13/05/2010

Sous l’influence de quelque chose…

réseaux.jpg

Nous nous efforçons sans cesse d’unifier le monde en le faisant entrer dans des systèmes bien délimités. Nous mettons en place des systèmes, dont toutes les parties sont soumises à des influences particulières qui se propagent à l’intérieur du système sans jamais s’étendre aux faits qui n’en font pas partie.


Il en résulte d’innombrables petites associations entre les parties à l’intérieur d’associations plus étendues. Elles constituent de petits mondes, non seulement dans le domaine du discours mais aussi dans celui de l’action.

Chaque système illustre un type ou ses diverses parties, et une même partie peut se trouver intégrée à divers systèmes, tout comme un individu peut occuper diverses fonctions et appartenir à plusieurs cercles.

En conséquence, du point de vue systématique, la valeur pragmatique de l’unité réside dans le fait que tous ces réseaux particuliers existent bel et bien dans la pratique.

Certains ont une grande portée et s’étendent loin, d’autres pas ; ils se superposent les uns aux autres de sorte qu’aucune partie, aucun élément individuel ne leur échappe.

Même si la quantité de séparation entre les choses est immense (car les lignes d’influence et les conjonctions entre les systèmes empruntent des voies rigoureusement exclusives), on constate, pourvu que l’on sache repérer de quelle manière elle s’exerce, que tout ce qui existe subit, d’une façon ou d’une autre l’influence de quelque chose.

De manière générale, on peut dire qu’il y a entre toutes les choses cohésion et adhésion, si bien que pratiquement, nous « existons » sous forme de chaînes ou de toiles d’araignée qui en font que nous des êtres « intégrés».

09:21 Écrit par Charly Schwarz dans Culture, Général, Genève, Médias, Monde, Politique, Suisse | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

Commentaires

Et c'est ainsi qu'à Genève,

cher Charly Schwarz,

on en est a se demander si nous existons encore, nous les suisses.
Laissons donc nos politiques accorder passeport suisses à tout va
laissons donc nos fonctionnaires le droit d'accorder le permis de séjour à tout va
laissons donc accorder à nos responsables le droit de vendre des parcelles en bordure du lac à tout premier riche venu.

Vivez bien, vous et vos enfants, Charly Schwarz

Écrit par : na...ya | 13/05/2010

Les commentaires sont fermés.