10/05/2010

Démocraties nationales / Marché mondial

citoyenn.jpg

Le nombre des démocraties a quintuplé depuis la fin du dernier conflit mondial. Elles augmenteront encore, permettant la mise en place de régimes moins arbitraires.

Elles favoriseront un meilleur respect des droits de l’homme, une transparence accrue et une plus grande liberté de circulation des idées, des marchandises, des capitaux et des gens…

Démocratie et marché se renforceront mutuellement dans chaque pays, puis se contrediront quand il deviendra évident que le marché est, par nature, mondial alors que la démocratie ne peut être que nationale ; et que le même marché pousse à la disparition des services publics, principaux moyens d’action des démocraties.

 

06:34 Écrit par Charly Schwarz dans Commerce, Economie, Général, Genève, Médias, Monde, Politique | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook

Commentaires

Tiens donc, Charly et pourrais-tu m'expliquer par quel principe magique la démocratie ne pourrait être que nationale ?
Tu me fais l'effet d'un Athénien du siècle de Périclès qui prétendrait que la démocratie ne peut s'appliquer qu'à l'échelle de la cité... Et encore uniquement entre possédants, comme à l'époque.
Ta théorie est d'autant plus absurde qu'il existe déjà toutes sortes de services publics mondiaux: les organismes internationaux qui gèrent la météo, la santé, les règles de l'aviation, les normes en tous genres, etc... Financés par nos impôts, au service de la communauté mondiale.
Le BIT tente d'ailleurs depuis l'an dernier de mettre en place une forme encore plus sophistiquée de service public, qui serait une sorte d'assurance chômage mondiale. Une forme de solidarité globale essentielle, qui pourrait être l'embryon de très grandes choses.
Je te rappelle également qu'en Suisse, par exemple, les services publics (l'éducation, les trams, l'énergie) sont très souvent de dimension cantonale dans un Etat fédéral. idem aux Etats-Unis, ou en Allemagne. Qu'est-ce qui diantre empêcherait de faire de même dans un Etat démocratique mondial ?
Le seul obstacle à l'établissement d'un Etat fédéral et démocratique mondial, laissant une forte dose d'autonomie aux pouvoirs locaux dans les domaines où c'est possible, c'est la force de l'habitude, le manque de vista !
Mais c'est tout à fait possible. Il suffit de le vouloir, précisément parce que les Etats démocratiques sont de plus en plus nombreux, et que les 2/3 des populations de la planète, selon les sondages, trouvent qu'un gouvernement mondial serait une bonne idée. Si partout dans le monde, nous élisons des politiciens qui le veulent, nous le ferons.
Au lieu de dépenser ton énergie à créer un nouveau parti pour refaire pareil ce qui existe déjà, tu ferais mieux de réfléchir à ce qui pourrait être proposé de vraiment nouveau, utile et intéressant.

Écrit par : Philippe Souaille | 10/05/2010

Philippe,
Un jour tu auras raison… Mais je dois constater à la lecture de ton commentaire que s’il existe des « services publics » au niveau planétaire, ils ne sont pas l’émanation de décisions démocratiques.
On ne peut pas réfléchir à une gouvernance mondiale sans y inclure la fiscalité !

Écrit par : charly schwarz | 10/05/2010

Charly, si tu avais lu mon bouquin, tu aurais que la coordination mondiale de la fiscalité y occupe plusieurs chapitres, qui du reste ont été jugés forts pertinents par des experts de haut niveau, de différentes couleurs.
Quand aux services publics mondiaux actuels, ils sont l'émanation de décisions prises par des gouvernements qui dans leur majorité sont élus. Ce qui est toujours plus démocratique que des ONG qui ne représentent en réalité qu'elles même. Même voire surtout lorsqu'elles prétendent représenter "le peuple" ou "la société civile".

Écrit par : Philippe Souaille | 10/05/2010

Les commentaires sont fermés.