31/07/2016

La Suisse existe ! Mon discours pour le 1er août...

La Suisse existe ! Elle se développe. Elle bouge. Elle avance. Nos quatre cultures montrent notre volonté de "vivre ensemble", d'aller à la rencontre des autres... La Suisse est ouverte au monde entier !

Certains imaginent que les temps anciens étaient meilleurs et que célébrer la Suisse c’est rêver d’un monde harmonieux et simple où tous les problèmes trouvaient une réponse facile.

Or, la réalité est bien différente, notre avenir ne peut se limiter à conserver ce que les générations précédentes ont construit. Chaque génération doit réinventer sa manière d’être suisse, mais les souvenirs du 1er août, de ces moments de bien-être collectif, nous aident à vouloir participer à l’effort commun pour faire de la Suisse un pays où toutes les générations vivent bien.

Une grande partie de ces défis se posent aujourd’hui à l’ensemble des pays industrialisés. Dans de nombreux cas, ils nécessiteront que nous renoncions à certaines choses. Or, cette perspective inquiète de nombreux Suisses.

A l’affaiblissement du lien social, il nous appartient d’apporter nos réponses. Nous nous sommes donné pour devise «Un pour tous, tous pour un». Se pourrait-il que nous l’abandonnions alors que la Suisse est devenue, grâce au travail de ses habitants et grâce à l’ingéniosité de ses entreprises, un des pays les plus riches du monde?

Il y a quelque temps, on m'a demandé : « Que fêtez-vous le 1er août ? » J'ai répondu: "l'anniversaire de mon pays. Dans mon pays, je suis chez moi. C'est là que vivent ma famille et mes amis. Dans mon pays, je me sens bien. Je peux donner mon avis et participer aux décisions. Mon pays, c'est la Suisse !

 

Discours écrit avec "l'aide" de Ruth Dreifuss, Adolf Ogi, Samuel Schmid et Pascal Couchepin.

12:02 Écrit par Charly Schwarz dans Culture, Economie, Femmes, Général, Histoire, Lettres, Médias, Monde, Politique, Région, Résistance, Suisse | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook

Commentaires

Muito positivo alimentar esse patriotismo e se sentir à vontade em contribuir com opiniões, ideias e acções, tanto no respeito às tradições, quanto no incentivo ao novo que venha, de fato, agregar, valorizar e perpetuar o que ja é bom. FELICITACOES À SUÍÇA E TODOS OS QUE CONSTROEM ESSE BELO PAIS!

Écrit par : Teresa Prado Brunetti | 31/07/2016

Tous ces beaux discours ,ces fêtes c'est bien joli ! de quoi rêvasser le temps des festivités
Et puis tout retombe comme le soufflé a la sortie du four
Depuis le temps qu'on fête ce Premier Aout qu'on nous parle de solidarité devenue avec le temps et l'emploi abusif du virtuel un vrai leurre on est en droit de se poser de nombreuses questions
Car si on lit certains médias les jeunes d'aujourd'hui veulent être indépendant et leur solidarité envers les viennent ensuite ,pensent ils seulement à leur propre retraite et celle des suivants
On nous écrit des tartines pour savoir anticiper sa retraite mais apparemment le côté financier leur échappe complètement
Nous les anciens payons encore pour les reraites des viennent ensuite car la solidarité n'a jamais été un vain mot pour les anciennes générations et l'on peut douter que le Vivre ensemble pratiqué déjà avec les premiers -Saisonniers suffisent à lui seul de remplir les caisses AVS
Très bon Premier Aout pour -vous Monsieur

Écrit par : lovejoie | 01/08/2016

Mon pays...... Mouais.

Dans mon pays, j'ai la chance d'y vivre. Mais ce n'est pas le cas de tous mes amis parti habiter en France voisine, faute de loyer décents en Suisse.

Dans mon pays, on me regarde parfois comme un étranger. Surtout lorsque je vais en Suisse allemande. J'ai plus l'impression d'être toléré que de faire partie de la même communauté.

Dans mon pays, il y a plein d'étrangers. Ca ne me dérange pas trop. Beaucoup sont très sympas. Ils aimeraient bien connaître des suisses, mais y'en a pas beaucoup dans le coin. Enfin des vrais, pas des bi-nationaux ou des naturalisés comme ils me le disent.

Dans mon pays, lors des matches de foot de la sélection nationale, on arrive mieux à communiquer avec les supporters étrangers, qu'avec les supporters des autres régions linguistique de mon pays.

Dans mon pays, il y a tellement de normes et règlement tacites pour tout. Qu'on cherche une norme pour être "suisse".

Dans mon pays, le seul truc vraiment sacré, c'est le silence après 22h00. On devrait en faire notre hymne nationale.

Dans mon pays, il y a beaucoup de vieux. Les jeunes coûtent trop cher.

Dans mon pays, la fête nationale, c'est juste un jour de congé. Y'a rien de spécial à fêter.

.....

Écrit par : Riro | 03/08/2016

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.