28/06/2010

Faut-il prendre en compte la dette des ménages privés dans le calcul de la dette nationale ?

Prendre en compte la dette des ménages privés dans le calcul de la dette nationale sera une proposition que la Commission Européenne proposera ce mercredi à Bruxelles.

Selon la Banque National Suisse (BNS), la dette des ménages auprès des seuls établissements bancaires est de 435,07 milliards. Soit près du double de la dette publique (224, 72 milliards). Et près de 20% des ménages cumulent deux emprunts ou davantage !

En 2009, la consommation privée représentait 58,2 % du PIB (11.3% pour la consommation publique et 11,3% pour les investissements).

Pour rappel, le critère de Maastricht fixe le niveau d’endettement maximum à 60% du PIB et le taux de déficit à 3%.

11:15 Écrit par Charly Schwarz dans Economie, Général, Politique, Suisse | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook

Commentaires

Quelle est la référence de cette info? Je ne vois pas bien la raison, sauf à connaître non pas la dette des ménages mais la dette contractée auprès de banques étrangères notamment celle qui est libellée en livres anglaises ou en francs suisses qui coûtent si chère aux Islandais ou aux Hongrois, notamment.
A+

Écrit par : JF Mabut | 28/06/2010

Simplement une info qui pourrait être capitale, si la Commission Européenne modifie sa méthode calcul relatif à la dette de chaque pays.

Écrit par : charly schwarz | 28/06/2010

Présenter un bilan qui ne tiendrait compte que de ses débiteurs, sans ses créanciers, transforme la réalité économique d'une entreprise. Pourquoi n'en irait-il pas de même avec les Etats? J'estime que c'est non seulement une bonne idée, mais aussi une correction utile et nécessaire.

Écrit par : Clean | 28/06/2010

La dette!

Mais c'est l'essence même de notre moteur économique, l'huile des rouages de notre belle civilisation, l'amphétamine du citoyen-consommateur. Sans la dette, publique et privée, pas de d'autoroutes ni de cortège de voitures, pas de belle villas ni d'heureux propriétaires, pas d'intérêts hypothécaires (ou autres) et pas d'heureux banquiers, pas d'écrans plats pour tous et pas de fan-zones, et pas d'Ipod dernier modèle pour chaque ado et pas d'Ipad, bref: RIEN...

La dette, c'est l'unique façon de faire croire au peuple des gagne-petits qu'ils peuvent se acheter presque tout ce que les "producteurs" leur proposent.
Sans la dette, rien ne marche et le roi, "le marché libre" est nu! Et là, que se passera-t-il?

Écrit par : Azrael | 28/06/2010

Les commentaires sont fermés.