21/08/2012

Sortir de l’idéologie des indicateurs de performance

 

L'expression « indicateurs de performance » est sur toutes les lèvres: chacun est à la quête d'une plus grande transversalité, seule façon de traiter les questions dans toute leur complexité culturelle, économique, environnementale et sociale.  Et c'est bien normal...

 

Mais agir de façon transversale, c'est se donner la possibilité de changer de regard et rechercher l'altérité. Or c'est la qualité du dialogue qui produit cette altérité, et non l'accumulation de critères et d'indicateurs de performance à laquelle sont en train de se livrer nos institutions: performance économique et environnementale, traçabilité des investissements humains, mesure d'impact social...

 

Et lorsqu'elle devient idéologique, la mise en tableau de bord des « indicateurs de performances » se transforme en fiction : plus personne n'y croit vraiment.

 

D'ailleurs, nos institutions n'ayant pas vraiment confiance dans les critères qu'elles ont elles-mêmes créé, elles tendent à déporter cette défiance sur les projets et les structures bénéficiaires...

 

12:09 Écrit par Charly Schwarz dans Associations, Culture, Développement durable, Economie, Général, Genève, Politique, Région | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

12/08/2012

Là, il y a danger… Là, il y a un piège...

Les attentes vis-à-vis de nos députés changent !
On attend d’eux des réponses aux multiples problèmes engendrés par les mutations socio-économiques.
.
L’approche comptable impose ses normes aux affaires publiques. Les considérations économiques surdéterminent tous les registres de la vie sociale.
Les hommes politiques pensent fonder l’efficacité de leur action dans le modèle managérial, alors que c’est ce même modèle qui dévalorise l’action publique.
Là, il y a danger…
.
Nos exécutifs se transforment en hommes d’affaires et ils s’emparent du pouvoir au nom de la performance et de la compétence, ils proposent de gérer la cité sur un modèle strictement économique.
Le débat politique se réduit à un débat de conseil d’administration autour de problèmes budgétaires et financiers.
Là, il y a un piège...

13:06 Écrit par Charly Schwarz dans Economie, Général, Genève, Politique | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook