20/12/2010

Faire du 3ème âge un véritable âge d'or

Pour l'instant, on en est loin. Il y a trop de souffrance, trop d'angoisse, trop de solitude…

Lorsqu'on prend sa retraite, à 65 ans, il reste encore une vingtaine d'années à vivre.

Il faut que ce soit une vie remplie, une vie utile. C'est une autre étape de la vie et il faut la meubler, la préparer et je pense qu'il faut que la société accepte la contribution de ces gens-là, qu'elle soit bénévole ou même rémunérée.

Malheureusement, le sort de nos aînés se joue dans la plus grande indifférence…

Je désire partage avec vous une seule phrase, mais lourde de sens:

«Monsieur, vous savez, quand je parle, personne ne m'écoute, quand je passe, personne ne me regarde. Je suis invisible. C'est ça, vieillir à Genève».

11:17 Écrit par Charly Schwarz dans Général, Genève, Politique, Solidarité, Suisse | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

Commentaires

soyez rassurés cette tendance au déni qui peut pour certains commencer dès 40 ans,surtout pour des gens fragilisés psychologiquement, existe dans toute la suisse-romande! pour qu'une personne d'un âge avancé puisse encore être entendue,il faut qu'elle soit riche,sans ridules,un bon salaire,une voiture,alors là elle sera ensensée,sublimée sinon elle ne vaut rien,l'argent en premier les sentiments après,avant c'était l'inverse,et les personnes âgées représentaient une sécurité affective,on recherchait leurs conseils,les entourant,les écoutant,que repproche-t'on exactement aux personnes âgées?leur AVS,ni plus ni moins,beaucoup jalousent leurs rentes si durement gagnées!
bien à vous et bonne journée!

Écrit par : lovsmeralda | 20/12/2010

Les commentaires sont fermés.