08/07/2011

Les HUG se « foutent » de nous !

HUG.jpg

« Les HUG doivent faire face à des pics de patients », une réponse pusillanime pour justifier une attente de 8 jours pour opérer une fracture du col du fémur !

En vérité cette réponse cache un malaise bien plus profond…

Guerre de succession à la tête des départements, erreurs de diagnostique fréquents, manque de considération des patients -chef de service incapables de prendre en considération l’état psychologique des patients-, mobbing (juste un exemple : un jeune médecin interne qui craque devant le patient qui doit le réconforter. Heureusement, il a trouvé asile dans un autre hôpital universitaire), personnel constamment sous stress et encore bien d’autres problèmes de fonctionnement.

Et malgré les conclusions d’une étude présentées en 2003 lors d’une journée Qualité des HUG :

Provoquer une prise de conscience du personnel concernant la survenue des erreurs médicales

Renforcer les liens de confiance avec les patients en parlant des erreurs qui surviennent au cours de l’hospitalisation

Rien n’a changé…

LA solution : vous devez subir une opération programmée, choisissez le CHUV !

Et si vous doutez encore de l’incompétence des HUG un lien vers l’article de la Tribune de Genève du 8 juillet :

http://www.tdg.ch/geneve/actu/jours-attente-operee-2011-0...

10:16 Écrit par Charly Schwarz dans Général, Genève, Politique, Science, Université, Vaud | Lien permanent | Commentaires (13) | |  Facebook

Commentaires

Et c'est pas pret de changer, ni de s'améliorer notamment tant que Mister big G. sera au commande... et vu comment il s'accroche...

Écrit par : mouais | 08/07/2011

Un nombre croissant de genevois pense que les services publics de santé se dégradent à Genève ( temps d’attente exagérés, temps de prises en charge devenant de plus en plus long, reports d’opérations chirurgicales, personnel indisponible, etc. )

Pour ma part je fais partie de ces très nombreux genevois qui ont expérimenté ces dernières années ce que je nomme une très nette dégradation du service public aux HUG.

Et, puisque chacun sait que les ténors PDC de la santé publique à Genève que sont Unger et son bras droit Gruson ont tendances à répondre aux genevois en leur disant qu’ils se font des idées ( voir Unger disant aux genevois que leur sentiment d’insécurité n’était qu’un « sentiment » ne reflétant pas la réalité ), je me suis dit qu’il était temps d’aller regarder ce qui se passe au niveau des statistiques et de la réalité des chiffres.

Et là, autant le dire, les données statistiques en matière de santé publique à Genève relèvent de la misère… Des statistiques pauvres et incomplètes, quasiment pas de séries longues permettant de se faire une idée sur plus de dix ans et pire lorsque ces séries existent elles sont rendues illisibles par des modifications d’une année à l’autre dans la manière de mesurer les variables ( interruptions de série ).

Alors que nous vivons dans une démocratie et que le principe de transparence devrait obliger l’Etat à rendre accessible et disponible aux citoyens toutes informations utiles, on a en matière de santé publique l’impression que tout a été fait pour rendre extrêmement difficile et opaque la lecture de ces statistiques. ( Rem. le lecteur sera ici intéressé de savoir que presque « toutes » les séries statistiques économiques portant sur la période avant et après l’entrée de la libre-circulation ont été rendues exagérément difficiles à lire du fait que – ce n’est pas un hasard – des modifications méthodologiques dans la manière de les établir ont été introduites à peu près partout en Suisse après 2002… )

Mais bref, en matière de santé publique à Genève voilà ce que j’ai pu en tirer…

Tout le monde se pose la question de cette dégradation aux HUG, voilà donc quelques chiffres qui peuvent donner quelques indications… :

Si de 2003 à 2004 le personnel des HUG a progressé de 0,07 % le nombre total d’admissions de patients a lui progressé de 16,5 %...

De même, si de 2005 à 2008 le personnel des HUG a diminué de 1,63 % le nombre total d’admissions a lui progressé de 12 %...

