28/07/2011

Devenir frontalier ? « Ne pas prévoir, c’est déjà gémir »

transplentations.jpg

Cette maxime attribuée à Léonard de Vinci s’applique avec une certaine pertinence à tout genevois qui désir s’installer en France voisine.

Sur deux pages, La Tribune de Genève explique les attraits que procure un déplacement de son centre de vie…

 

Mais la « Julie » ne dit pas tout !

Juste quelques exemples…

Que se passe-t-il si votre enfant, à naitre, est victime d’un handicap ?

Que se passe-t-il si vous devez subir une transplantation ?

 

Et là, tout se complique…

Si votre enfant naît avec un handicap, vous dépendrez des structures françaises, soit une prise en charge par des institutions souvent très éloignés de votre domicile.

Si vous devez subir une translation, vous serez mis sur la liste française des patients avec des délais souvent plus longs eu ceux en Suisse et avec des centres de soins également éloignés de votre domicile.

09:59 Écrit par Charly Schwarz dans France, Général, Genève, Région, Science, Suisse, Vaud | Lien permanent | Commentaires (7) | |  Facebook

Commentaires

On essaie encore de faire peur pour rien.

En gardant le système de santé Suisse (donc une assurance Suisse) on paie certes un peu plus cher, mais on garde l'accès entier au système de soin en Suisse.

En cas de Handicap grave, certes l'AI ne rentre pas en matière, le Suisse de l'étranger étant laissé pour compte pour le moment (en attente de révision), toutefois la MDPH en France prend le relais. Il faut cependant accepter de se faire soigner dans un grand centre hospitalier francais.

Père d'un enfant né avec un varus equin sévère (communément appelé pied bot) je sais exactement de quoi il retourne. Je n'ai pas utilisé les services de la MDPH étant donné que mon assurance de base, doublée d'une complémentaire francaise (si si si , c'est possible) ont couvert les soins à 100%.

ABE

Écrit par : Yvan | 28/07/2011

Grand Dieu, on veut créer une grande région autour de Genève et vous nous mettez en avant la "supériorité" du système suisse. Il serait beaucoup plus intelligent de trouver des solutions (et passer des accords en conséquence) pour que tous les citoyens de cette grande région puissent accéder aux soins aussi bien en Suisse qu'en France.

Quand aux distances, il faudra quand même que les Suisses admettent un jour que se faire soigner à 50 ou 100 km de chez eux ne constituent pas un scandale. Cela ne fera pas baisser les cotisations d'assurance, tout au plus pourra-t-on - peut-être - les stabiliser.

Que fait-on, des deux côtés de la frontière, pour résoudre ce problème ?
Récemment, en visite à Nyon - mais domicilié dans le Pays de Gex - je me suis vilainement coupé. Résultat 4 points de suture à l'Hôpital de Nyon qui était à 300 mètres. Si j'avais dû allé dans un établissement français, ç'aurait été St-Julien; un vendrdi soir à 17h...

P.S.: Je ne sais pas encore ce que l'on me remboursera !

Écrit par : Michel Sommer | 28/07/2011

J'ajoute, avec cynisme, qu'il vaut sans doute mieux mourir en Suisse, faute de donneurs que de mourir en France, faute de donneurs.

Quant à l'éloignement, si je comprends bien, il faudra bientôt que ce soit l'hôpital qui vienne à nous plutôt que d'être obligé de bénéficier d'une transplantation à Zurich lorsqu'on est de Genève.

Restons sérieux.

Écrit par : Michel Sommer | 28/07/2011

Quand ma femme a accouché à Annemasse, faute de structures dans le pays de gex au passage, un nouveau né a fait une pneumopathie. Devinez qui est arrivé en moins d'1/4 heure : Les urgences Genevoises !
La collaboration transfrontalière ne fonctionne pas si mal malgré ce que les raleurs habituels veulent nous faire croire.
Domage que les raleurs soient ceux qui gueulent le plus fort

Écrit par : Etienne | 29/07/2011

Tu vois Charly, je ne vois pas où tu veux en venir, mais il me semble que la réaction de ceux qui vivent la frontière est assez claire: les problèmes sont avant tout dans la tête de certains. Même si l'on peut déceler certaines incongruités. Je viens donc de déménager sur France il y a quelques mois avec mon fils. Nous avons voulu garder une assurance maladie suisse. Nous avons du en changer et la nouvelle (Mutuel en l'occurrence) est plus chère que l'ancienne, bien que la moins chère de celles qui assurent en France.
Elle nous rembourse en direct ou prend en charge les frais médicaux en Suisse (et tant mieux, mon fils s'est cassé un bras en moto cet hiver dans Genève, opéré aux HUG, puis viens de se faire une entorse au Paléo, radio à Genolier !)mais pour les frais en France, elle sous-traite à la sécu, qui nous rembourse au tarif sécu. Ce qui explique le supplément de prix de cotisation, alors que les frais médicaux sont nettement moins chers en France, la sécu - caisse unique sans concurrence - étant plus chère que les assurances privées suisses (car on paie en fonction du revenu), pour rembourser moins. Ce qu'il est toujours bon à savoir.
Là où cela devient kafkaïen, c'est que si je vais voir un spécialiste en direct en France (parce que je sais ce dont je souffre et décide de zapper le passage par le généraliste), la sécu qui n'aime pas ça, ne va me rembourser que 8€ sur les 30 de la consultation. Tandis que si je vais voir mon spécialiste en Suisse, mon assurance suisse me rembourse 90 CHF sur les 100 de la consultation. Fascinant non ? Résultat, évidemment je vais en Suisse, ce qui coûte à mon assurance le triple de si elle me remboursait en direct.

Écrit par : Philippe Souaille | 29/07/2011

Merci à tous pour vos commentaires très enrichissant autour de ce débat, et je suis heureux de constater que pour la majorité des cas dont vous faites la démonstration ci-dessus, tout ce soit déroulé à votre satisfaction.

Mais les deux exemples particuliers, naissance d’un enfant handicapé ou transplantation, sont des cas d’une toute autre ampleur (sauf pour Yvan, si son enfant est né en Suisse).

Les résidants suisses installés en France voisine, qui sont en attente d’une transplantation ou que leur enfant est né avec un handicap, savent de quoi il en retourne.

Écrit par : charly schwarz | 29/07/2011

Verser tout mon 2ème pilier et 5000.- par mois pour avoir un 4 pièces bruyant c'est ce qui me fait gémir actuellement

Écrit par : Jackos | 01/08/2011

Les commentaires sont fermés.