24/02/2010

L'électeur ne sait plus pour qui il vote

 

La culture politique suisse est profondément marquée par le principe de proportionnalité,

Pourtant le mode de scrutin qui préside à la désignation du Grand conseil genevois, est loin de respecter le principe de la proportionnalité à cause de l'existence d'un quorum électoral.

La liberté de choix du corps électoral est donc restreinte. Soit les électeurs et électrices se résignent à un vote utile qui ne traduit pas leurs préférences politiques, soit ils renoncent à s'exprimer, ce que confirme un taux d'abstention élevé.

Le système actuel favorise les grands partis, donc ils ne sont pas motivés par l'introduction d'un article poursuivant un tel objectif

Reste la proposition constitutionnelle collective (à télécharger ici) dont pourraient se saisir les petites formations politiques, pour une fois unies sur une proposition.

Et profiter, aussi, de l'occasion pour supprimer les apparentements de listes qui faussent la libre expression de la volonté politique.

Pour rappel :

La Constitution fédérale garantit les droits politiques (art. 34). Cette garantie protège notamment «l'expression fidèle et sûre» de la volonté du corps électoral

 

08:00 Écrit par Charly Schwarz dans Général, Genève, Politique | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

Commentaires

dommage que vous vous contentiez d'affirmer sans analyser ni développer ...
Quel est l'objectif ultime ? Quels sont les moyens disponibles ? Quelles sont les conséquences positives et négatives de telle ou telle possibilité ?

Écrit par : Laurent Hirsch | 24/02/2010

Les commentaires sont fermés.