07/05/2011

Offrir une place stratégique à la mobilité douce dans la politique des transports en agglomération

imagesCAI0NTE0.jpg

En 20 ans (1984-2005), la durée quotidienne de nos déplacement n’a cessé d’augmenter, passant de 70 à 98 minutes. Notons que cette augmentation ne résulte pas du ralentissement des moyens de transports, mais bien du recours plus fréquent à la mobilité douce (à pied, vélo).

 

Ainsi, la distance parcourue quotidiennement est passée de 1,8 km à 2,8 km (à titre de comparaison, 30% des déplacements en voiture n’excèdent pas 3 kilomètres).

 

La mobilité douce offre une meilleure qualité de vie dans les zones à forte densité et un avantage dans le domaine du transport sur de courtes distances,

 

Il faut aussi noter que la mobilité douce améliore le système global du transport des personnes, de l’environnement  et encourage la santé. De plus, elle contribue à faire des économies dans les dépenses de transport (publiques et privées).

 

A consulté « La mobilité en Suisse », et  samedi 7 mai à 14 :00, parade à vélo (rond-point de Plainpalais)

 

06:40 Écrit par Charly Schwarz dans Développement durable, Economie, Général, Genève, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.