16/09/2011

Genève ! Qu’est devenue ta citoyenneté ?

citoyen.jpg

Si étymologiquement le citoyen est celui qui appartient à une communauté organisée par des règles, plus largement, on est citoyen lorsqu'on participe à la vie de la cité.

La citoyenneté doit être est une matière a part entière du programme scolaire, c'est un lieu privilégié pour mettre en évidence le message que porte les notions de civisme-respect de la loi et conscience de ses devoirs à l'égard de ses concitoyens par souci du bien public et de l'intérêt général-et de civilité-respect d'autrui qui se manifeste par la politesse, la courtoisie, l'amabilité, le refus de la grossièreté et de la violence dans la vie de tous les jours-qui sont associées à celle de citoyenneté.

Est-elle enseignée ? Le doute s’installe…

12:10 Écrit par Charly Schwarz dans Développement durable, Formation, Général, Genève, Politique, Solidarité, Suisse, Vaud | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

Commentaires

Je suis d’accord de poser la question avec vous. Mais si nous la posons aux autres il serait aussi juste et important de se la poser à soi-même ? Je me souviens que dans une association (Maison de Quartier) un Monsieur qui était membre du Comité et donc de la direction, n’a jamais levé le petit doigt pour défendre le personnel de cette Maison de Quartier qui était victime de violences verbales, mais aussi parfois physiques.
Pour ce qui le concerne et à l’époque de sa scolarité, il est à peu près certain que la citoyenneté n’était pas enseignée dans son école.

Écrit par : Gilliéron | 16/09/2011

Salut,

J'aime la courtoisie et la politesse et je n'aime ni la violence et la grossièreté. Une question me vient à l'esprit, qu'est-ce qui te fait penser que le retour de ces valeurs, pour peu que l'on pense qu'elles aient disparues, passe par un enseignement à l'école ? As-tu toi même suivi des cours de citoyenneté dans ta lointaine jeunesse ? En ai-je suivi ? Non. La plupart des mes camarades non plus n'en n'ont pas suivis, et parmi eux, bon nombre sont tout à fait courtois, polis, agréables. Pourquoi l'école serait devenue le vecteur de ces valeurs et surtout pourquoi les inscrirait-elle durablement dans l'esprit
de ceux auxquels elles seraient enseignées ?
Si ces valeurs ne font plus partie de l'univers mentale des enfants, des ados, alors pourquoi une fois enseignées, connaîtraient elles un sort différent de l'allemand ou des mathématiques, matières auxquelles nous sommes souvent réfractaires ?
Tu vois ce que je veux dire Charly ?

Cordialement

Paul

Écrit par : milic | 16/09/2011

Les commentaires sont fermés.