Le péril de notre propre survie

ewau.jpg

Le manque d’eau douce accessible a souvent été considéré comme un problème régional qui, dans telle ou telle partie du monde, a conduit à la contraction, voire à l’effondrement d’écosystèmes locaux.

 

Malgré cela, nous avons toujours supposé qu’il y aurait suffisamment d’eau pour maintenir en vie notre espèce dans son ensemble.

 

Or nous voici confrontés à la possibilité tout à fait concrète d’immenses changements planétaires dans le cycle hydrologique de la Terre qui risquent de mettre en péril notre propre survie en tant qu’espèce.

 

Les commentaires sont fermés.