C.Q.F.D Lorsque le personnel diminue ou stagne mais que le nombre d’admissions de patient augmente, alors il est dans le cours des choses que les prises en charge s’allongent et que des opérations soient reportées et que certains citoyens en souffrent…

On appréciera. Ces conséquences sont le résultat du plan d’économie mis en place dans la santé publique à Genève et mis en œuvre par les ténors du PDC. PDC dont leur plus fameux conseiller national, Dominique Ducret, est en ce moment poursuivi pour être un des responsables des pertes de plus de 2 milliards de la Banque cantonale… On appréciera…

Le PDC qui a mis en œuvre un plan de réduction des charges des HUG qui s’opère maintenant sur le dos des patients et de nos aînés mais dont les politiciens délégués à la Banque cantonale avaient auparavant perdus plus de 2 milliards…

On aurait pu en faire des choses aux HUG avec ces 2 milliards que nous avons dû rembourser et qu’il a alors manqué dans la caisse…

Quelle honte !

Je ne comprends pas que l’on puisse encore voter pour ce parti d’hypocrites.

STATISTIQUE :

Les chiffres du tableau ci-dessous ( j’espère qu’il passera correctement dans le message, si non désolé ) sont tirés des tableaux suivants :

T 14.02.1.1.12 Emploi dans les hôpitaux et cliniques

T 14.02.1.1.08 Admissions dans les hôpitaux et cliniques ( ici, des établissements publics médicaux )

Disponibles ici :
http://www.ge.ch/statistique/domaines/14/14_02_1/tableaux.asp#2

Rem. On ne peut lire la progression de 2003 à 2008 du fait que la série est interrompue par un changement dans la manière de comptabiliser les admissions en 2005 ( rupture de série ). Les chiffres disponibles ( pas de série plus longue disponible ou données tout simplement absentes ) ne m’ont permis de reconstituer que les progressions allant de 2003 à 2004 et de 2005 à 2008. La colonne de gauche indique le personnel total des HUG par année, et celle de droite le nombre total d’admissions.




2003 9'169.7 88'587
2004 9'176.0 ( + 0,07 % ) 103'222 ( + 16,5 % )
2005 9'307.1 114'890 (1)
2006 9'300.9 121'930
2007 9'086.6 123'561
2008 9'154.9 ( - 1,63 % ) 128'470 ( + 12 % )
2009 9'420.3 ( + 1,2 % )

(1) Dès 2005, chaque changement de site hospitalier au cours d'une même hospitalisation est compté comme une nouvelle admission.
Rem. D’un point de vue statistique le matériel rendu public par l’Ocstat ( office cantonal de la statistique ) est dérisoire. Les incongruités laisse sans commentaire ; dans le tableau sur le nombre de personnel hospitalier il n’est par exemple pas possible de connaître l’évolution du nombre de médecins et d’infirmières dans le service public, je trouve pour ma part un tel manque de détail inadmissible, c’est se moquer du monde… De même que le comptage comme admission des simples changements de site hospitalier dès 2005 pouvait parfaitement être détaillé puisqu’il est par définition connu ou connaissable et qu’ainsi détaillé il aurait permis de facilement publier une série lisible dans le temps sans interruption. Franchement du point de vue de la transparence et donc de la démocratie, c’est tout simplement inadmissible.
Pour le reste, un de ces tableaux ( je ne dirai pas lequel, ils n’ont qu’à faire leur travail ) contient des variations tout simplement incongrues et inexplicables, elles n’ont pas été reprises ici.

Si vous avez trouvé ce commentaire utile et citoyen sachez que les partis politiques gouvernementaux et les faiseurs d’opinion de la Tribune de Genève pensent que je suis un danger pour la république, un « populiste ».

Écrit par : 022 | 08/07/2011

Ceux qui sont convaincus des bienfaits de l'opulence en auront pour leur grade !

plus d'un milliard par an afin de servir les suppôts des dictatures pratiquants le tourisme médical, quant à vous, vous serez l'apparat de ce gargantuesque gâchis pour contribuable farci.

Certains se révoltaient jadis contre les marchands du temple, leurs héritiers aujourd'hui accourent munis de leurs cartes magnétiques alors d'autres, plus chanceux connaissent les chemins secrets des meilleures traitements, ce sont toujours les plus mariés que se retrouvent les plus cocus, sous les yeux de ceux qui payent comptant et sous les tables gracieusement misent à disposition par cet "état" de fait !

Il faut y allez pour le voir, ce bal masqué de noir de celle qui ne sont que les accompagnatrices de cette morgue démocratique ombrée par les massacres de l'autre rive.

Chers candidats, allez dans vos bureaux de poste, vous affranchir de vos impôts santé, chaque mois, allez tous saignez cette manne qu'une élite transforme en or. La santé, la dernière croyance encore vigousse dans notre vide mental.

