16/07/2010

Le clivage « gauche/droite » a-t-il encore un sens ?

droitega.jpg

L'opposition entre gauche et droite est la principale clé de lecture de la vie politique. Cependant, le clivage gauche/droite n'en n'est pas moins contesté.

Si, la majorité d’entre nous continuons à nous identifier avec la gauche ou avec la droite, cette vision de l'organisation du jeu politique est remise en cause par certains, et notamment par les forces politiques : le clivage gauche/droite ne résume pas l'ensemble des enjeux et des oppositions politiques ne devrait pas être fondé sur une opposition étanche entre majorité et minorité.

Malgré la montée de nouveaux enjeux, le clivage droite/gauche résiste même si les deux pôles se rejoignent sur des thèmes qui les avaient beaucoup opposés, questions de société, voire d'économie.

Mais, je dois bien me rendre dompte que face au parlement, cantonal ou municipal, le clivage gauche /droite est une réalité.

Et, il existe bel et bien plusieurs droites à Genève. J’en identifie au moins trois ; une droite élitiste et arrogante (PLR/PDC), une droite nationaliste et populiste (UDC/MCG) et une droite économiquement, écologiquement et socialement responsable (Vert’libéraux).

Quelles sont les valeurs sur lesquelles les acteurs politiques et les électeurs se départagent ?

10:10 Écrit par Charly Schwarz dans Culture, Général, Genève, Médias, Monde, Politique, Suisse, Vaud | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

Commentaires

Non, ce clivage n'a plus aucun sens.

D'ailleurs, les partis politiques n'ont aucun sens non plus, puisqu'un être humain digne de ce nom doit se faire sa propre opinion à chaque fois, et non être l'âne qui suit aveuglément la ligne directrice d'un parti.

Dans les pays qui ne connaissent pas la démocratie directe, les partis sont hélas un mal nécessaire. En Suisse, ils sont une sorte de truc cher et inutile.

Écrit par : antoineb | 16/07/2010

Les commentaires sont fermés.