26/03/2010

Sommes-nous les victimes de la démocratie de concordance ?

concordance.jpg La démocratie de concordance est tout à la fois la cause et la conséquence de la faiblesse idéologique des partis et de leur capacité réduite de mobilisation.

Elle favorise des institutions et des pratiques et des ententes néo-corporatistes; elle est responsable de l'abstentionnisme et d'un certain immobilisme politique.

Dans un système nécessitant un large soutien, la seule opposition durable est celle de partis non associés au pouvoir.

Aujourd’hui, quand les partis négligent un problème urgent, celui-ci tend à provoquer la création de mouvements civiques d'opposition, de partis spécialement formés pour l'occasion, voire de courants dissidents au sein des partis gouvernementaux.

Et particulièrement à Genève... où nous sommes aussi les victimes de la « partitocratie » !

07:26 Écrit par Charly Schwarz | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

Commentaires

Ils semblent même que certains chercheurs considèrent que la démocratie de concordance est la plus aboutie des dominations politiques. Si j'ai bien compris cela est du à ce que les contestataires acceptent les règles des dominants et leurs idées et abandonnent les leurs. Je peux, bien entendu, me tromper. Cette idée est développée dans le livre "Le pouvoir Suisse. Séduction démocratique et répression suave" par François Masnata. Mais je n'ai pas encore eu le temps de le lire je ne saurais, donc, être catégorique.

Écrit par : Hassan | 26/03/2010

Les commentaires sont fermés.