11/01/2012

L’homme politique idéal est celui qui réalise des exploits, qui cherche à se surpasser.

La plupart de nos Conseillers d’Etat, fascinés par le modèle managérial et les valeurs qu’il véhicule, se trouvent en décalage et parfois même hostiles face aux administrations dont ils ont la charge.

Voici quelques présupposés :


·        Le mode de fonctionnement de l’administration est bureaucratique et démotivant alors qu’il devrait être efficace et réactif.

 

·        Le statut du fonctionnaire est un obstacle à l’initiative, à la prise de risque et à la motivation.

 

·        Les règlements indiquant le permis et le défendu, les prescriptions et les interdits ne permettent pas la responsabilisation.

 

·        L’avancement à l’ancienneté ou à « l’encartage politique » doit être remplacé par l’avancement au mérite et aux résultats.

 

·        La rigidité et la multiplicité des textes bureaucratiques doivent se substituer la souplesse, la réactivité, l’engagement des personnes, le management par projet.

 

·        La direction normalisante doit être remplacée par une direction par objectifs, la communication doit remplacer la prescription.

 

·        La centralisation est un obstacle à l’efficacité. Il faut privilégier l’individu sur le groupe, la diversité sur l’uniformité.

L’homme politique idéal est celui qui réalise des exploits, qui cherche à se surpasser.

10:43 Écrit par Charly Schwarz dans Général, Genève, Politique | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

Commentaires

Résumerons-nous vos conseils en disant que, pour réformer le fonctionnariat, vous souhaitez remplacer les conneries du passé par des conneries à la mode du présent ?

Écrit par : Carlos | 11/01/2012

@Carlos. Vos propositions ?

Écrit par : Charly Schwarz | 11/01/2012

Les commentaires sont fermés.