12/01/2014

Le bouton de la croissance

Nous entrons dans une période d'arrêt de la croissance.
Tous les signes le montrent : la fin du secret bancaire, le changement climatique, la dégradation du contrat social, etc. Mais nous devons comprendre qu'il ne s'agit pas de problèmes mais bien de symptômes.

Nous devons changer notre manière de mesurer les valeurs. Nous devons distinguer la croissance quantitative et la croissance qualitative.

Malheureusement, nos dirigeants n'agissent pas comme s'ils saisissaient la différence entre croissance quantitative et croissance qualitative.

Ils poussent automatiquement le bouton de la croissance quantitative.
Mais c'est un mythe de croire que la croissance quantitative va résoudre nos problèmes économiques, sociétaux et écologiques.

Nos dirigeants sont addicts à la croissance. Ils ne pensent pas vraiment que cette chose appelée croissance va résoudre nos problèmes mais ils croient que le reste des gens le pensent.

12:35 Écrit par Charly Schwarz dans Commerce, Culture, Développement durable, Economie, Genève, Médias, Monde, Nature, Politique, Région, Solidarité, Suisse | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

Commentaires

La seule croissance qui marche encore c'est celle du nombre d'habitants en Suisse. Les effets retards seront spectaculaires, mais ce n'est pas le problème de la plupart de nos dirigeants qui vivent en vase clos, jusqu'à quand ?

Écrit par : norbertmaendly | 12/01/2014

M. Schwarz, vous n'avez pas tout expliqué, en Suisse il n'y a pas que le secret bancaire qui faisait le plein des comptes, il y a aussi le fait que les délits fiscaux ne sont pas pénal !

De ça, pas trop de problèmes, la crasse est ailleurs dans les milices privées organisées par certains établissements spécialisés suisses, avec génocide et compte privé clé en main !

Écrit par : Corto | 12/01/2014

Les commentaires sont fermés.