12/05/2010

Il va de soi…

economie.jpgIl va de soi que le monde est un. Comment pourrait-il sans cela former Un monde ?

En général, les empiristes montrent autant d’enthousiasme envers ce monisme abstrait que les rationalistes.

La différence, c’est que les empiristes sont moins facilement aveuglés. L’unité ne les rend pas aveugles à toutes les autres choses, elle n’affaiblit pas leur curiosité envers les faits particuliers, tandis qu’il est une espèce de rationalistes voués à donner une interprétation mystique de l’unité abstraite et à oublier tout le reste. Ils l’érigent en principe pour mieux l’admirer et l’adorer, et là s’arrête leur quête intellectuelle.

Le monde est «un» au moins comme objet de discours.

Si sa pluralité était si irréductible qu’aucune union entre ses parties ne fût possible, même notre esprit ne pourrait le «saisir» d’emblée tout entier : ce serait comme chercher à regarder dans deux directions opposées en même temps.

06:19 Écrit par Charly Schwarz dans Culture, Développement durable, Général, Genève, Monde, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.