17/02/2010

L’éthique a-t-elle un rôle à jouer par rapport au capitalisme ?

capitalisme et éthique.jpg

Force est de constater que les golden parachutes, les stocks options, les opérations boursières qui font appel au délit d’initié, qui se mesurent en millions de francs, ne laissent pas une image du libéralisme bien engageante.

Le libéralisme outrancier, avec ses déviances, sans garde-fous, menace son propre développement, le progrès.

Faut-il moraliser les pratiques, s’entourer de codes déontologiques qui existent sans doute déjà en partie, s’appuyer sur des vertus nouvelles des dirigeants à faire avaliser ? Sans doute.

Faudra-t-il faire force de loi dans un système qui prône le libéralisme et donc le minimum d’entraves, en particulier réglementaires ?... Peut être !

Sans exemplarité au moins des grands groupes, les risques de rendre le capitalisme obséquieux existent !

L’éthique peut y concourir et y apporter une crédibilité.

08:04 Écrit par Charly Schwarz dans Commerce, Economie, Formation, Général, Genève, Monde, Politique, Suisse, Vaud | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

Commentaires

Le capitalisme obséquieux ? Nous connaissions déjà le capitalisme patrimonial, le capitalisme managérial, les capitalismes fordiste, confucéen, rhénan, parmi d'autres déclinaisons du même paradigme collectionnées par l'école de la régulation et par les auteurs qu'elle a pu inspirer, mais voilà que vous ajoutez une perle au collier. Abusé-je si je vous prie encore une fois de mieux vous expliquer ?

Écrit par : stéphane staszrwicz | 17/02/2010

Comme le disait mon père:"L'argent est un bon serviteur, mais un mauvais maître". Je le pense aussi.
A quoi ça sert, l'argent ? Question parfeitement idiote selon le point de vue du petit citoyen lambda qui peine à boucler le mois. Question pleine de sens lorsqe l'on parle des banksters jonglant avec l'économie et le sort de millions de gens.
En fin de compte, ce n'est pas le capitalisme qu'il faudrait réformer, mais la mentalité des gens. le Buddha, Moïse, Jésus, Mohammed ont tenté le coup, Voltaire et Rousseau aussi. Avec un succès variable et tout relatif.

Écrit par : J.C. Simonin | 19/02/2010

Les commentaires sont fermés.