versé! Ce dernier est en effet démesuré à l'Etat compte tenu des responsabilités très fragmentées du cadre supérieur. En outre, la propension à n'engager que des universitaires, souvent sans expérience dans le privé, aurait pour conséquence, à mes yeux, une fâcheuse tendance à perpétuer le nivellement par le bas des cadres supérieurs et à accroître le fossé entre économie privée et économie publique, ce qui rend toute harmonisation impossible. Enfin, en ce qui concerne les salaires, même sans 13è salaire, le salaire brut annuel dégagé à l'Etat était nettement supérieur à celui reçu dans le privé avec des responsabilités bien plus grandes.

Écrit par : Clean | 14/02/2010

C'est

un spermatozoïde ayant développé son chromozome 3,

le jour où a du prendre une décision niveau fédéral,
les décisions niveau cantonal ne l'atteignant pas.

Écrit par : na...ya! | 14/02/2010

Le commentaire de Clean qui semble s'y connaître gagnerait en crédibilité s'il était signé. Qu'en pensez-vous Charly Schwarz? Encore que le fait de mettre tous les cadres dans le même panier de la médiocrité et le manque d'exemples concrets enlèvent passablement de pertinence à ce commentaire. Qu'en pense Clean derrière son masque?

Écrit par : JF Mabut | 14/02/2010

La différence, du statut de cadre supérieur, entre le public et le privé, c’est la gestion de la faute.
Dans le privé, une faute conduit souvent à la perte de l’emploi, tandis que dans le public ; la faute c’est l’ouverture de la porte du placard doré.

Écrit par : charly schwarz | 14/02/2010

@Clean,
Tout à fait d'accord avec vous et ne prenez pas ombrage à ce que JF Mabut écrit plus haut : il est tout simplement contrarié par la déculotté qu'a pris Alinghi à Valence. Il suffit de lire son blog :
http://jfmabut.blog.tdg.ch/archive/2010/02/14/alinghi-les-genevois-sont-ils-des-ingrats.html

Écrit par : ROLLMOPS | 15/02/2010

"Enfin, en ce qui concerne les salaires, même sans 13è salaire, le salaire brut annuel dégagé à l'Etat était nettement supérieur à celui reçu dans le privé avec des responsabilités bien plus grandes."

Clean, très juste! J'ai eu une conversation téléphonique avec Micheline Calmy-Rey, alors chargée du département des finances à Genève, qui m'a dit: "Un Chef de services (cadre supérieur) gagne plus que moi....."

Écrit par : Patoucha | 16/02/2010

Les commentaires sont fermés.