12/02/2014

votation "immigration de masse". (interprétation personnelle)

En proposant un discours d'exclusion des mouvements populistes obtiennent des résultats électoraux significatifs en misant sur la peur de l'autre, sur la crainte diffuse de l'invasion suscitée par les nouveaux mouvements migratoires.  

Après avoir longtemps été perçu comme un agent exclusivement économique, l'immigré et ses descendants, sont considérés comme des acteurs culturels et religieux qui, selon les interprétations, enrichit notre culture ou la met en péril.

Ainsi toute demande de reconnaissance culturelle et religieuse émanant des populations d'origine immigrée est perçue avec scepticisme.

On redoute qu'il s'agisse d'attaques masquées contre l'État laïc.

Il est vrai que des revendications culturelles et religieuses (par exemple lieux de culte, parcelles dans les cimetières) émanent des populations d'origine immigrée.

Cela dit, ces revendications sont le signe d'une intégration et d'une volonté de participation à la société.

13:39 Écrit par Charly Schwarz dans Culture, Economie, Général, Genève, Politique, Région, Solidarité, Suisse | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

Commentaires

Tant que votre interpretation se base sur le vieux et inexacte postulat que la raison de base du besoin de contrôler l'immigration est "la peur de l'autre", vous ne serrez pas en mesure de comprendre ce qui s'est réellement passé dimanche dernier.

Écrit par : Eastwood | 12/02/2014

Les micro trottoirs donnent toujours le même type de réponse : "j'ai rien contre, mais..."

Des réactions conforment aux études sur le niveau de racisme en Suisse.

L'UDC rassemble 27% des voix aux élections depuis 10 ans.

En Suisse on n'ose dire "parti xénophobe", on préfère "droite dure".

On peut vivre avec le mensonge à condition d'en payer le prix. La Suisse le peut. Rien ne bougera.

Écrit par : koubas | 13/02/2014

Les commentaires sont fermés.