La fourmi n’est rien sans la cigale

Dans l'économie moderne la production ne correspond plus aux besoins.

Aujourd'hui de plus en plus de produit intègrent une dimension informationnelle, et la création du désir, la soif de produits à fortes symboliques sociales sont au cœur de l'activité économique.

Le gratuit est devenu un outil économique, il sert à amorcer des clients, il est avant tout un instrument de création de marchés.

Mais la gratuité, le don, l'insouciance, le plaisir, la recherche désintéressée, la poésie créent de la valeur.

Et l'on peut affirmer que l'inutile crée de l'utilité, que la gratuité crée de la richesse, que l'intérêt ne peut exister sans le désintéressement.

 

Et si la fourmi n'était rien sans la cigale !

 

 

 

Commentaires

  • La réécriture ci-dessous de La Cigale et la Fourmi par Françoise Sagan semble bien coller à votre papier fort intéressant :

    LA FOURMI ET LA CIGALE

    La Fourmi ayant stocké tout l'hiver
    Se trouva fort encombrée
    Quand le soleil fut venu:
    Qui lui prendrait ses morceaux
    De mouches ou de vermisseaux?
    Elle tenta de démarcher
    Chez la Cigale sa voisine,
    La poussant à acheter
    Quelques grains pour subsister
    Jusqu'a la saison prochaine.
    «Vous me paierez, lui dit-elle,
    Après tout, foi d'animal,
    Intérêt et principal. »
    La Cigale n'est pas gourmande:
    C'est là son moindre défaut.
    « Que faisiez-vous au temps froid?
    Dit-elle à cette amasseuse.
    Nuit et jour à tout venant
    Je stockais, ne vous déplaise.
    Vous stockiez? j'en suis fort aise:
    Eh bien soldez maintenant. »

Les commentaires sont fermés.