Bonne chance et n'oubliez pas de vous rendre à la poste le 25 du mois !

Écrit par : Corto | 09/07/2011

Celui qui a dit un jour : tout ce qui est excessif est insignifiant , ignorait sûrement que son propos s appliquerait avec grande pertinence pour qualifier de nombreux blogs ....

Écrit par : bernard gruson | 12/07/2011

Et il ignorait aussi que bon nombre d'esprits chagrins aujourd 'hui prėfèrent avancer visage masqué sous des pseudo quelconques plutôt que d'oser la confrontation et le dialogue et surtout la force de proposition ,,,quant à moi je signe et je persiste à préférer le débat à l'anathème !

Écrit par : bernard gruson | 12/07/2011

Et il ignorait aussi que bon nombre d'esprits chagrins aujourd 'hui prėfèrent avancer visage masqué sous des pseudo quelconques plutôt que d'oser la confrontation et le dialogue et surtout la force de proposition ,,,quant à moi je signe et je persiste à préférer le débat à l'anathème !

Écrit par : bernard gruson | 12/07/2011

Bernard, pourquoi quand tu dis des conneries, tu bégayes ?

Écrit par : Corto | 13/07/2011

Parceque cela vaut mieux de l'écrire deux fois pour les esprits chagrins !

Écrit par : gruson bernard | 21/07/2011

A part ça, qu'a tu as dire, parce que c'est un peu pauvre, d'esprit !

Écrit par : Corto | 23/07/2011

je ne dialogue pas avec les anonymes ...mais à visage découvert c'est quand vous voulez Corto

Écrit par : bgruson | 23/07/2011

Alors c'est à vous de vous extraire des blogs, car il n'est nullement recommandé de révélé son identité en tant qu'"écrivain", quand à vous qui me prouve que vous êtes vraiment celui que vous dites être, c'est un peu facile de s'en prendre aux intervenants alors que ce sont les sujets qui sont censé animer les débats !

Écrit par : Corto | 23/07/2011

Donc je répète !

Ceux qui sont convaincus des bienfaits de l'opulence en auront pour leur grade !

plus d'un milliard par an afin de servir les suppôts des dictatures pratiquants le tourisme médical, quant à vous, vous serez l'apparat de ce gargantuesque gâchis pour contribuable farci.

Certains se révoltaient jadis contre les marchands du temple, leurs héritiers aujourd'hui accourent munis de leurs cartes magnétiques alors que d'autres, plus chanceux connaissent les chemins secrets des meilleures traitements, ce sont toujours les plus mariés que se retrouvent être, les plus cocus, sous les yeux de ceux qui payent comptant, ceci sous les tables gracieusement misent à disposition par cet "état" de fait !

Il faut y allez pour le voir, ce bal masqué de noir de celle qui ne sont que les accompagnatrices de cette morgue démocratique ombrée par les massacres de l'autre rive.

Chers candidats, allez dans vos bureaux de poste, vous affranchir de vos impôts santé, chaque mois, allez tous saignez cette manne qu'une élite transforme en or. La santé, la dernière croyance encore vigousse dans notre vide mental.

Bonne chance et n'oubliez pas de vous rendre à la poste le 25 du mois !

Écrit par : Corto | 23/07/2011

bernard gruson,

1re étape :
- Je contre mon adversaire en éludant le sujet ou la question abordée
- Je réponds partiellement à la question mais je relativise, voire nie les évidences


2ème étape :
- Je m’efforce de traiter le sujet de manière la plus évasive possible afin de noyer l’auditeur et de lui faire oublier le point de départ du débat,
- Je retourne moi même les questions et répétant toujours la même chose mais de façon différente


3ème étape :
- J’emploie délibérément des références discutables, invérifiables et imaginaires
- Je fabrique des concepts absurdes, délirants et stériles
- J’utilise des notions abstraites, prétendument complexes, mélangées à des concepts n’ayant aucun sens, aucune logique, aucun rapport avec le thème


4ème étape :
- Je joue la victime en essayant de me donner un statut d’éternel persécuté et de malheureux de la Terre
- Je joue délibérément sur la corde sensible (famille, relations, histoire, etc.) afin de retourner l’opinion à mon avantage.


5ème étape :

- J’interromps de moi même le débat en me retirant sans prévenir.

Écrit par : Corto | 24/07/2011

Les commentaires sont fermés.