21/06/2010

A-t-on besoin d’un master pour accompagner des enfants à l’école ?

enfants accompagnés.jpg

Il convient de rappeler que la voie d'apprentissage d'assistant socio-éducatif représente la possibilité bienvenue pour bon nombre de jeunes d'accéder à une profession et de bénéficier d'une formation de qualité.

Grâce à cette formation largement diversifiée, les élèves libérés de la scolarité obligatoire peuvent désormais, s'ils le souhaitent, embrasser sans transition un métier du social

L'introduction de cette voie de formation a permis aux structures d'accueil de pouvoir engager des personnes en voie de formation en lieu et place de stagiaires, non formées et mal rémunérées.

L'assistant socio-éducatif accompagne ces personnes sur le plan physique ou mental, qui requièrent une aide particulière dans l'accomplissement de leurs activités quotidiennes.

Il l’aide à satisfaire ses besoins ordinaires (alimentation, soins de base, déplacements), le stimule à développer ses relations sociales et à améliorer sinon à maintenir son autonomie.

Je ne comprends pas pourquoi il faut avoir un diplôme universitaire pour accomplir ces tâches !

Et pourtant, c’est la revendication de la manifestation organisée par le Sit (Syndicat  interprofessionnel des travailleuses et travailleurs) « contre le démantèlement des exigences en matière de formation »

 

 

08:46 Écrit par Charly Schwarz dans Economie, Général, Genève, Politique, Suisse, Vaud | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook

Commentaires

Hello hello ! Ben moi je proposerais bien mes services pour accompagner ces chères têtes blondes à l'entrée et à la sortie des classes. Mais pensez-vous qu'à 76 ans, certes toujours très vigousse malgré mes 76 ans et très propre de ma personne, je puisse avoir ma chance ? J'ai en poche le Diplôme de l'Ecole du Bon Secours datant de 1976 ? Qu'en pensez-vous Cher Monsieur Schwarz ? Merci.

Écrit par : Célimène des Zumeurs du jour | 21/06/2010

Mais bien sûr qu'il faut un master et je dirais même plus un master-proper, c'est Calmy et ses collègues qui dispensent l'enseignement, c'est dire le niveau!

Lorsque je vois le niveau de nos politiciens, je ne sais plus ce qu'il faut croire, aujourd'hui il suffit d'avoir un i-pad dans les mains pour faire le mariole dans les journeaux, alors!

Fuire! Fuire! Fuire!

Écrit par : dominiquedegoumois | 21/06/2010

Je vais parler de ce que je connais. Essayez d'accompagner un enfant avec autisme sans avoir de connaissances spécifiques (et la formation prodiguée actuellement aux assistants socio-éducatif ne comporte pas de cours spéfifiques sur l'autisme (nouvelles connaissances), et vous verrez la différence lorsque ce même enfant est accompagné avec un enseignant ou éducateur formé à l'autisme... En ce qui concerne l'autisme (encore une fois je ne parle que de ce je connais bien), l'intégration est un vecteur de développement. L'équation est simple: louper l'intégration par manque de connaissances = condamner l'enfant avec autisme à un NON développement. La question est suffisamment grave pour qu'on doive une fois en débattre publiquement. C'est mon souhait le plus cher. Bien à vous, Mj

Écrit par : Marie-Jeanne | 21/06/2010

vous parlez de stagiaires"non forméEs et mal rémunéréEs"

On est obligé d'être une femme pour pratiquer ce métier??

Écrit par : GURT | 22/06/2010

Le métier d'assistant socio- éducatif est très bien pour répondre à certains objectifs comme vous l'écrivez. Il y a dans les métiers médicaux, un médecin, un(e) infirmier(ère) et un(e) aide soignant(e). Chacun sa place, ses responsabilités selon ses connaissances et ses compétences.
Dans le social, c'est de même. Dominique de Goumois a raison si l'on ne connaît pas certaines spécificités et notament dans l'autisme on peut passer à côté du développement d'un enfant, ce qui est très grave. C'est pourquoi d'une part il est important de se former d'une façon universitaire pour des tâches spécialisées, des prises de décisions et un acompagnement ciblé comme il est également important qu'il y a des personnes pour accompagner dans le quotidien certaines populations qui en ont besoin.
Par conséquent, deux métiers, éducateur et assistant socio-éducatif, qui requiert chacun des savoir-faire et des compétences métiers qui sont complémentaires mais dissemblables.

Écrit par : Catouns | 23/06/2010

Les commentaires sont fermés.