10/06/2010

Le capitalisme a-t-il encore besoin de la démocratie ?

Le paradigme qui associait liberté et capitalisme s’est dissous.

D’une part, la droite néolibérale a élaboré, sous l’influence des «néoconservateurs américains», une idéologie plaçant la priorité sur le maintien de l’ordre social institué.

D’autre part, la montée impressionnante de l’économie chinoise dans un contexte de répression continue et de parti unique a habitué les esprits à ce découplage possible entre libertés publiques et dynamisme économique.

Ainsi, la démocratie devient antinomique avec les buts recherchés par les néolibéraux: elle favorise la contestation des privilèges indus, elle alimente la remise en cause des pouvoirs illégitimes, elle pousse à l’examen rationnel des décisions.

Elle est donc de plus en plus dangereuse, dans une période où les dérives nuisibles du capitalisme deviennent plus manifestes.

09:13 Écrit par Charly Schwarz dans Commerce, Economie, Général, Genève, Monde, Politique, Suisse | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook

Commentaires

Le capitalisme n'a jamais eu besoin de démocratie, enfin il en a fait une version expurgée, sur mesure, comme Kadhafi qui se dit le champion des droits de l'homme!

Écrit par : dominiquedegoumois | 10/06/2010

C'est intéressant à observer un esprit qui s'éveille à la réalité!
Keep on truckin' Charly!

Écrit par : Azrael | 10/06/2010

Là Charly. ça sent le fond !

Écrit par : Corto | 10/06/2010

Les commentaires sont fermés.