L’Etat a de la peine à lutter contre l’insécurité

 

Lorsqu'un Etat désire lutter contre l'insécurité, il a généralement deux moyens d'action différents, mais complémentaires :

il peut prendre des mesures à court terme, qui devront se traduire par des résultats rapides et détectables, ou à plus long terme, avec pour dynamique assumée de s'attaquer à la source du problème.

 

A mon avis, la lutte contre l'insécurité nécessite un travail de prévention sur le long terme en développant une véritable politique sociale qui devra notamment veiller à réguler le marché de l'emploi et du logement, à conserver un système de formation performant, à optimiser le processus d'intégration, sans oublier de combattre la criminalité.

 

Autant de thèmes récurrents que l'Etat, plus particulièrement notre Conseil d'Etat, a bien de la peine à traiter efficacement.

 

Commentaires

  • Comme la France, Genève peut demander l'aide de la Police Roumaine, pour récupérer les mendiants qui posent problème.

  • Il y une vingtaine d'années, les lieux touristiques étaient surveillés en Colombie, notamment à Carthagène par une force de police spécifique et qui s'affichait pour telle. Les quais genevois bénéficieraient certainement de ce genre de mesure pendant la période d'été.
    Mais entre disputes politiciennes et "manque de moyens" (généralement dû aux mêmes), nous ne somme pas près de voir des mesures efficaces.

Les commentaires sont fermés.