21/02/2010

Radicaux/Libéraux : La fusion n’aura pas lieu, à moins que…

Plusieurs éléments concourent à affirmer que la fusion n’aura pas lieu :

1) La base est plus que mitigée; au contraire à l’affirmation du titre de la Tribune de Genève du 20 février «Mitigée, la base attend».

Ma propre enquête, mon sondage auprès de militants de base, qui représentent 85% de membres du parti radical, révèle que c’est environ 65% des militants qui sont opposés à la fusion avec les libéraux.

En cas de fusion, plusieurs présidents d’associations m’ont affirmé qu’ils recevront, dans les 3 jours, les lettres de démission de la majorité des membres.

2) Le but, Art.2, du parti radical genevois :

Le Parti Radical genevois, héritier de la pensée de James Fazy et

de Georges Favon, appelle à lui, pour une action commune inspirée

par l’idéal de liberté, les citoyens de tous les milieux. Il pratique

une politique s’inspirant des principes démocratiques, tournée

vers les réalisations sociales et ancrée dans la laïcité.

n’est pas soluble dans celui du parti libéral genevois sans renoncer aux héritages de James Fazy et de Georges Favon.

3) La fusion n’est pas obligatoire comme le confirme l’article 34.2 des statuts du Parti Libéral Radical Suisse. (PLR)

Alinéa 1 Il peut y avoir, dans les cantons de Bâle-Ville, de Genève et de Vaud, deux partis cantonaux, l’un libéral l’autre radical, affilié au Parti suisse.

 

Alinéa 2 Les dispositions de l’alinéa 1 s’appliquent aussi longtemps que des sections libérale et radicale existent dans un des cantons précités et sans autre limite de temps.

 

3) Si « à 90% les deux partis votent ensemble » comme l’affirme les dirigeants, favorables à la fusion, des deux formations, mon enquête révèle que, lors de la dernière campagne pour le Grand Conseil, les candidats des deux formations partageaient seulement 60% des résultats de l’enquête «smartvote».

 

A moins que…

Comme l’affirme Marc Brettton dans son article « les délégués des deux partis voteront sur le principe de l’union »

Il me semble qu’une telle décision doit être prise par l’ensemble des membres, et pas uniquement par des militants «élus».

Mais comme les Présidents sont les seuls maîtres de l’ordre du jour des Assemblées des délégués…

J’engage ceux qui sont « mitigés ou plus que mitigés » à faire modifiés les statuts en utilisant l’article 57 du parti radical genevois :

Les propositions de modifications peuvent émaner du Comité directeur, de soixante membres du parti ou de trois associations

à demander expressément que la dissolution ou la fusion du Parti radical genevois soit soumise à une décision de l’ensemble des membres du parti radical genevois

 

09:53 Écrit par Charly Schwarz dans Formation, Général, Genève, Politique, Résistance, Solidarité, Suisse, Vaud | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : libéral, libéraux, radical, radicaux | |  Facebook

Commentaires

Bonjour à toutes et à tous,

Bonjour Charly,

personnellement, je suis pour la fusion. Je sais, je ne suis pas membre des Radicaux - Libres, mais je peux d'ores et déjà t'annoncer que si vous fusionniez, nous pourrons nous frôtter les mains, car bon nombres nous rejoindraient naturellement...

:)

Est-ce que je te fais parvenir un formulaire d'adhésion en prévision ?

Bien à toi,

Stéphane

Écrit par : Stéphane | 21/02/2010

Non, merci. Malheureusement beaucoup trop de membres de l'UDC ne partagent pas tes valeurs.

Amitiés sincères.

Écrit par : charly schwarz | 21/02/2010

La question essentielle est: la répétition à l'infini d'une idée fixe suffit-elle à faire que cette idée fixe devienne réalité?

Écrit par : Déblogueur | 22/02/2010

@ Déconneur: comme pour tout apprentissage; seule la répétition favorise la connaissance !

Écrit par : charly schwarz | 22/02/2010

"Ma propre enquête, auprès des militants de base qui représentent 85% de membres du parti radical, révèle que c’est environ 65% des militants qui sont opposés à la fusion avec les libéraux."

Charly, tu as donc sondé plus de 1500 membres du Parti ?

Écrit par : Murat Julian ALDER | 22/02/2010

@ Murat, OK, je change le mot "enquête" par celui de "sondage".
Mais saches que ce résultat sera confirmé par le référendum que tu organiseras, sur la question, en qualité de vice-président du parti radical.

Écrit par : charly schwarz | 22/02/2010

Les commentaires sont fermés.